Chroniques dominicaines… et nous on en est où ?

Deux mois après le début des hostilités, histoire de contrer l’ennemi invisible et après un long discours très attendu du président Danilo, la République Dominicaine, tout doucement, reprend du poil de la bête. Dimanche soir, tout le pays ou presque, planté devant son poste de télé ou l’écran de sa tablette retenait son souffle en espérant un assouplissement des mesures sanitaires. Des mesures sanitaires un brin brouillon avouons-le. Confinement oui, mais pas vraiment contrôlé, pas sanctionné…. la journée, des badauds, masqués parfois en dépit du bon sens de lambeaux de tissus douteux s’entêtent à arpenter les rues du village, à pieds ou en mobylette pétaradante… jusqu’à 5h… puis, état d’urgence oblige…. Mais pourquoi juste la nuit…. Couvre-feu, plus rien ne bouge ou presque jusqu’à 6h du matin…. Au début des patrouilles de policiers zélés débusquaient, le sourire en coin, les contrevenants rebelles… Tous les magasins sont clos ou… presque… sauf les supermarchés, colmados, banques et pharmacies… les restos ont le droit de cuisiner des repas à emporter…. Merci Komida qu’aurions-nous fait sans toi…

Dimanche, le président a concédé un relâchement à ces mesures ‘’drastiques’’, relâchement qui s’effectuera en 4 phases. Nous entrons dans la phase 1, pour le plus grand plaisir des commerçants impatients et de leurs employés aux abois. Commerces et services sont autorisés à rouvrir leurs portes selon des horaires précisés et avec des effectifs restreints. Beaucoup d’entre eux ayant pris soin de désinfecter à fond leur établissement. Masque, distanciation physique, respect de l’autre sont évidemment de rigueur. Quant au confinement strict, il entre en vigueur de 7h à 5h en semaine et de 5h à 5h le dimanche. Les plages sont toujours interdites et au grand désespoir de tous, les grilles des bars et restos restent désespérément fermées. Idem pour les hôtels…. Par contre certains transports en communs circulent allègrement…. Bonjour la distanciation… La frontière reste très surveillée, les passagers privilégiés débarqués de France dimanche sont confinés 7 jours à Santo Domingo avant d’être autorisés à regagner leurs pénates.

Au niveau des chiffres, 12,725 cas recensés dont 434 personnes décédées. Doit-on s’affoler ? En tout cas, bête et disciplinée et, avouons-le terriblement casanière, je prends un malin plaisir à ne pas quitter mon château de feuilles. Je m’y terre, m‘y cache, m’y love avec volupté. Côté Mimi, mon petit mari, c’est pas la même mais ça, c’est une autre histoire.

Confinement malin : confinement câlin

 

La République Dominicaine, et, par conséquent, notre petit village de Las Terrenas obéit à la règle inéluctable du confinement. Depuis la mi-mars, il est fortement recommandé, voire obligatoire de rester chez soi. D’ailleurs, tous les commerces, hormis les supermarchés et colmados ont fermé leurs rideaux et depuis quelques semaines, les plages sont strictement interdites. Quelques touristes italiens, bien évidemment au-dessus des lois ou complètement à l’ouest, en ont été pour leur frais et encore, ils s’en sont bien tirés. A 6 ou 8, ils se prélassaient sur la jolie plage de Ballenas. Bing, guagua de la police, direction le cartel. Ils avaient l’air malin en maillot de bains… Par chance pour eux, ils s’en sont sortis avec une belle multa (amende) et ne sont pas passés par la case prison comme d’autres avant et après eux. Mais si, dans la journée, les sorties sont cependant autorisées, seuls, et surtout pas en groupes, pour faire ses courses, aller à la banque ou se dégourdir les jambes, dès 5 heures le soir et jusqu’à 6 heures le matin un couvre-feu est instauré dans tout le pays. Et, croyez-moi, là on ne rigole plus. Des voitures de police patrouillent à la recherche du malotru qui aurait fait fi de l’interdit. Armés jusqu’aux dents, les policiers prennent leur rôle à cœur, il se dit même que certains auraient tendance à faire du zèle… Les contrevenants sont sur le champs conduits au play transformés en prison géante pour l’occasion. Ils seront condamnés à une peine de travail obligatoire, genre nettoyage de la plage ou des rues du village.

C’est à l’occasion de grands chamboulements de la sorte que l’on se rend compte de la vraie personnalité des gens que l’on côtoie et, franchement certains sont admirables. A Las Terrenas, par exemple, une association fantastique a vu le jour. Conscients des terribles conséquences de l’arrêt économique du village, un groupe de gars, de filles, amoureux du village et de ses habitants a remué ciel et terre, s’est bougé tous azimuts pour permettre tout simplement aux plus démunis de continuer à se nourrir, à se laver, à rester digne. Cagnotte, tire-lires, charriots dans les supermarchés, chaque jour inlassablement, ils récoltent, trient, empaquètent et livrent au fin fond des campagnes les plus reculées le précieux riz, le lait pour bb, le savon, les conserves et les produits frais…. Bravo Chantal, France, Pat, Patricia, Christophe, Dominique, Ayda et tous les autres, merci pour votre belle âme.

Puis, il y a Lindo qui a su saisir la balle au bond. Dès le début du confinement et donc de l’angoisse de la maladie, ils ont mis au point un système de vente en ligne qui s’améliore peu à peu pour devenir pratiquement parfait. On commande, ils livrent, (même à Las Galeras, une fois par semaine) et acceptent un règlement par carte à la livraison… même plus besoin de faire la queue leu leu à la banque pour chercher de l’argent liquide, ganté et masqué…. et oui, ici le masque est obligatoire sinon c’est … le play…

Il y a sûrement encore bien d’autres actions remarquables ici ou ailleurs dans le pays. Un petit pays qui, ma foi, se défend du mieux qu’il peut devant cette saloperie de virus si mysterieux.

Puis, il y a moi…. Confinée ? non, rester chez moi est juste mon credo, ma délicieuse manière de vivre, mon plaisir et mon plus grand bonheur. Je pratique avec volupté cet art de vivre depuis des dizaines d’années et ne m’ennuie jamais. D’abord, selectionner le petit coin douillet du moment, hamac cocooning à l’ombre de grands arbres ou confortable chaise longue au bord de la piscine feront l’affaire… Puis, lire (merci Ludo), écrire, nager, travailler un peu (mais oui Karim), faire des bisous à Tatoo,  jouer à la baballe avec le beau Leo, insatiable joueur de baballe devant l’éternel… parfois quand il est là, faire la causette à Mimi, c’est qu’il s’échappe celui-là, confinement connaît pas… Bref des journées bien remplies pour un confinement malin, un confinement câlin.

Petite douce balade à travers une journée bien ordinaire.

United.doctors Las Terrenas…. Le Covid 19 et bien plus encore

Depuis quelques temps, au village, leur nom est sur toutes les lèvres. On en parle, en reparle, et, ma foi, de façon toujours positive…. United.Doctors, mais qui sont-ils ? J’avais envie de mieux les connaître, de vous les présenter.

Profitant de ce confinement qui, en ce qui me concerne, et si vous me connaissez un tout petit peu, change vraiment très peu de chose à mon quotidien… bref, profitant disais-je de ce temps offert à toutes mes fantaisies, me vint l’idée pas si saugrenue de saisir l’occasion et d’en savoir un peu plus sur ce duo de toubibs fort sympathique dont tout le monde parle….

Et, histoire d’entrer dans le vif du sujet qui nous préoccupe tous, pour être certaine de ne pas commettre d’impairs, voire d’éclairer votre lanterne, je leur demandai leur position, leurs conseils, leurs directives concernant l’infâme Covid19. Très gentiment, ils acceptent, plutôt ravis et nous voilà partis dans un papotage très instructif, mêlant allègrement espagnol et anglais pour mieux se comprendre

Le Covid 19, directives de United.doctors

Les directives sont simples et claires. Si vous présentez des symptômes suspects (maux de gorge, toux sèche, fièvre, mal de tête…) il est impératif de rester isolé à la maison, de préférence seul dans une chambre, bouche et nez recouverts d’un masque (acheté ou fait maison, ou foulard, … ou tout ce qui peut vous empêcher de postillonner sur le voisin…) pour protéger les éventuels autres membres de la famille.

En cas de symptômes plus sévères, comme une détresse respiratoire ou une grande fatigue, l’idéal est de contacter immédiatement le Ministère de la Sante Publique ((809) 541-3121). Il se chargera de prévoir, éventuellement le fameux test et d’effectuer votre transfert dans un centre de soins agréé et sous surveillance stricte pour éviter une éventuelle propagation du virus à la communauté. De cette façon, le patient bénéficie également d’être traité selon le protocole recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il est expressément demandé, afin d’éviter les conglomérats, ce qui semble logique, de ne pas se rendre directement et impulsivement dans un centre de soins quel qu’il soit. Cette manière d’agir n’ayant pour seul résultat que de mettre sa santé et celle de ses proches en danger au contact éventuel de patients infectés. Rappelons que le virus de la grippe commune présente des symptômes similaires au Covid19, par conséquent, inutile d’être automatiquement alarmés si nous présentons ces symptômes. Il est recommandé de ne consulter le médecin que sur rendez-vous et après avoir correctement expliqué vos symptômes afin que ce dernier puisse cibler les meilleures recommandations dans chaque cas particulier.

United Doctors élabore en ce moment une plateforme afin d’offrir un nouveau service à la communauté. Sans sortir de votre domicile, vous aurez la possibilité d’être en contact direct avec les médecins de manière virtuelle via des appels audio et vidéo. L’objectif de ces deux médecins, soucieux du confort et de la santé de leurs patients : en ces moments de crise et d’angoisse, éviter que le malade ne se sente seuls et puisse bénéficier du mieux possible du soutien dont il a besoin.

Attention, pas d’auto médication fantaisiste. En cas de symptôme bénin, comme la fièvre ou le mal de gorge seul le paracétamol est autorisé. Dans notre pays se développent également des cas de dengue, dont les symptômes sont eux-aussi proches du Covid19. Tout type d’anti-inflammatoire est à proscrire absolument, afin d’éviter les complications lorsqu’il n’y a pas de diagnostic définitif.

La maladie a une période d’incubation de 1 à 14 jours et peut durer jusqu’à plus de 15 jours. Il convient de garder à l’esprit qu’environ 20% des patients atteints de la maladie sont asymptomatiques, ce qui peut entraîner une contagion de ceux avec lesquels ils sont en contact s’il n’y a pas de protection adéquate et de distanciation sociale.

Recommandations importantes.

Se laver les mains souvent et correctement avec du savon et de l’eau ou un désinfectant à base d’alcool.

En cas de nécessité absolue de sortie, maintenir une distance minimale de 1 mètre entre vous et les autres, 1m50, c’est mieux.

Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains sales.

Couvrez-vous le nez et la bouche avec des masques en tout temps lorsque vous êtes à l’extérieur de votre maison.

L’idéal, rester à la maison et rester calme si vous ne vous sentez pas bien et si vous avez de la fièvre, de la toux ou une gêne générale. En cas de toux et d’essoufflement, consulter un médecin après avoir pris un rendez-vous afin que l’équipe médicale soit au courant et vous guide.

Evan Cabrera Colón et Rodolfo Tineo Almonte, nos deux sympathiques médecins terminent ce petit tour d’horizon des plus instructifs sur une petite note optimiste. ‘’Tous, en tant que communauté, pouvons aider cette situation à s’améliorer pour le bien de la planète. Nous devons nous engager à contribuer à ce que cela se produise. En suivant les recommandations des autorités, nous pouvons réduire le nombre de nouveaux cas, rompant ainsi la chaîne de la contagion. Nous avons une attitude optimiste à ce sujet et nous vous aiderons dans ce qui est à notre portée pour y arriver.’’

United.doctors…. en savoir un peu plus

Inspirés par l’atmosphère envoûtante du village et par ses paysages grandioses, sa douceur de vivre et la délicieuse et chaleureuse empathie de ses habitants, Le Dr Evan Cabrera Colón et le Dr Rodolfo Tineo Almonte quittent Santiago pour s’installer à Las Terrenas. Réflexions, discussions… décision : forts de leurs 15 années d’expérience, ils décident de créer un service médical qu’ils veulent d’exception, destiné au bien-être et à la santé de toute la province de Samaná.

Installés au 1er étage du Paseo depuis bientôt une année, ils sont sur le point de transférer leurs locaux au rez de chaussée, afin d’offrir à leur patients un espace plus vaste, plus confortable et de pouvoir y étendre les services médicaux fournis, notamment un service de pointe en matière d’échographie. Le confinement qui nous concerne tous les oblige malheureusement à retarder les travaux d’installation.

Très pointus au niveau des maladies cardiaques, les deux médecins savent pertinemment que le temps est un facteur fondamental dans le traitement de ces maladies redoutables, en particulier lorsque le patient souffre d’un arrêt cardiaque ou d’une fibrillation ventriculaire, dans ces cas, il est de la plus haute importance d’avoir un défibrillateur, appareil capable de restaurer un rythme cardiaque normal par des chocs électriques au cœur, permettant au médecin d’identifier les causes qui ont provoqué la maladie et d’administrer le traitement nécessaire.

 

Grâce à de généreux donateurs, United.Doctors dispose d’un défibrillateur externe automatique pouvant être transféré à l’endroit où se trouve le patient pour une aide immédiate.

Ecoute du patient, douceur et gentillesse, grande connaissance de la médecine générale, les docteurs Evan Cabrera Colón et Rodolfo Tineo Almonte sont un atout-santé indéniable pour Las Terrenas. Disponibles et compétents, ils prennent tout le temps nécessaire à une vraie consultation et se déplacent à domicile. Leur page Facebook United.doctors est une mine de connaissances sur laquelle ils abordent pour satisfaire la curiosité de leurs abonnés une multitude de sujets variés et toujours passionnants.  Un message privé, une question, ils y répondent, toujours gentiment, à une vitesse déconcertante.

United.doctors . Paseo de la Costarena . Las terrenas . 829 534 1980

Coup d’cœur : Las Terrenas Solidaria

Chantal…. Rencontre avec une femme batailleuse et persévérante.

Blonde, belle, bien connue pour son goût exquis en matière de mode et son don inoui pour rendre les femmes jolies…. On raffole toutes de son Côté Soleil….Sauf que, Chantal en cette période trouble, devant nos yeux ébahis a montré une autre facette de sa personnalité…. Dès les premiers instants, comme un petit soldat au combat, elle a décidé de ne pas attendre bien sagement confinée que les choses se passent….ni une ni deux, elle crée un compte pour réunir un peu d’argent, elle fonde un groupe ‘’Las Terrenas Solidaria’’, rameute ses troupes et s’entoure d’une véritable petite armée de bénévoles plus dévoués et opiniâtres les uns que les autres….

Las Terrenas Solidaria

La machine est en marche et part au combat pour aider au maximum tous les miséreux du village et des alentours…. Nourriture, couches pour BB, produits de première nécessité et indispensables comme le savon, le chlore, la lessive…. masques gracieusement confectionnés par Raym ou la douce Alexandra de Dream Bag. Les supermarchés, Lindo, Pola…. et leurs clients participent à l’élan communautaire, produits négociés comme le riz, charriot à disposition des acheteurs pour y disposer de quoi nourrir et aider les plus pauvres…des tire-lires sont installées ici et là, à la pharmacie française du Paseo, à la Boulangerie de Philippe et Rachel qui, d’ailleurs offrent depuis le début le pain invendu à l’association…. Puis, il y a ceux comme la Cave à vins du Paseo qui mettent leur boutique à la disposition de toute cette petite ruche besogneuse, on y rassemble les précieuses marchandises, on y élabore des plans d’attaque, on y cuisine même avec le cœur quelques petits plats à offrir, juste pour le plaisir de faire plaisir….. Puis il y a eux, les combattants de première ligne, qui n’hésitent pas une seconde à se rendre dans les barrios les plus reculés pour livrer les dons soigneusement recueillis…. Patrick, Dominique et tous les autres…. Leur récompense : le sourire éclatant de toutes ces familles tellement reconnaissantes. Le point commun de toutes ces petites âmes courageuses, l’amour de ces dominicains qui les accueillent dans leur beau pays….

Bravo Chantal, bravo tous les autres, vous êtes fantastiques et le mot est faible. Gringos dominicanos, c’est ainsi qu’ils vous nomment tous ces laisser pour compte, incapable de s’en sortir sans votre aide précieuse et, juste, juste ça suffit pour vous mettre la larme à l’œil et repartir au combat.

Vous aussi, loin et confinés, amoureux de notre village, pouvez aider Chantal et tous ces incroyables bénévoles, il vous suffit de vous balader sur la page Facebook Las Terrenas Solidaria, et de faire un petit don ou un gros don à la cagnotte Leetchi mise en place. Merci pour eux…. On est tous dans la même galère.

Et puis, tout s’est accéléré…

Et puis tout s’est accéléré, en France les commerces non indispensables sont fermés, les transports sont surveillés, le confinement non proclamé mais conseillé… heu sauf pour aller voter…

Ici en République Dominicaine, la nouvelle est tombée hier comme un couperet. Tous les vols en provenance et en partance pour l’Europe annulés du 16 mars au 16 avril, pour l’instant…

Jusqu’à présent, on reprochait presque au gouvernement son silence voire son laxisme…. Les pendules ont vite été remises à l’heure. Panique à bord. Les potentiels vacanciers ne sont pas contents et leurs hôtes sur place pas plus, mais ce n’est qu’un demi-mal par rapport à tous ceux qui ont dû pour une raison ou une autre, souvent bien à contre-coeur se rendre en France. Je pense fort à Catherine et Patrick qui, la larme à l’œil ont laissé leurs deux chatons tout doux en pension pour ce qui ne devait être que deux semaines de paperasserie à régler. Les voilà coincés dans l’incertitude. Par chance les chatons sont cajolés, chouchoutés et j’irai encore leur faire un câlinou…. Puis il y a tous ces touristes, enchantés jusqu’à hier de leur séjour paradisiaque dans notre village. Ben, ils peuvent juste pas repartir chez eux…. Bonjour les frais et le dépassement de budget vacances. Et comment ils vont expliquer ça à leur boss… Panique à bord je vous dis…

Sans compter sur la psychose insidieuse qui nous saisit tous…. Il me semble que j’ai beaucoup toussé cette nuit et il me semble bien que j’ai mal au crâne. Allez, je vais faire des provisions à Lindo…. Mince alors c’est quoi tous ces gens masqués, les caissières, les responsables de rayons, certains clients. Puis le check du poing à la place de la bise….Ca fait flipper j’vous jure, on n’a pas l’habitude ici au bout du monde.

Le pire c’est que OK les Etats-Unis, OK l’Europe, OK la Chine capable de construire un hôpital gigantesque en quelques jours…. Mais ici, c’est pas la même. Même si le corps médical est plutôt pas mal, les infrastructures laissent souvent à désirer, et de toutes façons ne peuvent s’occuper de dizaines, centaines…. de malades de ce type à la fois. Quand on imagine le cirque pour se faire soigner normalement, cedula, accord de l’assurance quand il y en a une, paiement exigé s’il n’y en a pas ou pas de soins ou pas de sortie…. C’est pas gagné

Restons calmes, les plages sont toujours aussi belles et, il n’y a pas foule. Mais quand même, méditons cette pensée de Camus….

A quelques encablures de la plage, les Villas Infinity

Publi-reportage


C’est une évidence, de plus en plus de personnes sont attirées par le charme de notre petit village du bout du monde alors, tant qu’à faire, autant privilégier les lieux de résidence sympas, agréables à vivre et s’adaptant particulièrement à la nature environnante.

Pour le coup, j’ai vraiment été séduite par un projet de villas au nom évocateur : Villas Infinity. Un petit ensemble à taille humaine, niché au bout d’une impasse, à quelques encablures de la belle Poppy et du village. 17 villas contemporaines, aux lignes épurées, 3 modèles pour plaire au plus grand nombre…. Coquettes villas mitoyennes sur deux niveaux avec piscine individuelle et petit jardin mignon tout plein. Belles maisons ‘’de ville’’ accolées et leur délicieux jardinet clos, groupées autour d’une gracieuse piscine commune et de son jacuzzi ou encore élégante unité de plain sur un beau jardin de 230 m2, bénéficiant elle aussi de la piscine commune.

L’ensemble est harmonieux et bénéficie de prestations haut de gamme comme les larges baies aluminium, les jolies cuisines aménagées et équipées. Très classes, les murs sont recouverts de stucs et la menuiserie sur mesure privilégie le chêne brésilien. Les belles salles de bains aux accessoires sanitaires griffés Hansgrohe et les vastes terrasses s’habillent de coraline. Idée sympa, un pack meuble et électro-ménager, négocié chez des fournisseurs locaux est à votre disposition ou pas.

Il faut dire que ce projet séduisant est né d’une réflexion profonde d’un vrai pro ayant consacré pratiquement toute sa vie professionnelle au domaine immobilier en France. Après avoir construit leur propre villa au sein de la magnifique Loma Esperanza, Alain et son (ex)épouse Isabelle ont eu envie de proposer une alternative aux sempiternels appartements proposés aux semi-résidents peu désireux de passer leurs séjours à réparer les dommages de leurs villas. Villas Infinity est pile poil ce qui leur faut, un concept innovant, résidence-services de villas et townhouses haut de gamme à prix tout doux. Forts de leur expérience de plus de 20 années et résidents à LT depuis 2009, ils connaissent sur le bout des doigts le marché local, ses atouts et ses lacunes. Si, au sein des Villas Infinity, Alain est à la fois architecte, maître d’œuvre, promoteur et commercial, Isabelle s’occupe de la gestion de la société. Elle sera en charge dès son élaboration du service de copropriété et de la gestion hôtelière, proposée mais non imposée, un véritable plus cependant pour les investisseurs soucieux d’une rentabilité optimale.

Situation idéale à 100 m de la plage, prestations haut de gamme à prix hyper maitrisé permettant d’offrir aux investisseurs malins des maisons raffinées au prix d’un bel appartement, sans oublier la validation CONFOTUR, rendant le projet très attractif fiscalement et économiquement, les atouts des Villas Infinity sont tangibles et séduiront les plus frileux.

Le chantier est bien avancé, voirie, lobby et toutes les installations communes sont prêts à accueillir fin juin 2020 les premiers privilégiés.

Villas Infinity . https://www.villasinfinity.com/us_index.php . Alain: 829 557 1511 . Isabelle: 829 918 8989

Capucine

J’ai pleuré Eva, Comanche, puis Paquita, Coca et Mina et Diego et hier…. Capucine.

Petite puce craintive, elle partageait ma vie depuis près de onze ans. Mai 2009, un (ou une) individu sans scrupule mais pas con l’avait balancée dans mon jardin. Un petit animal tout fripé, abîme, pelé, laid…. Un petit ange tombé du ciel ou plutôt de mon portail dans une bonne maison. Elle a grandi Capucine, elle est devenue belle et fière au milieu de tous ses potes viralatas ou malinois. Elle a  pris de l’assurance, trop même, à tel point que lors de notre périple mémorable au Brésil, dont elle faisait bien évidemment partie, elle s’était attaquée à Cheyenne qui la craignait un maximum. Face à cette agressivité ciblée et apparemment non fondée, nous avions décidé, Mimi et moi de la laisser au Bresil aux bons soins de notre jardinier…. Vous me connaissez…. J’ai pas pu et, ma jolie rebelle est revenue avec nous dans sa maison de Las Terrenas… Quelques mois plus tard, première attaque en règle, de Cheyenne cette fois contre celle qui visiblement avait perturbé sa vie…. Sauf que pour le coup, elle reçut l’aide de toutes les autres femelles…. De belles déchirures, de nombreux points de suture mais rien de grave, cette fois j’étais arrivée à temps et avais pu stopper le carnage.

De nombreuses années plus tard, jeudi alors que rien ne me le laissait supposer et que nous étions tous dans le jardin, un cri…. Cheyenne puis Charlie et Zoé se sont à nouveau jetés sur la pauvre Capucine, incapable de se défendre. Alors que je me précipitais pour l’aider, Tatoo est intervenu puis Diego, mon vieux malinois doux et placide, qui a saisi Tatoo par le cou (Tatoo pèse 8 kgs et Diego 40). Il s’est enfui avec lui et a commence à le secouer de toutes ses forces. C’était horrible d’entendre Tatoo hurler et de voir, impuissante Capucine se faire déchiqueter…. Impulsivement je me suis jeté, doigts en avant sur la gueule de Diego…. 2 doigts mal en point mais il ne lâche pas. Et ça dure longtemps, longtemps…. Deux batailles simultanées, le pire cas que l’on puisse imaginer dans une bagarre de chiens. Puis, Mimi est arrivé, Diego a lâché Tatoo. Direction Enrique…. Pas de blessure visible, ses poils l’ont sauvé mais par mesure de securite nuit à la clinique… Et, Capucine fut négligée… Tatoo libéré, j’ai réussi à la dégager de ses 3 tortionnaires, elle a clopiné vers une des cages toujours ouvertes et leur servant de refuge parfois…. Beaucoup de sang mais ça n’a pas tilte dans mon esprit. Ce n’est que le lendemain qu’Enrique est venu lui faire une injection et le lendemain encore qu’elle est partie vers la clinique….

Horrible de se dire que si j’avais, si je n’avais pas…. Le fait est que quand je suis allée la voir hier, ce fut un choc. Elle me regardait de ses yeux si beaux, si tristes et j’ai compris qu’il fallait l’aider à ne plus souffrir. La gangrène s’était invitée dans ses pattes arrière, elle ne pouvait plus se déplacer, ne mangeait plus depuis de longs jours et souffrait atrocement…. Dure, une fois de plus de prendre la décision…. Tu me manques ma puce et je me sens si coupable de ne pas avoir su te protéger.

Je t’aime Capuce.