Pepita, happy end

Joli bout d’chou tout doux, Pépita, demoiselle chaton-mignon, malicieuse, facétieuse, un brin gourgandine et très cabotine, a trouvé sa famille câline pour de longs moments de tendre complicité et beaucoup plus si affinité.

Après quelques jours d’émotion et d’attente anxieuse, la jolie Pépita a enfin trouvé sa nouvelle maman. C’était pas gagné, personne à LT ne s’est manifesté et les voisins, de plus en plus aigris, piqués par on ne sait quelle mouche venimeuse menaçait de lui faire du mal si une solution n’était pas trouvé instantanément….. Sueurs froides chez ses parents adoptifs, seuls contre une co-propriété haineuse. Et puis, ouf, le miracle s’est produit. Une gentille, jolie dame, touchée par l’histoire de Pépita et en deuil de sa petite chatte est tombée en amour. Encore fallait-il trouver un moyen de la conduire à Sosua. Tergiversation, prise de tête, réflexions…. miracle…. un couple d’amis de Cathy et Eric partaient justement à Sosua ce lundi, vous y croyez  vous aux miracles, moi oui. Et c’est en première classe, dans la jolie roulotte de ma petite chatte Chiffon que la demoiselle a fait le voyage pour rejoindre son nouveau domicile. A l’arrivée, il a fallu faire connaissance avec les 2 toutous de la maison puis se remettre de toutes ces émotions….

Après s’être désaltéré puis s’être régalée d’un million de câlinous de sa nouvelle maman, un petit somme est le bienvenu.

Merci de tout coeur Bel, tu es un amour de femme et Pépita sera la plus heureuse des chatons-mignons avec toi. A très vite.

Publicités

La mesa de Fafa

C’est nouveau, c’est Belge, c’est mignon-trognon et c’est très bon. La mesa de Fafa, petit bistro sans prétention a ouvert ses portes depuis peu devant le parking quads et motos du Paseo, côté village. La déco est fraîche et proprette, du rouge, du saumon, de pimpantes tables laquées blanches sous une jolie palapa de cana. Aux fourneaux la maîtresse de maison, belle et souriante et en salle Fabien, le maître des lieux, belge pure souche, absolument charmant. De leur Belgique natale, ils ont apporté dans leur valise des tas de produits indispensables à la fabrication de délicieux petits plats mitonnés comme à la maison et qui font l’objet de leur menu de la semaine. J’ai raté le boulet frites mais adoré la carbonade à la flamande, longuement marinée dans de la Leffe et des speculos. Une tuerie. Et, je ne vous parle pas des frites maison que Fabien, perfectionniste en diable, va chercher directement chez le producteur, à Limon. La carte est simple mais bien faite, une formule viandes avec plusieurs viandes différentes accompagnées de 3 sauces et 3 légumes ou une formule poissons et toujours ses 3 accompagnements et 3 sauces. Quelques suggestions, le menu de la semaine et le tour est joué. Ah oui, très sympa aussi,  à l’heure de l’apéro, midi ou soir, ou encore le week-end, de gourmandes planches de charcuterie à partager entre copains.

Bienvenue à ce petit nouveau prometteur à la cuisine simple et savoureuse à prix tout doux.

La mesa de Fafa. Paseo de la Costarena, parking quad côté village. Midi et soir.

Une délicieuse rencontre : Pepita, un amour de petit chat.

Joli bout chou tout doux, Pépita, demoiselle chaton-mignon, malicieuse, facétieuse, un brin gourgandine et très cabotine, recherche famille câline pour longs moments de tendre complicité et beaucoup plus si affinité.

C’est en allant rendre visite à Cathy et Eric, deux amis basques amoureux de LT, que je suis tombée sur le plus craquant, le plus adorable, le plus sociable des petits chatons que l’on puisse imaginer. C’est une de leur voisine de vacances, repartie dans son lointain et froid Quebec qui l’a accueillie, soignée, l’a faite stériliser, vacciner, déparasiter. Cathy et Eric ont pris la suite mais ils repartent à leur tour dans quelques semaines et, comble de stupidité, la résidence qui les accueille refuse tout animal. Il leur a été demandé de s’en séparer.

Et, ce n’était pas une bonne idée pour mon petit cœur douloureux à la vue du moindre trognon petit chaton de faire la connaissance de cet amour sur pattes. Trois. J’ai eu la chance de partager ma vie avec trois de ces petits félins tendres et malicieux à la fois. Et, à chaque fois, la triste fin fut des plus douloureuses. Minouche à la belle robe noire luisante a refusé de quitter St-Barth pour me suivre ici. En voyant sa cage de transport toute prête, elle s’est enfuie loin et je ne l’ai plus revue. Choupita, ma douce belle aux yeux pers n’a pas survécu à Cheyenne. Chiffon non plus. Après deux ans de vie commune, mes pourtant si délicieux chiens l’ont bel et bien croquée. Et oui, c’est tout le drame de ma vie. Ma troupe adorée, mes toutous d’amour ne supportent pas les chats et je suis bien involontairement privée de la douce présence de ce petit animal si unique et particulier.

Et c’est pour cette raison que je tenais à vous raconter Pépita et tous les plaisirs que nous procure la co-existence avec un chat.

D’abord, leur ronronnement est l’un des sons les plus réconfortants qui existent, sans oublier que ce sont de véritables machines à câlins, capables en un clin de patoune de chasser bien loin nos idées noires. De nature protectrice ils sont très attachés à leurs proches. Un chat prendra soin de vous. Si vous lui en donnez la chance, il ne sera pas qu’un simple animal de compagnie, il deviendra un membre de votre famille. Le chat possède une relation particulière avec l’être humain. On dit souvent qu’il est indépendant.  Mais le chat est pourtant capable de donner une âme à votre maison. En même temps, fiers et indépendants, ils requièrent peu d’attention. Vous pouvez, sans soucis laisser un chat à la maison toute une journée (avec suffisamment d’eau et de nourriture) sans jamais avoir à vous soucier de son bienêtre.

Enfin, chose non négligeable, dès tout petit, votre compagnon chat chassera d’instinct tous les rongeurs de chez vous ! Fini, ratons, rats, souris, votre maison sera libérée de tous ces intrus malvenus et dangereux pour votre santé.

Séduits ? Convaincus que vous serez plus heureux avec un compagnon-chat. Pepita, la belle et douce  espiègle comblera toutes vos envies. Fière de ses 4 mois, elle est très joueuse mais passe aussi beaucoup de temps à dormir ou paresser, en empruntant des positions de star à faire craquer les cœurs les plus insensibles. Elle est parfaitement propre et s’affiche très sociable. C’est une lady.

Si le cœur vous en dit, si vous vous sentez capable de lui donner autant d’amour et de câlins qu’elle vous en donnera, alors, Pepita est faite pour vous. Vite, contactez-moi en laissant un commentaire ou par mail :claudedoris@yahoo.fr

Merci d’avance, je compte sur vous, Cathy, Eric et Pepita aussi.

A quelques heures de l’an prochain….

2017 s’apprête à tirer sa révérence. Année mi-figue mi-raisin, elle aura compté son lot de catastrophes, de déboires, de départs mais aussi de joie. Nous n’oublierons plus que chaque année, quand septembre pointe le bout de son nez, la plus grande vigilance est requise. Irma et Maria, deux garces bien désagréables ont remis les pendules à l’heure, nous sommes en terrain « miné » et, si, bien sûr elles ont été clémentes avec nous, le désastre est possible….. Du coup, la mer, a grignoté du terrain et les belles plages de Popy ne sont presque plus qu’un agréable souvenir….. Des amis nous ont quitté, je ne pense pas qu’à Johnny, mais surtout à Charly, ce si gentil monsieur, amoureux de Tatoo et de la pétanque. Paquita a rejoint Comanche au paradis des chiens gentils…. Une étoile nous est née. Anne Satin, auteur compositeur et interprète nous a réservé la primeur de sa passion qu’elle espère bien un jour ou l’autre transformer en nouvelle vie. Bisous Anne. Et, pour chacun de nous, à son niveau, 2017 aura été source de joie et de tristesse. 2018 arrive à grands pas, tout autour de ma maison, les « Dominicains de la capitale » sont arrivés à grand renfort de musique à fond, de cris et de pétards….. Les touristes ont envahi rues, plages, boutiques et restos pour le plus grand bonheur des acteurs du tourisme. Chez mon fils, en Australie, c’est déjà l’année prochaine et je lui envoie des milliers de baisers.

Pour le plaisir, une petite sélection des plus belles images de 2017, témoins fidèles de l’atmosphère, parfois décalée mais toujours bon enfant de notre paradis tropical.

Bonne année à tous,que 2018 vous soit douce.

 

A tous les toutous du monde et aux maîtres gentils, un joyeux Noël…..

Une fois n’est pas coutume, cette année, j’ai décidé d’adresser tous mes voeux de Joyeux Noël à mes amis les chiens. Les beaux, les moches, les gais, les tristes, les miens, les vôtres. Ceux qui ont plein de poils, les tondus, les frisés, les racés, les snobs, les coquinous, les chiens de coco, les laissés pour compte, les cabossés, les à 3 pattes ou les très distingués, les chouchoutés, ceux que vous aurez bientôt, ceux que vous aimez, ceux que vous avez abandonné……

Vivre avec un chien, deux, neuf….. constitue une expérience exquise. Bien sûr, il y a les maladresses, les maladies, les voyages improbables, impossibles, les nuits gâchées, les matins trop tôt, les centaines de milliards de poils à ramasser, les jolis vêtements déchirés, les canapés souillés et les délicieux souliers croqués…. Mais il y a cet amour incommensurable, cette petite flamme dans les yeux de votre ami à quatre pattes qui ne s’éteint jamais, quoi que vous fassiez, quel que soit votre allure, beau, élégante, laide, malade, il vous aimera toujours avec la même douce force.

Je vous aime mes chiens et à chaque départ, c’est un déchirement. Joyeux Noël Mina, Domingo, Cheyenne, Coca, Diego, Capucine, Zoé, Charlie, Tatoo…. et aussi Eva, Comanche et Paquita qui m’ont quitté mais qui restent si près de moi, et tous les autres que j’ai pu croiser ou que je ne connais pas, heureux dans leurs gentille famille ou vagabonds de plage, chenapans de la calle… Et joyeux Noël à tous ceux qui partagent du plus profond de leur coeur cette grande passion.

 

Noel au Paseo : dernière ligne droite

On y est… ou presque. Dans le village, c’est l’effervescence Les touristes tant attendus sont arrivés, rendant le sourire au village ravi. Les conchos ne savent plus où donner de la tête et les petites casitas brinquebalantes sur le bord des trottoirs débordent de fruits et légumes savoureux, tout pour réjouir les badauds ébahis.

Au Paseo, on s’apprête à fêter Noel comme il se doit. Les boutiques ont revêtu leurs plus beaux atours, rivalisant d’originalité et d’élégance dans une ambiance chaleureuse et colorée. Et, comme chaque année, les commerçants vous ont concocté un programme aux petits oignons pour rendre ces fêtes inoubliables.

Histoire de ne pas avoir d’excuse pour oublier le dernier cadeau câlin, les commerces seront ouverts en non-stop, de 10h à 20h les samedi et dimanche 23 et 24 décembre, ainsi que le 30 et 31 décembre. D’ailleurs Monsieur papa Noel en personne sera présent les 23 et 24 de 11h à 13h puis 17h à 19h, pour le plus grand bonheur de nos petits bouts de choux.

Samedi, juste avant le réveillon, les petits artistes en herbe rivcaliseront de créativité pour réaliser le plus merveilleux des dessins de Noel. Des bons de 1000 pesos (valables au Paseo) récompenseront les plus beaux chefs-d’œuvre. A 16h, en compagnie de la délicieuse Maryse et de son atelier aux merveilles, les petits doigts de fée se lanceront dans la confection de décos qui raviront papas et mamans.

Le dimanche 24 décembre à midi, place au grand spectacle de Noel avec en guess star les enfants de différentes écoles de Las Terrenas. Au programme, salsa, ballet, chants… il y en aura pour tous les goûts.

Mardi 26, à 17h, c’est une pointure de l’illusionnisme, Pedro Cipriano qui tiendra en haleine un public déjà conquis.

En voilà un programme alléchant. Toute l’équipe des commerçants du Paseo vous attendent nombreux et vous souhaitent de délicieuses fêtes de fin d’année.

A Las Terrenas, on recycle malin pour fêter Noel.

Je sais, le ciel est si bleu et le temps tellement doux que l’on a du mal à se croire à quelques encablures de Noel. Et pourtant, si, tout bientôt, les oiseaux migrateurs ou semi-résidents si vous préférez, venus de France (coucou Cathy), d’Espagne, des Etats-Unis, du Canada (coucou André-Jacques….) vont débarquer, épuisés par un long ou moins long vol et retrouver pour quelques mois délicieux leurs belles habitudes. Un hiver, un Noel de plus sous les tropiques.

Et pour nous convaincre que nous sommes bien mi-décembre et non pas fin juillet, outre, avouons-le quand même des matins frisquets (on frisait les 20 degrés ce matin au réveil, brrr), de ci de là, dans le village d’étranges personnages , des végétaux incongrus, commencent à faire leur apparition…. Devant le bateau immobile près du Village des Pêcheurs ou sur les pelouses du Paseo, des bonhommes de neige ouatés, à la bonne bouille réjouie se pavanent à qui mieux mieux loin de leurs univers enneigés.

Puis, pas loin de la mer, c’est un majestueux sapin de Noel qui émerveille les badauds. Moins somptueux peut-être mais bien plus ingénieux que nos traditionnels épicéas, il est entièrement constitué de bouteilles de plastiques peintes en blanc et décoré de ravissantes roses de Noêl toutes confectionnées par d’habiles petites mains de fées. L’effet est saisissant.

Ailleurs, face à la toute première clinique cubaine, pas loin du beau magasin de Josée, Laksmi Shop, sur le bar de l’ancien resto O Toulouse, c’est un autre petit bonhomme de neige, très malicieux, celui-ci qui trône et joue la vedette, à côté de monsieur le chat roux. C’est la pétillante jeune cuisinière qui l’a créé de toutes pièces à l’aide de gobelets en plastiques, sympa non.

Et puis, le soir, comme par enchantement des vitrines s’illuminent, des lumières scintillent et animent les rues du village. C’est beau un Noel à Las Terrenas.

Merci Mimi pour ces jolies images (michelvoleau.wordpress.com