A Las Terrenas, on recycle malin pour fêter Noel.

Je sais, le ciel est si bleu et le temps tellement doux que l’on a du mal à se croire à quelques encablures de Noel. Et pourtant, si, tout bientôt, les oiseaux migrateurs ou semi-résidents si vous préférez, venus de France (coucou Cathy), d’Espagne, des Etats-Unis, du Canada (coucou André-Jacques….) vont débarquer, épuisés par un long ou moins long vol et retrouver pour quelques mois délicieux leurs belles habitudes. Un hiver, un Noel de plus sous les tropiques.

Et pour nous convaincre que nous sommes bien mi-décembre et non pas fin juillet, outre, avouons-le quand même des matins frisquets (on frisait les 20 degrés ce matin au réveil, brrr), de ci de là, dans le village d’étranges personnages , des végétaux incongrus, commencent à faire leur apparition…. Devant le bateau immobile près du Village des Pêcheurs ou sur les pelouses du Paseo, des bonhommes de neige ouatés, à la bonne bouille réjouie se pavanent à qui mieux mieux loin de leurs univers enneigés.

Puis, pas loin de la mer, c’est un majestueux sapin de Noel qui émerveille les badauds. Moins somptueux peut-être mais bien plus ingénieux que nos traditionnels épicéas, il est entièrement constitué de bouteilles de plastiques peintes en blanc et décoré de ravissantes roses de Noêl toutes confectionnées par d’habiles petites mains de fées. L’effet est saisissant.

Ailleurs, face à la toute première clinique cubaine, pas loin du beau magasin de Josée, Laksmi Shop, sur le bar de l’ancien resto O Toulouse, c’est un autre petit bonhomme de neige, très malicieux, celui-ci qui trône et joue la vedette, à côté de monsieur le chat roux. C’est la pétillante jeune cuisinière qui l’a créé de toutes pièces à l’aide de gobelets en plastiques, sympa non.

Et puis, le soir, comme par enchantement des vitrines s’illuminent, des lumières scintillent et animent les rues du village. C’est beau un Noel à Las Terrenas.

Merci Mimi pour ces jolies images (michelvoleau.wordpress.com

 

Publicités

Turtle Dive Center change de capitaine mais garde le cap.

Philippe a choisi de quitter le bateau pour s’envoler vers d’autres aventures et, c’est John, un amour de garçon, bien dans sa tête et droit dans ses palmes qui se retrouve, aujourd’hui, aux commandes de ce beau navire. Il faut dire que, signe du destin, il n’avait guère le choix et était inéluctablement prédestiné à « finir » comme patron d’un club de plongée. Imaginez. Des parents fanas de plongée, à la tête d’une association incongrue pour la banlieue parisienne « Les tortues géantes » qui le bercent dès sa naissance dans une atmosphère aquatique. Le bambin dès son plus jeune âge est atteint par le virus de l’eau et à 7 ans à peine, il concrétise son plus grand rêve, plonger dans son élément de prédilection avec une bouteille, comme les grands. C’est dans sa salle de bains, en catimini que l’opération aura lieu, au grand dam de ses parents horrifiés de le découvrir transis de bonheur au milieu de son rêve et de sa baignoire pleine d’eau …. Bon, la punition n’a pas été trop sévère et dès l’âge de 8 ans (âge légal requis en France), il assouvit enfin son rêve et plonge pour de vrai. Il n’arrêtera plus jamais. En parallèle, le bac en poche, il se lance dans des études de biologie marine, tout en vivant de sa passion pendant les vacances scolaires. Ses terrains de jeu, le sud de la France puis la Corse ou encore Ibiza où, tout en bossant il décroche un à un les plus prestigieux diplômes de plongée. Boostée par son amie, biologiste marin comme lui, il répond à une annonce puis ils se rendent tous les deux en Philippines pour étudier le récif corallien abîmé et tenter de trouver une solution. C’est une véritable réussite et, sur place, les interlocuteurs, pêcheurs ou autres acteurs du milieu marin, séduits par le charisme et la pédagogie douce de John l’épaulent. Bien après son départ, ils poursuivent sur sa lancée. Le récif philippin est en bonne voie de guérison.

Puis un jour, le coup de fil inespéré, son père, proche de la retraite et toujours aussi amoureux de la mer lui chuchote à l’oreille qu’il ne serait pas contre l’idée de se lancer avec lui dans une délicieuse aventure en créant une affaire bien à eux. Bingo. Ils partent à la recherche de la belle idée et trouvent Turtle Dive Center. La concrétisation de leur rêve prendra plus d’une année, le temps pour John de passer un ultime et prestigieux diplôme le DJEPS.

Aujourd’hui, papa et maman sont installés à Samana et dirigent un Tour Operator et John a repris la barre de Turtle Dive Center. Très vite, il s’est entouré d’une solide équipe de pros composée des plongeurs  Gaspard (un autre amour de garçon),  Anna et Loreto, et de Peten, capitaine de bateau et son second Gonzallo. Tous certifiés diplômés et ravis de vous faire découvrir les merveilles de notre monde sous-marin. Au programme, baptême de plongée en mer ou piscine, formations, plongée bouteilles ou snorkeling en petit ou plus grand groupe, exploration d’épaves, de grottes, prochainement plongée dans la baie de Samana à la découverte d’un étrange ferry englouti et peuplé de milliers de poissons sans oublier de belles surprises à venir.

En parallèle, John, au sein de son centre de plongée,  perpétue l’initiative de Philippe et Kenzo et leur équipe, repeupler les récifs coralliens. A l’heure actuelle, 10 structures sont en place et 421 pieds de coraux ont été plantés. Structures et BB coraux se portent bien, tout en nécessitant soins constants et surveillance.

Bienvenue John, garde le cap et profite au maximum de la belle opportunité que tu as su saisir.

Les bébés coraux se développent harmonieusement

Turtle Dive Center. Paseo de la Costanera . Las Terrenas

Tout en tendresse et en raffinement, La Terrasse, un concentré de câlins.

C’est dingue, on est tellement habitués à savoir que c’est un endroit sublime que l’on oublie d’y aller…. Et pourtant, nulle part à Las Terrenas on ne peut rencontrer une telle concentration de tendresse, de raffinement, de câlins…. Tout, du sol patiné en bois blanc au plafond, en passant par les exquises suspensions cristallines, les délicates décos de Noel, jusqu’aux élégantes corbeilles de pain, tout est réuni dans ce petit nid douillet posé sur la plage pour que nos yeux pétillent de bonheur et nos papilles frémissent de joie. Car non seulement, Denise et son équipe intemporelle nous accueille dans un décor magique, mais les spécialités proposées sont largement à la hauteur de nos espérances. Les croquettes de bacalao sont moelleuses à souhait et le calamar à la plancha juste une tuerie. Merci d’apporter tant de soins à ce bel établissement dont la réputation n’est pourtant plus à faire. La griffe d’une vraie professionnelle.

La Terrasse . Pueblo de los Pescadores.

Casa Moda, une adresse plaisir à découvrir ou redécouvrir d’urgence…

Depuis le temps que je passe devant cette adresse incontournable, calle Carmen, il m’est venu l’idée d’en pousser la porte une bonne fois pour toute, histoire de ne pas mourir idiote et de connaître l’étendue de son univers. Belle initiative. D’abord, il y a l’accueil amical de Valérie, la toute nouvelle jolie patronne et de Marc, bien sûr, un vieux de la vieille présent depuis les balbutiements de l’entreprise, il y a près de 12 ans. L’espace est grand, clair, lumineux et très convivial et bourré de tout un tas de choses belles et hétéroclites Il y a des coussins moelleux partout, des meubles cocooning, des poufs rebondis, bien tentants, des tissus, pleins, des lampes à poser de toutes les couleurs avec pieds de céramiques ou de bois flotté, des appliques d’inspiration nature 100% artisanales, des miroirs, artisanaux eux aussi, des meubles d’extérieur griffés Saona, des meubles d’intérieur de bois, créations maison inédites, consoles, tables de chevet, têtes de lits, etc…, une petite étagère avec toute une gamme de cadeaux mini-budgets pour les fêtes, vide-poches, vases, serre-livres, plateau, bougeoirs, photophores, bougies, des torches géantes pour le jardin, histoire d’enflammer la nuit et de frimer devant les copains. Mais aussi du linge de maison, beaux draps, serviettes de toilettes…. Vraiment de quoi faire plaisir ou se faire plaisir pour un shopping malin à prix tout doux.

Et puis, Casa Moda, c’est aussi en exclusivité les fameux matelas Simon et, surtout, un atelier de fabrication de tout ce qui peut embellir votre intérieur ou adoucir votre vie au grand air. Ici, quatre employés aux doigts de fée, confectionnent jour après jour vos coussins, vos dessus de lit, vos rideaux, tentures, voilages, ils relookent vos vieux salons en les habillant de neuf et de beau et en donnant une seconde jeunesse à leur assise fatiguée, en regonflant leurs coussins à bout de course. Côté stores, à côté de délicieux stores « bateau » ou « vénitiens » se déclinant dans pleins de jolis coloris, un produit phare, une merveille de technicité et d’esthétique, le store permas disponible dans toutes les dimensions ou presque. En extérieur, il protège du vent, des intempéries, du soleil. A l’intérieur, dans un foisonnement de déclinaisons, il tamise la lumière de façon exquise et préserve votre intimité des regards inopportuns. Sur votre terrasse, quoi de mieux qu’un beau store à bras pour vous permettre de déjeuner en plein air mais à l’abri de l’ardeur de notre soleil tropical. A moins que vous ne préfériez le petit côté très tendance des larges toiles tendues fabriquées sur place à vos mesures.

Une petite nouveauté qui a du chien, une superbe collection de papiers peints décoratifs qui ont tout pour flatter l’œil. Une petite touche de ce produit design contemporain appliqué avec doigté chez vous, par des pros, transformera votre intérieur en lui conférant une atmosphère chaleureuse et inédite. Au menu, bois flotté, bibliothèque anglaise, mur de journeaux, planches recyclées, délicats azulejos…. une foultitude de superbes motifs dans des tons très actuels.

Et puis, la jolie Valérie, jamais à court d’idées nous promet encore d’autres surprises, comme par exemples de jolis et très fonctionnels meubles de salle de bain…. Ca c’est pour tout bientôt. En attendant, n’hésitez pas, tout comme moi à pousser la porte de ce bel endroit qui saura répondre, à coup sûr, à toutes vos envies de déco, même les plus audacieuses.

Casa Moda . Calle Carmen, sur la gauche un peu avant Wigomar. 809 240 6336

Valle Verde, un petit goût de paradis.

 

Nichée au cœur de Palmar de los Nidos, somptueuse résidence sécurisée, célèbre pour son exubérante végétation tropicale, son calme et sa situation idéale à quelques minutes du village et des plages de Coson ou Bonita, Valle Verde s’affiche nettement comme l’un des projets immobiliers les plus prisés du moment.

Il faut dire que l’initiateur de cette résidence d’exception, Michel Garcia, n’y va pas du dos de la cuiller quand il décide de se lancer dans une aventure quelle qu’elle soit. Pour le coup, son idée, offrir à des clients amoureux de tranquillité, de grands espace et de perfection, une demeure à leur image. Aussi, pas question de lésiner sur la qualité, que ce soit au niveau de l’architecture, du constructeur, des matériaux et de l’harmonie des exquises finitions. Inutile de chercher l’erreur, il n’y en a pas. Et, les 15 parcelles parfaitement viabilisées et délimitées sont toutes prêtes à accueillir pour le plus grand bonheur de leurs propriétaires de belles villas de plain pied à la ligne idéale sous nos climats. 4 plans signés d’un top architecte et d’un constructeur réputé sont proposés (sans obligation) aux futurs acquéreurs, de 127 à 159 m2, avec la garantie de bénéficier des meilleurs prix du marché. Parmi les plus, toutes les villas sont construites sur vide sanitaire, les toitures plates bénéficient d’une isolation thermique ultra-performante, chacune possède sa propre citerne d’eau individuelle enterrée avec pompe et sur presseur ainsi que sa fosse sceptique individuelle. Quant à l’équipement de haute qualité, il se distingue notamment par de vastes baies coulissantes à galandage ouvrant sur une magnifique terrasse, des volets roulants électriques à télécommande, des ventilateurs de plafonds dans chaque pièce tout comme sur la terrasse, des éclairages led, des prises 110 et 220 v dans la cuisine et les salles de bain, une élégante cuisine meublée, entièrement équipée avec plans de travail en granit, une menuiserie haut de gamme, de confortables chambres de belles dimensions, un portail électrique, etc…. Bien entendu, pour éviter toute prise de tête, les prix, nets et sans surprise, outre la parcelle et la construction incluent le titre de propriété garanti par notaire. Mais au fait, pourquoi ne pas profiter de votre séjour pour faire un petit tour dans ce bel endroit qu’est Palmar de Los Nidos  et visiter la délicieuse maison témoin. Michel ou peut-être Monique son épouse se feront un plaisir de vous raconter leur projet, leur passion du beau, leur envie de vous faire plaisir.

 

C’est déjà Noel chez Sun Valley au Paseo

Elle n’a pas perdu de temps la jolie Caro. Ses vitrines sont habitées par de jolies créatures de Noel, des lutins, des fées, Papa Noel en personne et puis des sapins tout blancs, des bonhommes de neige rigolos, des boules scintillantes…..c’est mimi tout plein, délicat et subtil comme la maîtresse des lieux. Et puis, c’est pas tout, comme elle ne manque pas d’idées géniales et qu’elle a décidé de faire vivre la magie jusqu’au bout, elle organise dans sa belle boutique une super tombola de Noel. Ca démarre demain…et c’est tout simple, un ticket chance vous sera remis pour toute tranche de 1000 pesos d’achat à Sun Valley. Le tirage au sort aura lieu le 23 décembre dans la boutique. En cadeau, une belle surprise d’une valeur de 6300 pesos. Sympa non…. Bisous jolie Caro.

Jeudi 30 novembre. On arrache la page et on passe à autre chose.

Ouf. On y est enfin. Le 30 novembre marque la fin officielle de la saison cyclonique qui pèse sur nous depuis le 1er juin. Et franchement, c’est pas trop tôt. Il faut dire que cette année, elle aura été gratinée la saison cyclonique et même si, gracias Dios ou gracias je ne sais quoi ni qui, nous avons eu plus de peur que de mal, à LT, moi, en tout cas j’ai eu grave les pétoches.

Bien sûr, après on peut élucubrer et, bien sûr quand on regarde les choses en face, on est passé au travers du pire par rapport à St Barth, St Martin, Porto Rico ou la belle Dominique mais n’empêche, c’est la peur au ventre que l’on a vécu ces moments d’angoisse. Alors, savoir que c’est derrière nous, ça fait vachement du bien.

En septembre 2004, alors que mon « château de feuilles » était terminé depuis 6 mois, une « douce » Jeanne nous est passée pile poil sur la tête, scalpant mon joli toit de paille et saccageant sans vergogne mon tout nouveau beau jardin. Jeanne n’était qu’un ouragan de force 1, mais elle nous a choisi comme cible et elle ne nous a pas raté. Outre les dégâts immédiats et brutaux comme la chute des arbres, les toits envolés, ici à Las Ballenas, nous avons été privés d’électricité pendant 21 jours…. Et c’est long, je vous assure…. Alors, cette année, 13 ans plus tard, lorsque l’on a commencé à chuchoter, à nous préparer, à nous avouer qu’une dénommée Irma se dirigeait vers nous et que d’heure en heure elle s’amplifiait, se gonflait, se renforçait, se transformant en un monstre jamais vu jusqu’alors, dépassant l’ultime force 5, alors qu’avec une cruauté sans pareil, elle ravageait les îles voisines, laissant exsangue St-Barth ma petite île bonbon et détruisant de fond en comble St-Martin, j’avoue, j’ai paniqué. Au tout dernier moment, elle nous a évité et a poursuivi son funeste chemin en dehors de nos côtes. Puis Maria, sa sœur jumelle, aussi grosse et laide et cruelle que la première pointa le bout de son vilain nez et se mit à souffler, et souffler encore, déracinant cocos et ficus géants, faisant sortir la mer de ses gonds la poussant à dévorer la belle Popy et s’échouer, rageuse sur la la route cabossée.

Et puis le calme est revenu, on a nettoyé, coupé, taillé, élagué. Histoire de nous câliner, Octobre nous a offert un soleil radieux comme jamais. Les pluies du début novembre ont donné un bon coup de fouet à une végétation malmenée par les sœurs jumelles et depuis près de deux semaines radieuses, il fait un temps splendide …Et dans le ciel à dominance grand bleu, de doux nuages floconneux jouant à qui mieux mieux à cache-cache avec le voluptueux soleil ont remplacé les ouragans de triste mémoire.