Turtle Dive Center change de capitaine mais garde le cap.

Philippe a choisi de quitter le bateau pour s’envoler vers d’autres aventures et, c’est John, un amour de garçon, bien dans sa tête et droit dans ses palmes qui se retrouve, aujourd’hui, aux commandes de ce beau navire. Il faut dire que, signe du destin, il n’avait guère le choix et était inéluctablement prédestiné à « finir » comme patron d’un club de plongée. Imaginez. Des parents fanas de plongée, à la tête d’une association incongrue pour la banlieue parisienne « Les tortues géantes » qui le bercent dès sa naissance dans une atmosphère aquatique. Le bambin dès son plus jeune âge est atteint par le virus de l’eau et à 7 ans à peine, il concrétise son plus grand rêve, plonger dans son élément de prédilection avec une bouteille, comme les grands. C’est dans sa salle de bains, en catimini que l’opération aura lieu, au grand dam de ses parents horrifiés de le découvrir transis de bonheur au milieu de son rêve et de sa baignoire pleine d’eau …. Bon, la punition n’a pas été trop sévère et dès l’âge de 8 ans (âge légal requis en France), il assouvit enfin son rêve et plonge pour de vrai. Il n’arrêtera plus jamais. En parallèle, le bac en poche, il se lance dans des études de biologie marine, tout en vivant de sa passion pendant les vacances scolaires. Ses terrains de jeu, le sud de la France puis la Corse ou encore Ibiza où, tout en bossant il décroche un à un les plus prestigieux diplômes de plongée. Boostée par son amie, biologiste marin comme lui, il répond à une annonce puis ils se rendent tous les deux en Philippines pour étudier le récif corallien abîmé et tenter de trouver une solution. C’est une véritable réussite et, sur place, les interlocuteurs, pêcheurs ou autres acteurs du milieu marin, séduits par le charisme et la pédagogie douce de John l’épaulent. Bien après son départ, ils poursuivent sur sa lancée. Le récif philippin est en bonne voie de guérison.

Puis un jour, le coup de fil inespéré, son père, proche de la retraite et toujours aussi amoureux de la mer lui chuchote à l’oreille qu’il ne serait pas contre l’idée de se lancer avec lui dans une délicieuse aventure en créant une affaire bien à eux. Bingo. Ils partent à la recherche de la belle idée et trouvent Turtle Dive Center. La concrétisation de leur rêve prendra plus d’une année, le temps pour John de passer un ultime et prestigieux diplôme le DJEPS.

Aujourd’hui, papa et maman sont installés à Samana et dirigent un Tour Operator et John a repris la barre de Turtle Dive Center. Très vite, il s’est entouré d’une solide équipe de pros composée des plongeurs  Gaspard (un autre amour de garçon),  Anna et Loreto, et de Peten, capitaine de bateau et son second Gonzallo. Tous certifiés diplômés et ravis de vous faire découvrir les merveilles de notre monde sous-marin. Au programme, baptême de plongée en mer ou piscine, formations, plongée bouteilles ou snorkeling en petit ou plus grand groupe, exploration d’épaves, de grottes, prochainement plongée dans la baie de Samana à la découverte d’un étrange ferry englouti et peuplé de milliers de poissons sans oublier de belles surprises à venir.

En parallèle, John, au sein de son centre de plongée,  perpétue l’initiative de Philippe et Kenzo et leur équipe, repeupler les récifs coralliens. A l’heure actuelle, 10 structures sont en place et 421 pieds de coraux ont été plantés. Structures et BB coraux se portent bien, tout en nécessitant soins constants et surveillance.

Bienvenue John, garde le cap et profite au maximum de la belle opportunité que tu as su saisir.

Les bébés coraux se développent harmonieusement

Turtle Dive Center. Paseo de la Costanera . Las Terrenas

Publicités

Coral Reef Las Terrenas, sauver les coraux, de la théorie à la pratique.

Les structures en route vers leur destin.

 

Depuis qu’il a implanté son club de plongée à Las Terrenas, Philippe Siebert, navré par la tristesse pathétique des fonds marins sur les différents spots, ne pensait qu’à une chose, redonner de la vie et du panache à l’océan. Grâce à sa pugnacité, ses réunions avec les pêcheurs locaux, sa déclaration de guerre à la plaie des Antilles, le redoutable poisson lion, il a en quelques années réussi en partie son pari. Poissons multicolores petits ou gros, raies, murènes, langoustes, tortues font à nouveau le bonheur des plongeurs émerveillés. Mais, ce n’était pas suffisant, restait le problème des coraux malades, mourants. Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de fierté, aidé par des professionnels reconnus dans la sauvegarde des coraux et une équipe soudée et très impliquée mi dominicaine, mi française, qu’il est passé à la vitesse supérieure.

Des pêcheurs attentifs durant les réunions

Véritable poumon de l’océan, les coraux ne sont pas seulement la toile de fond favorite de plongeurs audacieux. Mine de rien, ils représentent l’un des écosystèmes les plus importants et les plus complexes de la planète. Non contents d’abriter plus de 4000 espèces de poissons et des milliers de plantes, ils protègent nos côtes contre les vagues, les tempêtes, les inondations et l’érosion des plages. Ils sont aussi à la base de la fabrication de nouveaux médicaments très pointus. Malheureusement, la pollution, la surpêche, le réchauffement climatique menacent chaque jour les récifs du monde entier, notre petit récif corallien comme la grande barrière de corail en Australie. Si rien n’est fait, ce sont 90% des récifs qui seront menacés de disparaître dans les 10 prochaines années. Et ça, c’est juste insupportable pour les défenseurs des océans. Séduits par la force de caractère, la volonté et le dévouement de Philippe, des organismes tels que Fundemar, Usaid et Reddom, mondialement connus sont venus lui prêter main forte pour concrétiser le projet de son association Coral Reef Las Terrenas : la réalisation d’une nursery de coraux au large de Las Ballenas. Le principe est en soi assez simple : immerger des structures capables de résister à l’érosion dans le temps, sur lesquelles des fragments de coraux fixés auront la possibilité de se développer. Gros coup de main financier, cours approfondis, théoriques et pratiques, le projet ambitieux est en place. C’est Kenzo, figure bien connue du village et futur président de l’Association qui a dessiné les gabarits, jolis tant qu’à faire, raie, tortue, étoile de mer, requin marteau, queue de baleine…., Manné notre ferronnier talentueux les a réalisé. Puis, toute l’équipe a mis la main à la pâte pour y fixer les précieux cordages sur lesquelles seront implantées les boutures de corail à 10 mètres de profondeur. Grande émotion le jour de la mise en eau des structures, plus grande encore lors de la fixation des bébés coraux, issus eux aussi d’une pépinière bien sûr et non pas arrachés au récif.

Les structures sont à présent immergées tout près des îlots de Las Ballenas. Chaque semaine des bénévoles descendent leur faire un brin de toilette, histoire d’y chasser les algues et autres végétaux indésirables. Tout doucement, les bébés vont pousser (une quinzaine de centimètres par an). Ce n’est que lorsqu’ils atteindront la taille d’environ 40 cm qu’ils pourront rejoindre leurs aînés sur le récif. En attendant, surveillés et chouchoutés, ils font la gloire de l’Association Coral Reef, de Philippe, Kenzo et tous les autres qui se sont donnés corps et âme et ont travaillé dur, en  étroite collaboration avec  Fundemar, Usaid et Reddom. Subsiste le problème pécunier. Car, même si les initiateurs de cette belle aventure sont de purs bénévoles, chaque action a un coût et, si, dans un premier temps les frais ont été en majeure partie couverts par les célèbres superviseurs, le but est de devenir rapidement une structure indépendante et autonome, capable de s’auto-financer. Des stratégies sont évoquées pour lever des fonds, aide des agences de voyage, des agences immobilière, de commerçants … parrainage de coraux par des anonymes ou des célébrités locales, dons….. tout est étudié à la loupe. En attendant, chaque semaine, il faut réunir une somme pour aller faire la toilette des structures, et donc, si le cœur vous en dit, un compte est toujours ouvert à Fort Knox au Paseo pour votre généreuse participation à cette belle aventure qui nous concerne tous.

 

Pour plus de détails ou pour une immersion tout près des structures n’hésitez pas à prendre contact avec Turtle dive au Paseo.