Léo.

Vous me connaissez maintenant et savez à peu près tout de ma vie, de mes joies, de mes peines, de mes coups d’cœurs et de mes coups d’gueule. Vous savez donc que j’entre dans une période grisouille où, inévitablement, mes amis à 4 pattes, peu à peu vont me quitter. Lundi dernier, Mina s’en est allée…. Grande tristesse après près de 15 années de bonheur. Puis, vendredi, une petite boule d’amour, une incroyable pile électrique, un électron libre, un diablito, un monstre à pattes …. est entré dans notre maison et dans notre vie. Léo, 1 mois et demi.

Non, il ne remplace pas Mina, rien ne peut remplacer un animal aimé, avec lequel on a partagé une belle amitié. Simplement, Léo est arrivé au bon moment. Sa vivacité, son peps inégalable, sa joie de vivre a redessiné un sourire sur mon visage, à rajouté de belles couleurs dans ma vie.

Je lui avais déjà rendu visite chez sa première maman et, avais eu le privilège de faire la connaissance de Mia, sa sublime maman et ses 3 petits frères et sœurs. Son papa, Rocco est un merveilleux chien lui aussi. C’est Mimi qui est allé le chercher vendredi. J’ai préféré l’attendre bien sagement au château de feuilles, tentant d’expliquer à mes toutous très intrigués par mon bavardage incessant que leur vie était sur le point de changer du tout au tout. Ca n’a pas loupé !

L’arrivée du nouveau BB s’est super bien passée. On le renifle devant, derrière. On lui tourne au tour, au passage le retourne aussi, on l’observe. Léo n’est presque pas intimidé, tout au plus surpris quand la meute se met à aboyer lorsqu’un bruyant hélicoptère est passé juste au-dessus de nos têtes. C’est l’heure du repas, l’appétit est bien là. Puis du caca dans le grand jardin….. Mais c’est quoi ce truc vert qui me chatouille les patounes. Chic, des flaques d’eau, on se roule dedans, c’est bon ça…. Plouf dans la piscine, c’était pas prévu. Mais Léo sait nager et pour cette fois,  je le tire de ce mauvais pas. Plus tard, je lui apprendrai comment s’en sortir tout seul, comme un grand, comme les autres. La journée s’est déroulée, tranquille…. Mais la nuit….. un calvaire. Déjà que mon sommeil n’est jamais au beau fixe, là j’ai morflé. Bien sûr, le diablito a fini dans mon lit, ce qui ne fut pas au goût des autres. Le lendemain, l’amitié que je pensais acquise s’est transformée en grognements et exhibition de grandes dents terrorisantes, enfin terrorisantes pour moi, lui, ne semblait pas en être perturbé, ce qui me perturbait encore plus. La journée est passée, assez angoissante. Diego, mon grand malinois d’amour a fait la gueule et a fait sa tronche diabolique de chien d’attaque avec des dents de 15 cm, Cheyenne itou quant à Charlie, elle était au bord de la dépression. Même Tatoo s’est interrogé sur la nécessité d’introduire ce terrible élément perturbateur dans notre douce et harmonieuse complicité. La nuit fut tout aussi catastrophique que la précédente.

Il fallait agir et vite. Pour éviter de faire n’importe quoi, un petit message à Claude. Ben oui, Claude des chiens. Le meilleur comportementaliste que je connaisse mais qui, pour le moment bosse toujours à St Martin. C’est pratique ! Bref, quelques conseils, parait que c’est normal et que Léo doit trouver sa place dans la meute. Un précieux sésame  « Pas toucher »,un petit coup de torchon sur le museau trop agressif et tout devrait rentrer dans l’ordre….. Hier, Léo est allé faire un petit tour au village avec papa Mimi. Réticent au début, il a très vite accepté la laisse et parait que s’est comporté comme un vrai petit ange. A la maison, ça va plutôt mieux. Aucun des toutous ne se laisse intimider par sa jolie bouille d’amour, Diego est encore tiède à son égard mais, visiblement ça va mieux. Et la nuit ! Et bien les nuits se passent dorénavant dans le lit de papa Mimi avec p’tit Tatoo. On ferme la porte et nous, dans notre chenil, on dort tranquille……

Soit le bienvenu dans ta maison Léo. On t’aime déjà très fort.

Mina la belle rebelle.

C’était la première de ma meute. Elle est arrivée chez moi à 3 mois dans les bras de sa jolie première maman Patricia. Un caractère bien trempé. Solitaire, exclusive, elle était raide dingue amoureuse de Choupita ma petite chatte blanche. Elle a accepté Domingo qui a débarqué quelque 6 mois plus tard, a supporté Paquita l’année suivante….. Mais, quand les autres sont arrivés, plus tard, à commencer par Cheyenne, la belle Malinoise puis Coca et toute la troupe, aie…. ça a commencé à coincer. Je pense ne pas me tromper en disant qu’à un moment ou un autre elle les a tous croqués….plus ou moins fort! Jusqu’au jour où, lassés de son impertinence, ils lui ont tous sauté dessus, ensemble. Pauvre Mina, elle ne faisait pas la fière. Et, depuis ce jour son caractère a changé, même avec moi. Finis les câlins, comme si elle me reprochait son accident de parcours. En un sens elle n’avait pas tort…..

Depuis quelques mois elle n’était pas en super forme et a du accepter plusieurs séjours à la clinique d’Enrique. Elle en revenait requinquée, plus fringante. Et puis, depuis deux jours….. disons qu’elle avait perdu sa dignité et ça c’était juste pas supportable. De plus en plus handicapée, elle ne pouvait plus grimper sur son lit et acceptait tant bien que mal a passer ses nuits et ses jours sur un coussin improvisé en dodo. Ce matin, le spectacle était effroyable et ses yeux en disaient long. Le moment était venu de l’aider. Adieu ma jolie puce. Tu as partagé ma vie pendant près de 15 années et tu l’as emplie de bonheur. Tu resteras toujours dans mon coeur. Je t’aime. Je suis si triste.

Léo.

Je sais. J’avais dit quand mes deux petits vieux (14 et 15 ans) m’auront quittée, le plus tard possible, j’envisagerai la venue d’un ou deux petits nouveaux. Oui, mais voilà, dans la vie on ne fait pas toujours ce qu’on veut. Et puis, après tout, ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Et puis, c’est comme ça. J’ai fait sa connaissance ce matin, ainsi que celle de sa jolie maman et de ses petits frères et soeurs. C’était prévisible, la simple visite de courtoisie, histoire de faire plaisir à mon Enrique adoré, s’est transformée en coup de foudre brutal. Absolu. Je l’aime déjà d’amour alors que je ne pourrai le serrer fort dans mes bras que dans quelques semaines. Il est tout rond, tout dodu mais encore tout petit et a besoin de sa maman pour vivre. Mais, bientôt, Léo fera connaissance de sa meute de nouveaux frérots et grandes soeurs. Un petit nounours. Et puis, on lui dénichera une petite soeurette. Faire des bêtises à deux, c’est tellement mieux……

Octobre.

Tortueux, torturé, magnifique, un beau géant dans mon jardin

Sur la pointe des pieds, presque en catimini, l’été s’en est allé. Octobre est tout proche. Déjà la lumière est différente, les journées raccourcissent à vue d’oeil, l’air est plus doux et la lumière sublime. C’est beau l’automne à Las Terrenas, à condition bien sûr que le ciel nous épargne ses colères. Pour l’instant, terriblement bleu, beau et conciliant, il est plutôt sympa le ciel….

De la délicieuse chanson de Cabrel à quelques images chipées à un beau dimanche de fin septembre, une exquise petite balade tout en douceur pour nous mener aux portes d’Octobre….

https://www.youtube.com/watch?v=B3chRntnMRw

 


J’y médite, j’y lis beaucoup, j’y rêve…. mon hamac, comme un havre de paix.

 


Mon château de feuille auréolé de bleu, et pourtant Octobre approche…..

 

Presque, presque, on se croirait en automne, exquis bouquet en trompe l’oeil

 

Histoire de se faire du bien, un massage tout en douceur sur la plage.

Les couleurs s’échauffent, la carte postale est juste pour vous.

 

Et puis, après le coup d’feu du déjeuner, on peut enfin se reposer.

Emblématique de notre village, l’exquis ginger.

…. Après la pluie le beau temps.

….. Et puis, il y a des jours où tout va bien. Le ciel nous semble plus bleu, les petits soucis du quotidien s’estompent devant la réalité et font place à une belle grosse bouffée de bonheur. Isaac nous a boudés. Et c’est déjà suffisant pour se sentir mieux. OK, il nous a copieusement arrosé le bougre ou du moins ce qu’il en restait. Déçu de s’être débilité dans la mer des Caraibes, il s’est vengé en nous balançant du mieux qu’il le pouvait des trombes d’eau sur le coin du nez. On s’en fout. Même pas peur, et notre belle végétation en a profité. Mon jardin massacré par la luz (vous vous souvenez) est plus beau que jamais, les bananiers longtemps boudeurs ont fait plein de BB et dans la foulée plein de régimes de bananes. Rien qu’hier, j’en ai compté 22…. Qui vont tous murir en même temps….. Si le cœur vous en dit… ah non, zut vous êtes trop loin !

 

Mina….

Et puis, même si ma Mina (15 ans dans 3 mois) ne rajeunit pas, même si 3 fois par jour, je vais la repêcher dans la piscine. Ben oui, aveugle et sourde ça n’aide pas, et bien figurez-vous qu’enfin, elle m’aime, elle me cherche toute la journée. Elle me repère dans ce qui lui reste de vision trouble et désire mon contact et je peux, après tout ce temps, enfin la caresser et la câliner. Et mon amour de Domingo (14 ans et demi) n’est pas bien fringant, tout maigre, tout rapetissé, il a abandonné l’idée de tenir sa jolie queue en tire-bouchon, elle pend mollement comme un étendard inutile. Je les aime tant mes vieux toutous. Plus de 14 ans de vie commune, c’est pas rien. Et puis, Mimi m’a promis que quand ils nous auront quittés, tous les deux, le plus tard possible, j’aurai le droit de retomber amoureuse de deux petits amours. Je suis prête, j’ai encore plein d’amour à donner. Et puis les autres me mènent la vie dure dès qu’ils lisent dans mes pensées que j’aurais peut-être, si ça se trouve, la velleité de sortir et de m’échapper un moment de leur champs de vision…. A peine l’idée en tête, ils me scotchent, me grattent, me fixent, me lâchent plus…. Et l’on me dira que les chiens sont des bêtes, oh non, ils savent avant moi ce que je vais avoir envie de faire.

Domingo et sa célèbre queue en tire-bouchon….

Et puis, après deux ans de bataille, les différentes caisses sensés me verser une toute tit’ retraite se manifestent, m’envoient des messages, me répondent….. c’est très terre à terre vous me direz, mais, j’vous jure quand on s’est bagarrée comme une malade à l’autre bout du monde, sans service postal et que l’on arrive enfin à quelque chose, ouf, ça fait du bien.

Et puis, le soleil est revenu même si l’automne approche à petits pas. D’ailleurs, c’est sympa l’automne ici, les journées raccourcissent et je profite de longs moments cocooning dans mon joli château de feuilles, sous mon mur de filles, entourée de ma douce meute enamourée.

Allez, à défaut d’avoir l’autorisation suprême canine de m’échapper, je retourne en balade à travers l’exquise vidéo de Rep dHom que je vous ai offerte sur mon précédent post. Belle journée à tous, profitez des délicieux moments et quand le temps est plus rude, courbez le dos, ça passera, ça passe toujours. Après la pluie le beau temps.

Balade de fin d’été…. En vidéo…..

Une fois n’est pas coutume et je vous propose de partir en compagnie de « RepdHome-Fotodrone-Dominica » pour une belle balade le long de quelques-unes de nos plus précieuses plages.

Cette délicieuse escapade est parfaitement réalisée, ne négligeant aucun des spots de prédilection des amoureux de notre belle région. Plages, hôtels de charme, petits restos de plage, tout y est. J’ai passé un superbe moment d’évasion et j’espère que, vous me pardonnerez, cette fois de préférer l’image au mot. Promis, la promenade en vaut la peine.

Merci RepdHome-Fotodrone-Dominica. http://www.repdhome.com

Un coup d’œil vers les nuages

Et Dieu sait qu’aujourd’hui, on est servi. Le ciel est plombé, d’un uniforme et ma foi assez seyant gris souris…..

Avant, pendant toute la durée de la saison cyclonique, je vous abreuvais de mes commentaires, ou plutôt des commentaires avisés de spécialistes des phénomènes cycloniques. Photos à l’appui. Mais ça, c’était avant. Puis, un ami m’a lancé, comme ça, mine de rien une petite pique qui m’a fait réagir…. Loin de moi l’idée de vous alarmer. En ce qui me concerne, durant cette période mi-figue-mi-raisin, je passe mon temps le nez planté devant les sites spécialisés dans l’espoir de conjurer le mauvais sort. La peur n’empêche pas le danger, c’est ce qu’on dit, mais moi, je préfère savoir à quelle sauce on va me manger. Bref, je vous abreuvais donc d’images qui se voulaient rassurantes mais qui étaient pourtant bel et bien fort inquiétantes…. Pour la bonne raison que peu d’entre vous prenaient la peine de lire les textes d’explication de ces graphiques colorés, se contentant, perplexes d’observer les images. En fille intelligente que je suis (LOL) j’ai changé mon fusil d’épaule et je ne vous parle plus de rien. Ce qui ne m’empêche pas de me tenir au courant. Mais voilà, depuis, je reçois des tas de messages de personnes inquiètes de mon silence….. alors aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, petit coup d’œil vers les nuages.

C’est pas terrible dans l’Atlantique, plutôt rock en roll. La grosse Florence s’approche des côtes américaines, Joyce et Hélène font les folles au milieu de l’océan et Isaac a décidé de se payer du bon temps du côté des CaraÏbes. Il n’est pas loin celui-là, ou plutôt celle-là parce que à l’heure où je vous parle et où il traverse les petites Antilles, il est redevenu Tempête tropicale. Il a choisi de se frayer un chemin juste entre la Martinique et la Guadeloupe qu’il arrose copieusement, ça c’est sûr. Puis, il poursuivra, vraisemblablement sa course dans la mer des Caraïbes, bien loin des côtes de la République Dominicaine, histoire de rejoindre la croix orange qui s’amuse du côté de l’Amérique Centrale, une autre perturbation bien de saison. Espérons que les deux compères se contenteront d’une petite balade entre potes dans les eaux chaudes des Caraïbes, sans plus inquiéter personne. Chez nous, allez, on va dire qu’il risque de mouiller, un peu comme c’est le cas maintenant. Mais rien de bien méchant.

Pour l’instant, et je touche du bois, et je vous conseille d’en faire autant, on ne s’en sort pas trop mal. Ma jolie panic-room est juste jolie et ne remplit aucune fonction délicate, et c’est juste bien comme ça. Promis, s’il me semble que derrière les nuages un autre phénomène indélicat risque de perturber nos douces journées tropicales, je saute sur mon blog et vous raconte…. A condition que vous preniez la peine d’une petite promenade au pays de mes mots….