Califorña, rendez-vous en terre inconnue dans un petit coin de paradis.

C’est la saison des coups d’cœur et des belles découvertes mais, pour ce coup là, Il fallait vraiment que l’endroit sorte des sentiers battus pour que je vous en conte la belle histoire.  Un lieu enchanteur ….. à des kilomètres de mon petit village, direction Punta Cana. Il fallait surtout que son créateur soit une personne chère à mon cœur,  un mec bien dont nous avons tous ici apprécié la gentillesse, l’optimisme et le dynamisme. Deux ans déjà qu’il a tourné les talons et s’en est allé sans se retourner vers une nouvelle destination. Deux ans qu’il a passé à scruter, écouter, se balader, calculer…. rêver quand il n’avait pas le bonheur de s’occuper de son petit bout de cœur « Potato » son adorable gamine.

Le One Love, son premier BB

Quand il a débarqué de son Canada frisquet, Terry avait déjà des idées plein la tête. Des idées un peu farfelues pour certains, voire complètement loufoques ; novatrices pour beaucoup d’autres. Au fil du temps, presque en catimini, le OneLove est devenu le rendez-vous prisé du tout LT, touristes et résidents confondus, de toutes nationalités, le spot incontournable du village. Une situation de rêve les pieds dans l’eau, une déco simple et charmante à son image, des burgers de folie dont on ventait les mérites bien au-delà de nos frontières, des écrans géants pour suivre des matchs en direct entre potes et des soirées de dingue sur la plage jusqu’au petit matin.

Petit à petit, une idée fait son chemin…

Fort de l’engouement suscité par le OneLove , c’est tout naturellement que Terry, en prenant tout son temps mais en posant judicieusement ses jalons eut l’envie irrésistible de créer un nouvel endroit qui lui ressemble. Un endroit fun aux parfums d’Hawai, de Californie, de surfers bronzés et de jolies filles en bikini, un rendez-vous ensoleillé, chic mais décontracté…. C’est en parlant avec des amis, québécois entre autres, bien ancrés dans le milieu des loisirs pour beaucoup qu’il eut la conviction que l’idée qui germait, là, au fond de sa tête, était la bonne….. Un peu flou au départ, le  concept Califorña allait éclore mais, pour l’heure, il échappait à son contrôle, baguenaudant de ligne de vêtement à site de voyage, en passant par organisateur de concert, hôtel, resto, etc….

C’est en se baladant main dans la main avec sa petite fille lors d’un de leurs longs week-ends en amoureux dont ils sont si friands que surgit le coup de foudre. Une plage de rêve préservée des All Inclusive omniprésents dans le quartier, un local insolite, genre case de lifeguard californien, un potentiel évident….. en un instant Califorña sortait du flou et s’invitait en pleine lumière. Ce sera là et ce sera génial…. Pas juste un resto, pas juste un bar mais un endroit cool, sorte de club de plage, point de rendez-vous des amoureux d’un art de vivre faisant la part belle à la cuisine saine, à la bonne musique, au sport tout en décontraction….. on mange, on sirote un cocktail, on fait la fête en toute simplicité, on joue au beach-volley, on s’offre un t-shirt floqué Califorña, une casquette, une serviette douce, on s’éclate devant un concert en live, improvisé ou pas, tôt ou tard dans la soirée….

Califorña, déco tendance et food healthy

Côté déco, le look case de lifeguard californien sert de point d’achoppement. Du bois, du rouge et du blanc, une pointe de turquoise, un toit de palmes, un bar joli, autour duquel s’invitent des fleurs, des feuilles, des fruits, une salle cosy pour s’abriter du soleil, une belle terrasse pour en profiter, un coin lounge-cocktail-cocooning, de voluptueux lits de plage pour rêver face à la mer et une multitude de confortables chaises longues aux coussins moelleux….. La déco, chic, sobre, naturelle est signée Terry. Bravo patron, il faut dire qu’avec tes 25 ans de « bar » tu maîtrises le sujet.

Dès potron-minet ou presque, c’est-à-dire aux alentours de 8h le matin et tout au long de la journée les gourmets se pressent autour d’un copieux et savoureux petit dej. américain coloré, ultra-santé, aussi beau à regarder que bon à déguster. Spécialité de la maison, le très tendance poke-bowl (prononcer « Pokai »), dernier chouchou des amateurs de healthy food venu tout droit d’Hawai. Les américains en raffolent mais pas qu’eux. Du poisson cru mariné dans de la sauce soja, de l’avocat coupé en tranches, des algues, des noix de cajou ou de macadamia, des oignons émincés, du gingembre, de la mangue, du riz…. Un petit bol de bonheur frais et succulent qui fait déjà le succès du lieu….. Pour combler les petites faims, des salades saveurs pleines de couleurs et d’imagination et, clin d’œil à son Montréal chéri, bien sûr la véritable vraie poutine.

Côté cocktails, on touche à la perfection. Une saveur unique, une présentation divine….. normal,  ils ont tous été élaborés par le célèbre Franck, chef de bar du Relais Eden à Cap Cana, une sommité en la matière.

Ajoutez à cela de la belle musique, en live les samedis après-midi, un dj le dimanche, des talents locaux ou des célébrités et vous comprendrez vite pourquoi Terry ne s’est pas trompé en réalisant son rêve de Californie et en nous offrant avec toute la gentillesse et le professionnalisme dont il a le secret ce merveilleux Califorña.

Le boss a accompli son rêve. Heureux dans son job, heureux dans sa complicité avec « Potato » son petit amour de fille avec laquelle il partage de plus en plus de délicieux moments et pour laquelle il a choisi de s’entourer d’une équipe au top niveau lui permettant de longs moments de plénitude à deux et de bonheur complet.

 

Califorña . Playa Bibijagua, en plein coeur de Bavaro.

Publicités

Mahona : tout en douceur et raffinement, l’adresse secrète au charme cosy-câlin. Mon coup d’coeur absolu!

Difficile de vous raconter le charme du Mahona B & B sans vous parler de la merveilleuse histoire de ses nouveaux propriétaires. D’abord, il y a eu Béa qui, succombant à la délicieuse atmosphère des lieux décida d’acheter l’hôtel…. Oui mais, pour cela il fallait régler ses affaires en France et préparer sa venue….Sauf que … Daniel est arrivé  tout droit de l’Ile Maurice avec la violente envie de changer d’air. Conscient lui aussi des indéniables atouts du petit établissement, il n’hésite pas une seconde et en devint propriétaire sur le champ….. Et Béa dans tout ça ? Furieuse, elle saute dans le premier avion, débarque à la porte de l’hôtel, bien décidé à dire ses 4 vérités au goujat lui ayant « volé » son Mahona….. Oui mais, la vie est ainsi faite qu’elle réserve toujours des surprises. Ce fut le coup de foudre instantané entre les deux antagonistes. Et moins d’un mois plus tard, ils étaient mariés et démarraient dans la joie et la bonne humeur le relooking de l’objet de leur convoitise.

Il faut dire que la belle dame n’en est pas à son premier relooking. Architecte d’intérieur de renom, elle s’est spécialisée dans la déco d’hôtel dans le monde entier. Sa vision délicate et son grand professionnalisme ont su insuffler une vie nouvelle à ce lieu au fort potentiel, le métamorphosant  en un petit nid cosy et tendance. Adepte d’un style ethnique chic qui fait la part belle aux matières nobles et aux tons naturels, la créatrice imagine une mise en scène intemporelle, propice au voyage. Elle mélange avec audace des objets aux lignes épurées, contemporains ou chinés dans des brocantes, des lustres de cristal tarabiscotés et de délicates suspensions en biscuits, en verre soufflé ou en jonc naturel…. des pinceaux géants de Thailande, de fabuleux colliers de papous, des antiquités romaines, des chapeaux de paille ou des dollars des sables, du bois précieux, lin, coton, chanvre, osier, peau de bêtes, cuir, corne, jute…

Nichés dans un écrin de verdure, tout autour d’une belle piscine, chacun des 9 bungalows est unique et possède sa propre identité à l’atmosphère câline et relaxante. Difficile de trouver à quelques encablures de la plage et du Village des Pêcheurs, mais parfaitement au calme un établissement d’où se dégagent un tel charme et une telle plénitude.

Afin d’effacer au plus vite les désagréments d’un voyage parfois épuisant ou juste pour vous faire plaisir, un ravissant salon d’esthétique, abrité sous un vaste toit de palmes vous accueillera pour un massage relaxant, vivifiant, un soin, une épilation, une remise en beauté….. Un peu plus loin, au détour d’un sentier fleuri, de quelques orchidées, un autre toit de palme. C’est l’endroit privilégié des petits-déjeuners, un espace absolument délicieux où un incongru mais fabuleux lustre de cristal se partage la vedette avec de majestueuses feuilles de palme en bronze. Le moment-bonheur où l’art de vivre prend tout son sens et où l’on aime papoter avec les hôtes, partager ses impressions de la veille, s’échanger de bonnes adresses et savourer les délicieuses gourmandises de la maison. Savoureux pain perdu aux parfums de l’enfance, croissants croustillants, pain tout frais, confitures maison, salades de fruits préparées avec amour et jus pressés minute. Le personnel, à l’image de Béa et Daniel, est adorable et déborde d’attention pour les convives ravis.

Vous l’auriez deviné, j’ai été subjuguée par cette adresse de charme que l’on attendait depuis longtemps à Las Terrenas. Aucune fausse note, une attention de tous les instants, un décor magique sans ostentation, une atmosphère sereine et relaxante, et, cerise sur le gâteau, des prix tout doux. Bref que du bonheur. Merci Béa et Daniel de m’avoir permis de découvrir un si bel endroit. J’espère de tout cœur avoir réussi à partager mon enthousiasme, vous le méritez tant. Encore bravo à vous deux !

Mahona hôtel B&B. 

Calle Italia 3 Las Terrenas (derrière le Don Cesar)
849 651-3078

Quand la séance de toilettage se transforme en tendre complicité….

Un grand bonheur bonheur, pour eux et pour moi et une vie de maman chiens grandement facilitée.

J’avoue, quand ça parle de chien, je suis vulnérable, vous en seriez-vous douté ??? Et bien, il y a quelques jours j’ai craqué pour un gadget ou ce que je pensais n’être qu’un gadget, un gant « magique » ramasseur de poils….. Je l’ai reçu aujourd’hui et, surprise, ce que je prenais pour une fantaisie m’apparaît comme l’une des plus belles inventions en matière de confort et de complicité entre le chien et son maître.

Je m’explique. Inévitablement, notre toutou d’amour, à un moment ou un autre, ou, tout le temps perd quelques poils, ou…. des quantités de poils. Alors, imaginez le travail quand vous n’avez pas un mais neuf toutous….. Bonjour l’aspirateur car, même si votre BB d’amour vous aime à la folie, il n’apprécie pas toujours les longues séances de brossage traditionnel. Enfin, c’est le cas chez moi. Mis à part Diego mon amorecito, Cheyenne, ma pupuce adorée et la douce Coca, les autres ont plutôt tendance à se barrer quand ils me voient approcher, l’air faux-cul et la redoutable brosse à la main. Or, depuis l’arrivée de mon nouveau joujou magique, presque, presque, ils font la queue pour venir se faire cajoler, masser par ce drôle de gants à picots doux qui recouvre la main de maman. Ils s’étirent langoureusement sous mes caresses-massages-nettoyages, tendent leurs patounes, se roulent sur le dos, m’offrent leur petit ventre rond, gémissent, en redemandent. Et ça n’arrête pas, du plus peureux au plus délicat, ils veulent tous essayer et raffolent de ce petit moment de câlin-bien-être, chouchouté par maman. Même ma vieille Mina effarouchée et mon Domingo pas au mieux de sa forme y ont eu droit et ont manifesté leur plaisir par des petits léchoux tout doux.La pénible séance-course poursuite de brossage s’est transformée, comme par miracle en tendre moment de complicité et de relaxation.

J’adore mon gant magique et, de ce pas, je vais en recommander quelques-un, histoire de ne plus jamais en être privé. Si le cœur vous en dit, je commande pour vous aussi…. Au fait, ça marche pour les chats aussi.

 

Réflexions : tout est bien qui finit bien….

Promis, après je change de registre et comme vous avez été adorable avec moi lors de cette douloureuse confrontation, je vais vous révéler mon dernier coup d’cœur en matière de petit resto, sympa comme tout à Las Terrenas…..

Mais, avant, je voulais clore ce chapitre de réflexions par une bonne nouvelle. Vous vous souvenez une demoiselle au nom délicieux mais aux propos perfides avait revêtu son costume de Zorro pour sauver les pauvres et les opprimés à travers les réseaux sociaux. Elle n’a pas aimé mes réflexions consistant à lui faire remarquer que ce n’était peut-être pas le lieu approprié,  et, au fil de ses posts de plus en plus délicats, elle n’a pas hésité à utiliser des termes fleuris, de plus en plus fleuris. De crêpe, je suis passée à conne, puis sale conne…. Il a aussi été question de cul, il parait que je suis aigrie parce que personne ne s’occupe plus de mon cul….. puis mon mari fut mis sur la sellette, le pauvre, tellement loin de ses gamineries….c’est pas beau hein et, pardon si je vous choque mais ce sont bien ses mots ….

La bonne nouvelle, c’est qu’au fil des doux messages échangés, elle s’est dénichée un compagnon de mots moches. Je ne cite pas son nom, il se reconnaîtra, il est tout seul. D’ailleurs, elle se plaignait de ne pas avoir de fan club, elle…. Ben ça y est, elle en a un. Certes, il semble n’y avoir qu’un membre dans son club mais c’est déjà ça. Et, ils me paraissent si coordonnés que l’histoire pourrait bien déboucher sur quelque chose de fort….. Prions juste pour qu’ils ne nous fassent pas de petits à leur image car là, nous aurions du soucis à nous faire, nous qui raffolons des jolies mots et des jolies choses….

L’avenir nous le dira ! En tout cas, tout est bien qui finit bien…..

Réflexions…..

C’est drôle ou plutôt non, c’est même très inquiétant. Hier, entre deux bronzettes et deux trempettes dans ma piscine, je me suis penchée sur une discussion facebookienne plutôt cocasse, voire incongrue, qui m’avait interpellée. Une prénommée Angélique, résidente dans le pays, recherchait des témoignages de victimes d’escrocs en République Dominicaine pour un soi-disant reportage sur la chaîne française M6. D’abord j’ai cru halluciner, une chaîne de télé cherchant des escrocs aurait certainement eu une formulation différente et puis les tracas des étrangers en Rep. Dom., et seulement les tracas, est-ce que cela vaut vraiment une émission…. Bref, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, des dizaines et des dizaines de « pauvres » victimes se sont manifestées, puis des gens bien intentionnés connaissant des escrocs, puis des défenseurs de l’humanité, puis des de mauvaise foi n’ayant pas grand-chose à dire mais se délectant de l’aubaine, pouvoir cracher sur le pays dans lequel ils n’ont pas pu s’intégrer…. Le tout pimenté des petites piques mesquines de la prénommée Angélique, bien décidée à combattre les méchants escrocs et à défendre les gentils arnaqués…. Entendons-nous bien, loin de moi l’idée de défendre les arnaqueurs et me moquer des naïfs, c’est juste l’idée de susciter un débat aussi merdique qui m’a gêné dans l’histoire. N’écoutant que mon courage, je me suis permise une réflexion dans laquelle je laissais entendre qu’il me semblait que partout dans le monde il y avait des bons et des moins bons, des escrocs et des gens honnêtes, des victimes et des personnes ravis…. Elle a pas aimé l’Angélique me reprochant de ne vivre que dans un monde de bisounours et de tromper mes lecteurs avec mon blog trop optimiste.

Demoiselle, non je ne vis pas dans un monde de bisounours et si mon blog respire le bonheur, c’est peut-être juste parce que je mets tout mon cœur dans l’idée d’être heureuse et de partager cette délicieuse sensation avec le plus grand nombre, ceux en tout cas qui veulent me suivre. Ca n’a pas toujours été le cas et, ma vie a connu aussi des revers douloureux. J’ai rencontré des « escrocs », des voyous, j’ai connu le deuil, mais j’ai fait une croix sur ces mauvaises expériences et plutôt que de ressasser les points négatifs, il me semble qu’il est essentiel de magnifier le positif, le beau, le bon.

Qui m’aime me suive dans cette belle aventure. Prendre le temps de savourer les merveilles qui nous entourent, passer de précieux moments avec des personnes qui nous ressemblent, faire les yeux doux aux animaux, s’enivrer du soleil dans les cheveux, de la mer sur notre peau, du sable doux caressant nos pieds nus….. et se méfier des beaux parleurs… fuir les grandes gueules quoi….. Publier de jolies images plutôt que des poubelles et régler ses litiges ailleurs que sur les réseaux sociaux. Essayez, demoiselle, vous verrez c’est hyper relaxant, bon pour la santé et la beauté de l’âme.

Le 16 juin à Popy, Woofstock, la fête des toutous

Le festival Woofstock  (clin d’œil au mythique Woodstock) créé il y a tout juste 15 ans sur le continent nord-américain est une immense kermesse, fête cocasse, festival de plein air, partie de campagne ….dédié à nos amis les chiens.  En mars de cette année, il a fait une entrée timide mais remarquée à Cabarete. La délicieuse Cosette, fondatrice de la société Animadog faisait partie de la fête. Séduite par l’incroyable convivialité de l’événement et son atmosphère hippie-bohème, elle a décidé de tenter le coup et de mettre sur pieds le 1er Woofstock de Las Terrenas.

Fidèle à l’esprit du festival original, « notre » audacieux Woofstock promet d’être une grande fête bon enfant en l’honneur de nos amis à quatre pattes qui, bien entendu, seront les bienvenus. Au programme, musique live sur la plage de Punta Poppy avec en guest star, Coda (R & B / Américain Soul, Rock Anglais et plus encore…)   et la talentueuse Erika Veras….. Au programme également, démonstration des danses emblématiques de notre pays d’adoption, merengue,  bacchata et bien sûr salsa ; animations pour les petits (maquillage, jeux, ateliers, etc….) ; marché artisanal local ; mais aussi, histoire de vous rafraîchir entre deux danses effrénées, un petit bar…. tendance écolo, et ça c’est plutôt juste top: afin d’éviter les amoncellements de plastique sur la plage, les boissons, vous seront servies dans des verres en plastique dur, loués 50 pesos. Somme qui vous sera rendue …. quand vous n’aurez plus soif …. et que vous restituerez votre verre, la fête terminée. Pour grignoter, pop corn, hot dogs mais aussi, pourquoi pas, petits plats câlins, pizzas ou hamburgers livrés sur place par la géniale appli Komida en collaboration avec son non moins génial créateur Sébastien. Tout un programme ! Un charmant moment en perspective dont les bénéfices, versés à la société Animadog seront intégralement consacrés au bien-être de nos amis à 4 pattes. Si le cœur vous en dit, un coffre-fort généreusement offert par Fort Knox atteste à tout moment de la transparence de l’association de la pétillante Cosette.

Créée en 2017, cette si indispensable association s’est donnée pour mission d’aider, de soigner, nourrir, traiter, stériliser …. les chiens errants du village et de la plage ou de propriétaires à tout petits moyens, mais amoureux de leurs animaux. Chaque année, Animadog organise, avec l’aide de vétos locaux ou étrangers des campagnes de stérilisation/castration. A ce jour, ce sont près de 400 chiens qui sont ainsi passés entre les mains de professionnels dévoués, dans le but de contrôler et diminuer la population canine et féline du village. La prochaine campagne aura lieu en octobre 2018. Toute l’année, des événements ponctuels viennent renflouer la maigre caisse de l’association. Un petit coup d’œil, de temps en temps sur leur page facebook Animadog Las Terrenas et vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas y participer.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre festival Woofstock. Une belle occasion de faire la fête en musique le 16 juin 2018 à Punta Popy, de 15h à 23h.  Dans ce cadre sublime au bord de l’eau, revisité  pour l’occasion grâce au prêt de mobilier de différentes enseignes, une atmosphère délicieusement cosy nous enveloppera dans une ambiance musicale envoûtante.

Cosette et tous les bénévoles à l’origine de ce festival d’un autre genre espèrent de tout leur cœur que cette première édition sera un succès, le premier d’une longue série et qu’il deviendra, année après année, le rendez-vous incontournable des amoureux des chiens, de la fête, de la musique, de l’amitié, apportant dans son escarcelle enchantée un courant d’air frais pour le village en ce mois de juin, si délicat pour certains.

Et, pour finir, un petit mot de Cosette : « Nous avons encore besoin de bénévoles sérieux pour tenir les différents stand et aider pour l’organisation et la préparation, nous pouvons accueillir encore plus de stands et de fonds et nous recherchons éventuellement un troisième groupe en live ou un DJ au style lounge pour cloturer la première édition officielle de ce festival Woofstock!!! »

Las Terrenas aux Jeux Olympiques…

 

Créés en 2015 les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront à Buenos Aires comptent cette année une nouvelle épreuve. Le kitesurf fera ses grands débuts sur la scène olympique. Et, figurez-vous que cette discipline palpitante est très populaire à Las Terrenas. Il faut dire que c’est le créateur en personne de ce sport de voile, ludique et passionnant, Bruno Legaignoux qui en fut l’initiateur au village. Breton d’origine, c’est lui qui, dans les années 80, a mis au point avec  son frère Dominique le premier kite à structure gonflable. Mélange exaltant de wakeboard, de la planche à voile, du surf et du parapente le kite connait un essor  ébouriffant avec plus d’1,5 millions de pratiquants dans le monde.

C’est dans les années 2000 que Bruno, installé à Las Terrenas a pris conscience des atouts du spot pour ce nouveau sport de voile. Cependant, malgré l’engouement immédiat les débuts furent laborieux. D’abord, il y avait un coût que peu pouvait assumer. Puis face à des « riders » peu expérimentés, ce sport innovant se révélait dangereux, beaucoup se sont frottés aux coraux de la barrière de corail avant de savourer le bonheur de voler sur l’eau. A l’ouverture de Pura Vida, la première école de kite,  on regardait Leif, son créateur, d’un air goguenard…. Et pourtant, lui y croyait dur comme fer et l’histoire lui a prouvé qu’il avait bien raison. C’est à cette époque qu’apparurent les premiers « champions » de la discipline, les premiers pros. Parmi eux, mon chouchou, évidemment, Joseph Voleau. Jojo comme l’appelaient les petits mômes ébahis devant ses performances. A son palmarès, un titre de vice-champion du monde décroché à Cabarete, plusieurs titres de champion d’Amérique Latine et du Brésil…. Aujourd’hui, Jojo est installé dans le nord du Brésil avec son épouse Graziela et ses deux bouts de chou, Nathan et Dylan. Bien sûr toute la famille a goûté aux plaisirs du kite. Ils ont ouvert une école de kite dans une jolie pousada à Ilha do Guajiru, au bord d’une lagune enchantée où quand il en a encore le temps, Jojo dispense de précieux cours à des aficionados intemporels. http://www.puravidaclub.com.br/fr/. Le reste du temps, il parcourt l’Amérique du Sud en temps qu’examinateur officiel IKO, pour former les futurs moniteurs.

A Las Terrenas, Leif qui n’a jamais baissé les bras, s’est associé à d’autres passionnés, Stan, Kinito Azor, Daniel Bautista. Ensemble, ils ont monté la très prisée école Estilo de Vida. Instructeurs internationaux d’excellente réputation, ils se donnent à fond dans leur job, ne lésinant jamais à donner de leur temps quand il s’agit de former des jeunes passionnés. La semaine dernière, la récompense à leur travail de longue haleine : un jeune élève de leur école, Lorenzo Calcano s’est illustré en Chine en se classifiant avec brio pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Et, s’il est monté sur la 3ème marche  du  podium devant des centaines de mômes du monde entier, la 1ère place était occupée par un autre gamin de la région, Adeuri Corniel de Cabarete. La République Dominicaine et Las Terrenas en particulier exultait de joie, 2 de leurs enfants parmi les 3 meilleurs du monde !

Leif les connait bien ces deux-là. En Adeuri, un super garçon de 17 ans,  il voit sans conteste le futur champion du monde. Quant à Lorenzo, 17 ans lui aussi, c’est avec beaucoup de fierté mais aussi d’émotion qu’il en parle. Natif d’un bario du village tout près de la mer, Lorenzo est un gosse sympa, une grande famille qui le soutient mais une vie pas toujours simple dans un milieu très pauvre. C’est tout petit qu’il a commencé à se passionner pour le kite, à en rêver. Chaque matin, imperturbablement, alors que Leif avait installé son école pas très loin de chez lui, il venait le voir, lui demander s’il y  avait du vent, s’il pouvait naviguer ce matin. Jour après jour, le petit était là à guetter les grands, à saisir l’opportunité de se lancer sur les flots. Et cette pugnacité, cette force d’esprit, cette volonté inébranlable a gagné. La passion que Leif voyait dans ses yeux lui a ouvert les portes de la gloire.

Le kite, une belle passion qui en est encore à ses balbutiements mais qui se transmet à Las Terrenas de passionnés en passionnés. Il y a eu Bruno, Fred, Eric puis Jojo, Leif, Stan et les autres et maintenant Lorenzo, à coup sûr va prendre la relève et poursuivre cette belle aventure.

Avec beaucoup d’humilité, Leif me raconte qu’il ne se contente pas d’enseigner les techniques du kite à ses petits, il leur apprend du mieux qu’il le peut les connaissances essentielles qui ne sont pas toujours assimilées à l’école. Et quand je lui demande ce que cette victoire des deux jeunes dominicains va apporter pour le kite dominicain, il me répond « c’est drôle, depuis leurs victoires, je vois plein de gens dans tout le pays qui initient des jeunes au kite alors qu’il y a encore un mois, on n’était vraiment pas beaucoup à le faire » ….

Leif a plein d’idées en tête, il ne s’arrête jamais, alors je ne vais pas abuser de son temps… mais avant de partir, presque timidement il ajoute : j’ai oublié de parler de la maman de Lorenzo qui est une femme remarquable et surtout de Dolorès sa grand-mère, une personne exemplaire, ah oui et aussi Raquel del Rio qui manage Lorenzo actuellement et puis Olivia du Mosquito, puis Stewart Pupo et Anne Satin bien sûr…. qui participent financièrement aux déplacements du jeune prodige….. C’est pas beau ça…. Merci à tous !

Estilo de vida . Las Terrenas

Leif 8098786640

Stan 8098647051

estilodevidalt@gmail.com

Site web en cours de construction.