A l’approche des fêtes….

A l’approche des fêtes, Las Terrenas revêt ses habits de lumière. Par petites touches scintillantes, de ci, de là, la belle nous fait rêver…. chapiteau de lucioles jolies au Paseo, sapins scintillants ou…. tout comme… à l’Aligio; un judicieux recyclage de canettes et bouteilles de soda et c’est une pieuvre maline qui nous émerveille; papa Noel n’est pas en reste, ses rennes coquins et son joli traîneau l’attendent tout près de la mer. Il n’aura plus qu’à sauter dedans, dans un grand élan pour s’échapper dans le ciel et nous livrer ses merveilleux cadeaux.

Merci Patricia pour ce délicieux reportage photos dans les rues du village…. et merci Mimi pour cette rencontre avec dame pieuvre. Malicieuse, elle danse, elle sourit, est bien belle.

 

Prendre sa maison sur la tête…

C’est bien ce qui a failli se produire avec mon château de feuilles. A force de vivre sous les tropiques, on développe une nonchalance qui peut vite s’avérer fatale. Les termites, je connais, je vous en ai parlés longuement dans ce billet doux appelé ‘’les termites nous rongent’’(https://dorislasterrenas.com/2016/01/03/les-termites-nous-rongent/). A croire que je ne me sentais pas concernée. Le fait est que, par chance, certains ont le sens des responsabilités. Mardi matin, Ricardo, mon ‘’cana-man’’, depuis toujours, sonne à la porte. Oh non, il va encore falloir que j’attache Léo, Ricardo a la phobie des chiens… Allez, j’ouvre… Petit tour du propriétaire, il commence par inspecter la cana qu’il a entièrement changée en février 2016 (https://dorislasterrenas.com/tag/toit-en-palme/), semaine de galère avec une foule d’ouvriers caminant à qui mieux mieux dans le jardin…. Mais visiblement, le travail long et fastidieux a été bien effectué puisque niveau palmes, rien n’a bougé malgré l’impétueux passage d’Irma puis Maria en 2017…. Puis, machinalement il observe les poutres…. Aie, c’est pas la même… Sur tout un côté de la terrasse, les poutres porteuses et les colonnes sont…. creuses…. Entièrement dévorées par ces saloperies de bestioles… pas mieux à l’intérieur, des poutres du salon et de l’une des chambres sont détruites, idem dans mon petit bungalow-bureau… Je commence par me faire copieusement engueuler pour ma négligence et sans me demander mon avis, il décide de démarrer le chantier de reconstruction le lendemain. C’est gai. Des dizaines d’ouvriers ayant peur des chiens vont encore se balader dans mon jardin, dans ma chambre, sur ma terrasse…. Pas le choix. Ricardo décide d’employer les grands moyens et de remplacer mon bois d’eucalyptus, pourtant réputé solide par du balata… Plus cher mais beaucoup plus résistant. C’est parti. Nuit de cauchemar à ne pas pouvoir imaginer comment il peut être possible de retirer des poutres, des colonnes, de les remplacer sans que la maison s’effondre…. Le lendemain, le boulot a commencé avec la surprise de nouvelles colonnes à changer. Je vous invite à suivre en images ce travail méticuleux exécuté avec une grande dextérité par Ricardo et son équipe. Jeudi soir tout était terminé, avec en prime une superbe poutre d’angle dans un bois extraordinaire, aussi dur que le fer et beau comme un bijou. Du coup j’en ai profité pour repeindre mon joli salon dans ma couleur favorite. C’est beau….

Sans faire aucun bruit, en catimini, des millions de termites, petit à petit ont dévoré les poutres.


Etayage minutieux puis dépose des poutres et colonnes abîmées

Sous les yeux des 4 patounes, les ouvriers bossent dur….

Ultime étape, pose du précieux bohuco, cette liane solide, parfaite finition.

Epuisé, il est….

Et voilà….tout est bien qui finit bien.

Coupe de ma poutre d’angle, un bois solide comme du fer et d’une merveilleuse beauté

Les escapades gourmandes de Domy et Gary : chez Nayrobi

Elle, c’est Domy. Petite soixantaine, resplendissante, dynamique et…. Gourmande. Après une vie professionnelle très active et plutôt épuisante, elle est venue se reposer à Las Terrenas. Bien sûr elle en est tombée amoureuse et a décidé d’y déposer ses valises…. Elle y a rencontré l’homme de sa vie et en prime un amour de petit bout de chou de chien…. Gary, la prunelle de ses yeux, sa compagne au quotidien qui, ravie, partage avec un bonheur non dissimulé ses escapades gourmandes.

Domy s’est prise d’une passion pour le moins étonnante, originale en tous cas… découvrir à travers les petits déjeuners ou simplement en passant prendre un verre, les différents hôtels et restaurants emblématiques du village. L’envie m’est venue de vous faire partager ses pérégrinations gourmandes, histoire parfois de replonger dans des balades personnelles inoubliables.

Cette semaine, les deux complices nous emmènent déjeuner dans un comedor typique et d’excellente réputation : Nayrobi. Nayrobi c’est le prénom de la charmante propriétaire des lieux, une femme qui ne s’en laisse pas conter et qui cuisine du matin au soir une fabuleuse et savoureuse cuisine.

Petit tour d’horizon en images de quelques comedors lors d’une balade au village, il y a quelques années de cela….

Nichés au cœur du village ou les pieds dans l’eau, les comedors, des petits lolos rigolos….

Il n’y a pas de luz ce matin, hier non plus d’ailleurs….. mais c’est pas grave hein, le soleil a fini de bouder et a repris sa position stratégique juste au-dessus de nos têtes. Si te plé soleil, tu pars plus hein !

Bon c’est pas tout ça, vous avez chaussé vos souliers ou enfilé vos tongs, la balade n’est pas terminée, loin de là. Aujourd’hui, nous allons à la rencontre de quelques petits comedor, l’equivalent dominicain des lolos des Antilles françaises. Loin de la gastronomie française ou italienne omniprésente à LT, ils poussent comme de jolies fleurs au hasard des rues du village et même, pour notre plus grand plaisir, les pieds dans l’eau, sur la plage, étroitement serrés derrière le cimetière, sur la plage des pêcheurs. A côté des sommités, prisées de tous, comme Paco Fish, las Chichas ou Zapoté, il suffit d’ouvrir grand les yeux pour découvrir de délicieux endroits insolites où, pour quelques pesos, vous vous régalerez d’une cuisine couleur locale con arroz, abichuela, pollo o chivo guisado….. ou au bord de l’eau, de belles langoustes (en saison), des centollos, des camarones ou de délicieux poissons tout frais…..

Domy nous raconte Nairobi :

Chez Nayrobi, calle 30 de Marzo à côté du vétérinaire Coco Dog, au pied de la loma de François.

C’est très bon, très frais et savoureux, c’est fait maison par Nayrobi qui en plus, est absolument charmante et c’est d’un très bon rapport qualité/prix !

Histoire de nous ouvrir les papilles, Nairobi nous sert un jus de citron naturel avec petits biscuits en apéritif. Il sera suivi  d’un divin poulet à la crème accompagné de délicieuses frites maison. Et, histoire de finir en beauté, un délicieux dessert aux parfums de fruits frais, vanille, cannelle et caramel. Le tout pour moins de 400 pesos (7€). Ce serait dommage de s’en passer….

Les escapades gourmandes de Domy et Gary: côté Bonita, l’Atlantis

Elle, c’est Domy. Petite soixantaine, resplendissante, dynamique et…. Gourmande. Après une vie professionnelle très active et plutôt épuisante, elle est venue se reposer à Las Terrenas. Bien sûr elle en est tombée amoureuse et a décidé d’y déposer ses valises…. Elle y a rencontré l’homme de sa vie et en prime un amour de petit bout de chou de chien…. Gary, la prunelle de ses yeux, sa compagne au quotidien qui, ravie, partage avec un bonheur non dissimulé ses escapades gourmandes.

Domy s’est prise d’une passion pour le moins étonnante, originale en tous cas… découvrir à travers les petits déjeuners ou simplement en passant prendre un verre, les différents hôtels et restaurants emblématiques du village. L’envie m’est venue de vous faire partager ses pérégrinations gourmandes, histoire parfois de replonger dans des balades personnelles inoubliables.

L’histoire de l’Atlantis démarre dans les années 80. Las Terrenas suscite de plus en plus l’engouement de jeunes européens, fascinés par sa beauté sauvage. Quelques-uns d’entre eux osent s’aventurer jusqu’à Bonita et tombent amoureux de l’incroyable beauté de cet endroit rustique où somnolent les barques de quelques pêcheurs. Rêveurs, bohèmes, artistes, écrivains, ils décident d’y créer un lieu différent. Des petites maisons en pierre à l’architecture un brin loufoque et très avant-gardistes voient le jour, avec des courbes à la place des coins, des cours intérieures, des colonnes, des tours, des galeries…. des toits aux allures de champignon, de crème chantilly. Les sols et les murs s’habillent d’irrésistibles carreaux aux dessins mystiques. Côté jardin, ils écument les environs de fond en comble et y dénichent de somptueuses fleurs qu’ils replantent dans un délicieux fouillis. Petit à petit, les constructions se sont ajoutées les unes aux autres conférant à l’endroit une atmosphère unique, mystérieuse. La plus petite des maisons est devenue la réception de l’hôtel Atlantis. 18 chambres aux noms exotiques, toutes différentes, décorées avec beaucoup de goût et de délicatesse. Malgré sa renommée internationale, Il y flotte toujours ce parfum bohème, artiste qui lui confère tout son charme.

Le maître des lieux, c’est Gerard, ex-chef de l’Elysée qui vous concocte avec un talent fou un savoureux métissage culinaire conjuguant produits locaux et tradition française. Sous le kiosque de la plage, les pieds dans l’eau, sur la terrasse ombragée ou sous les arcades du restaurant, vous vous régalerez de ses petits plats signature comme la cuisse de poulet farcie à la langouste, le flan coco sauce caramel ou l’incontournable tarte Tatin….

Domy adore cet endroit et lors d’une promenade avec la jolie Gary, elle a pris tout le temps d’y siroter un petit verre, histoire de profiter des bons moments de la vie. Elle nous raconte :

Parmi tous les endroits que j’apprécie à Las Terrenas, l’Atlantis fait partie de mes préférés.

Sa situation sur la superbe plage Bonita, son cadre avec son étonnante construction hors du commun, son chef et sa carte appétissante, tout participe au bien-être, au confort, et au plaisir des pupilles et des papilles.

Ce jour-là, je suis venue me promener avec Gary et boire un verre, tranquille, loin du bruit des moteurs.

J’ai choisi une « batida de guineo » un mélange de lait bien froid mixé avec une banane. Riche et délicieux.

Une belle leçon de vie…

Si aujourd’hui le ciel est bleu, bleu, bleu, hier, une averse de tous les diables nous est tombée sur la tête. Une grosse méchante pluie furibonde. Pas très longtemps mais avec une telle force que le rio séparant la rive gauche de la rive droite est à nouveau sorti de ses gongs. Et avec lui son cortège de détritus nauséabonds. En quelques minutes, comme cela se produit à chaque fois, c’est la plage qui en a subi les conséquences. Sur des centaines de mètres, sur le sable mais aussi dans l’eau, plastique, papiers, pneus, caisses, carton, bouteilles, ferraille…. Bref tout ce que les riverains inconscients jettent en permanence dans le cours d’eau.

En temps normal, les plaintes et les gémissements, les cris de haine et les injures auraient envahi les réseaux sociaux à n’en plus finir. Et bien là non….. Pas un mot négatif. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, une belle énergie positive s’est mise en place. Un mot d’ordre, ne pas gémir mais agir. Quelques heures plus tard, les premiers volontaires munis de gants et de sacs poubelle arpentaient déjà la plages souillée et c’est avec une belle l’énergie qu’ils entassaient, ramassaient les saloperies charriées par le rio furieux. Quelques messages s’éparpillèrent sur le net encourageant le plus grand nombre à participer à cette chasse au trésor tout à fait singulière.

Ce matin, petit à petit, des dizaines de personnes armées d’une belle dose de courage se sont à nouveau retroussées les manches et avec beaucoup de minutie ont passé leur matinée à nettoyer le sable de ces immondices.

Le temps n’était plus aux palabres à savoir qui devait faire quoi et pourquoi et comment. Pour une fois, les plus intelligents se sont regroupés et ont réussi à booster les plus réticents formant un harmonieux ballet, bien orchestré histoire de prouver une fois de plus que quand on veut, on peut. La plage retrouve son joli visage et tout le village est fier de ce travail positif effectué dans la bonne humeur. Merci à tous ces bénévoles au grand cœur, Las Terrenas est fier de vous.

La Ciguatera, une toxine pernicieuse à ne pas négliger

 

 

Bien que moins répandue que dans les îles du Pacifique, la Ciguatera est bel et bien présente dans une grande partie des Antilles dont la République Dominicaine.

La Ciguatera?

La Ciguatera est une toxine alimentaire accumulée par certains poissons carnivores: caranges, pagres, mérous, vieilles, barracudas, poissons perroquets, vivaneaux, balistes, mulets… Cette toxine provient d’une algue colonisatrice des coraux abîmés ou cassés et broutée par de petits poissons herbivores. Ceux-ci sont alors mangés par des prédateurs qui sont ensuite mangés par des poissons plus gros, puis encore plus gros, etc. Le dernier de la chaîne alimentaire accumule toute la toxine en question broutée par les petits poissons.

Précautions

Très important, même si l’on a pu constater une recrudescence de ciguatera après les fortes tempêtes, le goût, la couleur et l’apparence externe et interne du poisson contaminé par ces toxines ne sont pas modifiées et il est impossible pour le consommateur de distinguer un poisson contaminé d’un autre. D’autre part, les toxines sont thermostables, leurs propriétés ne sont modifiées ni par la congélation, ni par la cuisson.

La seule façon d’éviter la contamination est de faire confiance aux riverains et pêcheurs expérimentés qui ont une bonne connaissance de la biologie des poissons (habitudes alimentaires, habitat…) et d’éviter de consommer les espèces qu’ils soupçonnent d’être toxiques. Au resto, ne mangez pas les plus gros spécimens car plus le poisson est gros, plus la concentration est forte et dangereuse. Videz les poissons aussitôt après la pêche. Préférez les filets à la tête et aux viscères qui sont plus nocifs. En cas d’intoxication, veillez à ne manger ni poisson ni fruits de mer pendant au moins 3 semaines.

Symptômes

Ils apparaissent généralement deux à douze heures après le repas. Les plus communs sont :

– picotements autour des lèvres et du nez,

– fourmillements des mains et des pieds,

– sensations bizarres de brûlure au contact de l’eau froide,

– douleurs musculaires et articulaires,

– maux de tête, fatigue, sueurs, frilosité,

– nausées, vomissements, diarrhées,

– démangeaisons sans plaques d’urticaire,

– pouls ralenti avec température normale.

Traitement

En cas de doute, la consultation d’un médecin s’impose. Le traitement est prescrit en fonction des signes cliniques présentés par le patient et consiste le plus souvent en une association de calcium et de vitamines. La perfusion intraveineuse de Mannitol est conseillée dans les cas les plus sévères. Elle permettrait de supprimer les symptômes neurologiques et d’éliminer rapidement les ciguatoxines. Les cas mortels sont exceptionnels et l’évolution de la maladie est généralement favorable après quelques jours. Mais il n’est pas rare que les troubles de la sensibilité, les douleurs et les démangeaisons persistent plusieurs semaines et soient ravivés par une nouvelle consommation trop hâtive de poisson, même sain.

Un conseil.

Soyez prudent, même si la pêche est pour vous un excellent moyen de décontraction, ne consommez votre butin qu’après avoir demandé l’avis d’un professionnel. Les poissons du large: thons, tazards, bonites, daurades ne sont pratiquement jamais toxiques. Les pêcheurs de la Playa  connaissent leurs poissons par cœur, vous pouvez leur faire confiance et vous régaler

Les escapades gourmandes de Domy et Gary: le Baraonda

Elle, c’est Domy. Petite soixantaine, resplendissante, dynamique et…. Gourmande. Après une vie professionnelle très active et plutôt épuisante, elle est venue se reposer à Las Terrenas. Bien sûr elle en est tombée amoureuse et a décidé d’y déposer ses valises…. Elle y a rencontré l’homme de sa vie et en prime un amour de petit bout de chou de chien…. Gary, la prunelle de ses yeux, sa compagne au quotidien qui, ravie, partage avec un bonheur non dissimulé ses escapades gourmandes.

Domy s’est prise d’une passion pour le moins étonnante, originale en tous cas… découvrir à travers les petits déjeuners ou simplement en passant prendre un verre, les différents hôtels et restaurants emblématiques du village. L’envie m’est venue de vous faire partager ses pérégrinations gourmandes, histoire parfois de replonger dans des balades personnelles inoubliables.

Aujourd’hui, au cœur du prestigieux Alisei, le Baraonda

Sans conteste, l’Alisei est l’un des plus agréables endroits pour passer de délicieuses vacances à Las Terrenas. Face à l’océan, des appartements confortables éparpillés autour d’une majestueuse piscine, un service hôtelier impeccable, un magnifique SPA, des cours de yoga dont la réputation n’est plus à faire et, cerise sur le gâteau le Baraonda, son superbe resto. Ici, la cuisine fusion tendance Méditerranéo-Caraibe fait frétiller les papilles des gourmets les plus exigeants. Quant aux copieux et succulents petits-déjeuners, ouverts à tous, leur réputation a largement franchie les frontières du village.

Domy nous dit :

J’ai eu envie d’un petit déjeuner face à la mer, au restaurant le Baraonda, à l’entrée de l’hôtel Alisei.

L’endroit est sympathique avec une belle terrasse donnant sur la plage.

L’intérieur de la salle est gai et plein de couleurs vives qui contrastent avec les tables rondes extérieures, beiges.

Le buffet impressionnant, disposé sur 2 grosses tables en bois, regorge de pains tout frais, d’appétissants gâteaux, de viennoiseries, cakes, et pudding, ainsi que de charcuteries, fromages et plats chauds. Un cuisinier est présent pour préparer à la demande pancakes ou omelettes dont vous composez la garniture.

Je n’ai pas eu tant d’appétit, mais ce que j’ai dégusté était bon et frais.

Jolie Gary quant à elle, a lorgné sur mon assiette et s’est régalée d’un mini croissant.

Le jus d’ananas était délicieux, et j’ai copieusement saupoudré mon café de cannelle mise à disposition sur un des comptoirs.

Un moment tranquille et relaxant avec une jolie vue.