Gastronomie, bistronomie… la Cave à Vin, une pépite rare à découvrir d’urgence.

Et, en plus, ils sont juste adorables. Ils… ? Cecile, la talentueuse chef qui ignorait jusqu’ici qu’elle possédait un veritable don et Christian son compagnon, bourlingueur insatiable, amoureux fou de la vie et des petits plats de sa chérie.

Originaires du beau Bassin d’Arcachon, c’est à Marrakech qu’ils ont vraiment fait leurs armes à deux, dans l’hôtellerie et la restauration même si Christian, grand voyageur devant l’éternel avait, en solitaire, joué des gammes à St Martin, au Brésil…

Début janvier, après quelques semaines sur place, à la recherche d’une activité ludique, ils se lancent dans une aventure audacieuse en reprenant les rênes de La Cave à Vin du Paseo.

En janvier, Las Terrenas fourmille de ceux que l’on appelle les oiseaux migrateurs, pour la plupart, canadiens bon vivants, fans de bons plans, de moments privilégiés, de cuisine raffinée, arrosée de petits vins gouleyants. Tres vite, ils tombent en amour pour ce petit bistro sympa. Il faut dire que dès le début, la jolie Cécile se donne a fond pour satisfaire une clientele heteroclite. Avec Christian, ils mettent au point une organisation aux petits oignons. Elle cuisine et lui s’occupe de l’intendance, des courses et du service en salle et sur la jolie terrasse.

L’idée, une cuisine faisant la part belle aux produits frais et locaux. Ici, pas de carte mirobolante et parfois lassante. Chaque jour une ardoise différente aux propositions multiples, entrées, plat et dessert selon le panier du jour. Et, Cécile, très vite se révèle une cuisinière hors pair, alliant originalité, créativité, sens du détail et dressages d’exceptions en toute circonstance. Ses assiettes raffinées se dégustent d’abord avec les yeux. On peut dire, sans mentir qu’elle excelle véritablement dans son art et ce ne sont pas ses clients fidèles, gourmets et gourmands qui vous diront le contraire. Les oiseux migrateurs s’en sont retournés dans leur beau pays mais une clientèle, renouvelée d’autochtones, résidents ou touristes reste sous le charme.

En entrée, comment ne pas craquer pour la succulente crème de poireaux et oignons confits doree au chalumeau et saupoudrée de sucre roux. Le gaspacho de betterave, crème fouettée et pistache se déguste comme un nuage de bonheur. L’houmous, savoureux se partage ou pas. Le velouté de chou-fleur joue la vedette avec ses pétales de bacon et sa pistache concassée a cote de la tarte fine de radis roses, fromage frais parsemée de coriandre.

Côté plat, chaque jour un poisson, une viande, un burger et une riche salade composée. Steack de thon aux légumes croquants, filet de dorade au four, crème de chorizo et potimarron, tartare de thon, œuf mollet panné aux herbes et pistache avec sa crème d’avocat… et pour les amoureux de bonne viande, histoire de faire voyager ses papilles, tajine de poulet au citron et olives ou encore sauté de porc sauce teriyaki. Pour les becs sucrés, panacotta fraîche aux fruits rouges, flan coco d’un autre monde, mousse au chocolat gourmande, tarte tatin absolument régressive ou insolite gâteau à l’orange, spécialité de la grand-mère chérie de Cecile mais aussi l’incontournable pain perdu au caramel beurre salé terriblement réconfortant.

On aurait aimer garder secrète cette adresse, havre de paix et de saveurs ouvert pour le petit-dejeuner et le dejeuner a prix tout, tout doux. Mais, ce ne serait pas rendre hommage au talent de Cecile et Christian qui n’est pas en reste dans son rôle en salle. Bravo les amis, on a beaucoup de chance de vous accueillir dans notre petit village du bout du monde.

Après le marché, un petit ballon de Beaujolais Nouveau à la Cave à Vins

DSCN2824

Et, ce qui est sympa, après avoir flâné au soleil le long des stands du Marché de Noel du Paséo, c’est de s’arrêter pour boire un petit verre à la Cave à Vins. Sur la terrasse à l’ombre, ou, au frais, à l’intérieur où l’on n’apprécie la clim à sa juste valeur.

cave

Miracle, après je ne sais combien de négociations, Samuel a réussi à « arracher » (non sans mal) quelques bouteilles de Beaujolais Nouveau aux amateurs de la capitale. Non mais, on est le village francais, oui ou non! Et il est bon ce petit Beaujolais, juste parfumé comme il faut, léger, servi bien frais….. les papilles en frétillent de satisfaction. N’attendez pas trop pour profiter de ce petit bonheur, les quantités sont très réduites et après, il faudra attendre l’année prochaine pour ne pas manquer ce rendez-vous planétaire.

Sympas comme toujours, histoire de lui souhaiter la bienvenue, nous avons offert à Samuel deux photos de Michel (Voleau), Rhino (vous le reconnaitrez facilement) et Coquecigrue se disputent la vedette dans ce bel endroit convivial.

DSCN2842

Une petite visite s’impose!