Las Terrenas aux Jeux Olympiques…

 

Créés en 2015 les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront à Buenos Aires comptent cette année une nouvelle épreuve. Le kitesurf fera ses grands débuts sur la scène olympique. Et, figurez-vous que cette discipline palpitante est très populaire à Las Terrenas. Il faut dire que c’est le créateur en personne de ce sport de voile, ludique et passionnant, Bruno Legaignoux qui en fut l’initiateur au village. Breton d’origine, c’est lui qui, dans les années 80, a mis au point avec  son frère Dominique le premier kite à structure gonflable. Mélange exaltant de wakeboard, de la planche à voile, du surf et du parapente le kite connait un essor  ébouriffant avec plus d’1,5 millions de pratiquants dans le monde.

C’est dans les années 2000 que Bruno, installé à Las Terrenas a pris conscience des atouts du spot pour ce nouveau sport de voile. Cependant, malgré l’engouement immédiat les débuts furent laborieux. D’abord, il y avait un coût que peu pouvait assumer. Puis face à des « riders » peu expérimentés, ce sport innovant se révélait dangereux, beaucoup se sont frottés aux coraux de la barrière de corail avant de savourer le bonheur de voler sur l’eau. A l’ouverture de Pura Vida, la première école de kite,  on regardait Leif, son créateur, d’un air goguenard…. Et pourtant, lui y croyait dur comme fer et l’histoire lui a prouvé qu’il avait bien raison. C’est à cette époque qu’apparurent les premiers « champions » de la discipline, les premiers pros. Parmi eux, mon chouchou, évidemment, Joseph Voleau. Jojo comme l’appelaient les petits mômes ébahis devant ses performances. A son palmarès, un titre de vice-champion du monde décroché à Cabarete, plusieurs titres de champion d’Amérique Latine et du Brésil…. Aujourd’hui, Jojo est installé dans le nord du Brésil avec son épouse Graziela et ses deux bouts de chou, Nathan et Dylan. Bien sûr toute la famille a goûté aux plaisirs du kite. Ils ont ouvert une école de kite dans une jolie pousada à Ilha do Guajiru, au bord d’une lagune enchantée où quand il en a encore le temps, Jojo dispense de précieux cours à des aficionados intemporels. http://www.puravidaclub.com.br/fr/. Le reste du temps, il parcourt l’Amérique du Sud en temps qu’examinateur officiel IKO, pour former les futurs moniteurs.

A Las Terrenas, Leif qui n’a jamais baissé les bras, s’est associé à d’autres passionnés, Stan, Kinito Azor, Daniel Bautista. Ensemble, ils ont monté la très prisée école Estilo de Vida. Instructeurs internationaux d’excellente réputation, ils se donnent à fond dans leur job, ne lésinant jamais à donner de leur temps quand il s’agit de former des jeunes passionnés. La semaine dernière, la récompense à leur travail de longue haleine : un jeune élève de leur école, Lorenzo Calcano s’est illustré en Chine en se classifiant avec brio pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Et, s’il est monté sur la 3ème marche  du  podium devant des centaines de mômes du monde entier, la 1ère place était occupée par un autre gamin de la région, Adeuri Corniel de Cabarete. La République Dominicaine et Las Terrenas en particulier exultait de joie, 2 de leurs enfants parmi les 3 meilleurs du monde !

Leif les connait bien ces deux-là. En Adeuri, un super garçon de 17 ans,  il voit sans conteste le futur champion du monde. Quant à Lorenzo, 17 ans lui aussi, c’est avec beaucoup de fierté mais aussi d’émotion qu’il en parle. Natif d’un bario du village tout près de la mer, Lorenzo est un gosse sympa, une grande famille qui le soutient mais une vie pas toujours simple dans un milieu très pauvre. C’est tout petit qu’il a commencé à se passionner pour le kite, à en rêver. Chaque matin, imperturbablement, alors que Leif avait installé son école pas très loin de chez lui, il venait le voir, lui demander s’il y  avait du vent, s’il pouvait naviguer ce matin. Jour après jour, le petit était là à guetter les grands, à saisir l’opportunité de se lancer sur les flots. Et cette pugnacité, cette force d’esprit, cette volonté inébranlable a gagné. La passion que Leif voyait dans ses yeux lui a ouvert les portes de la gloire.

Le kite, une belle passion qui en est encore à ses balbutiements mais qui se transmet à Las Terrenas de passionnés en passionnés. Il y a eu Bruno, Fred, Eric puis Jojo, Leif, Stan et les autres et maintenant Lorenzo, à coup sûr va prendre la relève et poursuivre cette belle aventure.

Avec beaucoup d’humilité, Leif me raconte qu’il ne se contente pas d’enseigner les techniques du kite à ses petits, il leur apprend du mieux qu’il le peut les connaissances essentielles qui ne sont pas toujours assimilées à l’école. Et quand je lui demande ce que cette victoire des deux jeunes dominicains va apporter pour le kite dominicain, il me répond « c’est drôle, depuis leurs victoires, je vois plein de gens dans tout le pays qui initient des jeunes au kite alors qu’il y a encore un mois, on n’était vraiment pas beaucoup à le faire » ….

Leif a plein d’idées en tête, il ne s’arrête jamais, alors je ne vais pas abuser de son temps… mais avant de partir, presque timidement il ajoute : j’ai oublié de parler de la maman de Lorenzo qui est une femme remarquable et surtout de Dolorès sa grand-mère, une personne exemplaire, ah oui et aussi Raquel del Rio qui manage Lorenzo actuellement et puis Olivia du Mosquito, puis Stewart Pupo et Anne Satin bien sûr…. qui participent financièrement aux déplacements du jeune prodige….. C’est pas beau ça…. Merci à tous !

Estilo de vida . Las Terrenas

Leif 8098786640

Stan 8098647051

estilodevidalt@gmail.com

Site web en cours de construction.

Publicités

La petite histoire de Juanita racontée par Gervaise, un amour de femme…..

Las Terrenas est connue et aimée pour son village atypique et ébouriffant, ses plages majestueuses, ses p’tits restos branchés et ses hôtels de charme….. mais aussi pour ses chiens vagabonds, souvent abandonnés par des maîtres peu scrupuleux ayant omis de les stériliser ou carrément laissés pour compte, trop pressés qu’ils sont de retrouver leur pays d’origine. Et puis, il existe tout un tas de gentilles âmes pour s’occuper de ses pauvres toutous tristes, livrés à eux-mêmes dans les rues dangereuses du village ou sur la plage…. Et parmi toutes ses gentilles âmes, il y en a une en particulier. Une qui ne fait pas de bruit, une qui agit en catimini loin des paillettes et des éloges pour bonne conduite. Elle s’appelle Gervaise. C’est un petit bout de femme timide et discrète qui s’est donnée pour mission de sauver les chiens malheureux qu’elle rencontre sur son passage. Et, ils sont nombreux. 36 aux dernières nouvelles et je ne vous parler pas des chats et autre cocotte. Parmi tous ses petits pensionnaires boitillant, Juanita.  Un coup de fil, un samedi après-midi. Un architecte, connaissant mon amour pour les chiens m’appelle affolé. Un chien est couché devant sa maison depuis ce matin, maigre, il ne bouge plus, ne se laisse pas approcher…. Que faire. Je téléphone à la seule personne susceptible de m’aider, Enrique, mon vétérinaire. Ni une ni deux, pas de réflexion, il saute dans son auto et file vers le pauvre chien mal en point. Puis, voici la suite de son histoire racontée par Gervaise :

Bonjour Doris, Comment allez-vous ? Je n’ai jamais eu l’occasion de vous rencontrer jusqu’à présent mais lorsque j’ai accepté d’accueillir Juanita ici depuis la clinique d’Enrique, je savais qu’elle était á la clinique à votre demande. Elle est arrivée chez nous le 19 décembre et la première chose qu’elle a fait en arrivant c’est uriner et déféquer dans le salon !!! Bienvenue Juanita ❤ … Mes enfants et moi nous nous sommes vraiment beaucoup investis avec elle et cela a été long et pénible mais tous nos efforts sont grandement récompensés. Juanita a encore un bout de chemin á faire  pour une récupération totale, si cela est possible car ce n’est pas sûr qu’elle puisse complètement récupérer, mais, je tenais à vous donner quelques détails de notre long périple.

Au départ, Juanita n’était qu’un tas d’os et de peau, je disais àá Enrique qu’avant qu’elle puisse se tenir debout, il faudrait déjá qu’elle prenne un peu de poids et se refasse des muscles, des tendons, bref, qu’elle reprenne simplement des forces, la pauvre. Alors, je l’ai nourri plusieurs fois par jour et le premier mois, je lui ai fait tous les jours des massages avec un spray à l’arnica et camphre et autres ingrédients naturels et je lui faisais beaucoup d’exercices de mobilisation au sol … c’était difficile car, à part la prise de poids, on ne voyait aucun changement, sauf quelques zones réflexes qui me semblaient répondre, de petites choses comme ses pattes arrières qui fléchissaient faiblement quand je les étirais. Au bout d’un mois, Enrique m’a dit qu’il pensait impossible qu’elle remarche et m’a proposé de l’euthanasier … mes enfants et moi en avons parlé mais nous avons demandé à Enrique de nous laisser encore quelques semaines. Comme personne ne savait le temps qu’elle est restée couchée suite á l’accident, je pensais qu’il lui faudrait autant de temps pour récupérer. On a mis les bouchés doubles et on a multiplié les séances de massage et de mobilisation au sol. Ah oui, j’oublie … tout ce temps, Juanita, avec son sacré caractère, se plaisait á uriner et déféquer partout, son endroit de prédilection pour se lâcher étant bien entendu la maison !!! J’ai donc acheté des pads d’entraînement pour nous faciliter un brin la lourde tâche. Le deuxième mois donc nous faisions jusqu’á trois sessions d’exercices et de massage  par jour, très contraignant avec tous nos autres chiens mais bon … on voulait que Juanita vive et remarche alors pour cela, il fallait tout donner, tout essayer … et on l’a fait … au bout de deux mois, Juanita se tenait debout avec aide et peu à peu commençait à faire quelques pas. Depuis, nous n’avons pas lâché l’affaire et à force de persévérance, c’est après un peu plus de trois mois qu’elle a fait ses « premiers » pas … et là, nous étions tous euphoriques … le premier jour oú elle s’est lancée, elle a marché toute seule sur 8 mètres !!! Quelle victoire  !!! Et depuis, notre travail continue mais à un rythme moins soutenu … sa colonne vertébrale est déviée et sa patte arrière droite n’est pas encore très forte alors elle tombe et parfois ne peut pas se relever toute seule … mais on peut aussi la voir se lever en une fraction de seconde et courir à travers tout le jardin pour aboyer sur quelqu’un ou sur un autre chien … Elle a pris beaucoup de poids et c’est une belle chienne forte, courageuse et attachante … avec un fichu caractère on est bien d’accord !!!  Cela va faire cinq mois qu’elle vit avec nous….C’est notre chouchou, notre rescapée fétiche…..

Gervaise

Désolée pour les quelques fautes, je n’ai pas relu car je ne trouve pas mes lunettes !!! ah ah ah  … c’est Juanita ❤ qui m’a détruit la dernière paire mais j’en ai d’autres mais je les cache trop bien !

C’est bien beau tout ça, Gervaise se donne corps et âme pour ses éclopés, mais ses fonds sont limités et elle aurait bien besoin d’un coup de pouce financier. Si chacun de nous lui donne ne serait-ce qu’un petit peu, elle pourra longtemps encore sauver des chiens malheureux, les nourrir, les soigner, les vacciner. Je compte sur vous qui aimez les animaux pour la soutenir, comme je le fais et comme le font quelques autres. Elle a suivi le conseil de personnes conscientes de son problème et, timidement, elle a ouvert ce compte sur Internet https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-gervaise 

Un petit geste, un petit élan d’amour c’est tout ce que je j’attends de votre part…… Une crainte, une hésitation, n’hésitez pas à me contacter: claudedoris@yahoo.fr. Un grand merci d’avance…..

 

 

Et parfois, les rêves deviennent réalité…..

Il y a quelques temps, je vous racontais la belle histoire de ces 3 copines  argentines et espagnole à la philosophie épicurienne. Elles s’étaient donné rendez-vous à Las Terrenas pour nous régaler de leurs délicieuses spécialités maison. Ensemble, elles avaient créé le Good Food pour notre plus grand bonheur ( https://dorislasterrenas.com/2017/01/20/le-good-food-co-le-vent-en-poupe/). Aujourd’hui, nos 3 copines ne sont plus que deux, Paula et Eléna. Et, c’est avec un plaisir non dissimulé que je les ai retrouvées dans leur nouveau décor. Le temps d’un papotage informel, elles m’ont transportée dans leur rêve éveillé, tout au bord de la mer, dans le décor majestueux du Costa Las Ballenas. Depuis le 1er avril, les deux belles dames sont à la tête de ce bel établissement, un rêve audacieux qu’elles pensaient inaccessible et dans lequel elles s’investissent avec beaucoup de passion.

Le Costa Las Ballenas. Situé sur la belle Bonita, ce délicieux resort au charme bucolique est sans conteste un des joyaux de l’hôtellerie terrénarienne, une invitation à la douceur et au plaisir de prendre tout son temps en retrait de l’agitation du village, tout en étant très proche.

Avec ses 30 chambres spacieuses à la déco exquise, dispersées en toute intimité dans de jolis bungalows blottis au milieu d’une végétation luxuriante, sa belle piscine bleu azur et sa situation idéale face à la mer, le Costa Las Ballenas est une adresse plaisir, une oasis bohême empreinte de zenitude. Paula et Eléna, séduites par ce doux mélange d’authenticité, d’artisanat local et de raffinement ont très vite senti le potentiel de cet endroit unique. Après avoir remis un peu d’ordre dans l’administration, exposé au staff leur concept de l’accueil personnalisé et du service, elles sont bien décidées à faire de leur hôtel le lieu incontournable pour des vacances de rêve, l’adresse câline et décontractée où l’art de vivre prend toute sa signification. Des petits bouquets de fleurs fraîches, des senteurs délicates, des objets du quotidien qui se transforment en œuvres d’art, un petit café bien chaud sur votre terrasse pour vous donner le sourire dès votre réveil…. Exquises touches féminines et cocooning  sont au programme. Tout comme la petite boutique de souvenirs et de produits de tous les jours. Sans oublier le bungalow SPA tout confort avec en vedette les  délicieux massages de Marie aux doigts de fée, dont je vous ai déjà parlée (https://dorislasterrenas.com/2016/12/17/le-bonheur-a-fleur-de-peau/) . Autre point fort du resort, le majestueux restaurant. Face à la mer, chaleureux et convivial, il est ouvert à tous. Petits déjeuners aux copieux buffets, déjeuners et dîners tendance italienne…  Paula et Elena espèrent bien lui rendre ses lettres de noblesse en y introduisant tout en douceur leurs délicieuses spécialités fraîches et succulentes qui ont fait les beaux jours du Good Food et ravi les palets des plus fins gourmets.

Parfois, les rêves deviennent réalité, Paula et Eléna en sont la preuve tangible. Les pieds sur terre, mais la tête dans les nuages, elles vivent à fond leur nouvelle aventure, prêtes à relever tous les défis.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ou l’art de rétropédaler sans en avoir l’air…..

 

Il y a quelques semaines, je vous contais les jours moins bleus de nos oiseaux migrateurs avec les décisions drastiques prises par les hautes instances dominicaines pour limiter l’immigration illégale (https://dorislasterrenas.com/2018/03/09/sale-temps-pour-les-oiseaux-migrateurs/)

Du jour au lendemain la permissivité totale faisait place à une rigueur déconcertante limitant l’accès sans visa à 1 mois. Bouderies, crises de nerfs, angoisses, colère…. Les habitués de l’hiver terrénarien, les propriétaires de maisons secondaires, les commerçants et autres acteurs du tourisme du village, en avaient la chair de poule….Il faut dire que Las Terrenas, se distingue carrément de Punta Cana par exemple, en accueillant en majorité des touristes appelés semi-résidents, vivant au village une bonne partie de l’année, histoire de laisser au loin les hivers rigoureux de l’Europe, du Canada…..  Et bien, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ces beaux messieurs des « hautes instances », mine de rien, ont retourné leur veste ou du moins le bout de leurs manches. Prise de conscience, remontage de bretelles du Ministère du tourisme, nul ne le sait. En tout cas, les conditions d’entrée dans le pays se sont bien assouplies. Aujourd’hui (espérant que ça ne va pas encore déraper) tout individu non « fiché » peut passer 2 longs mois de vacances chez nous sans avoir à s’encombrer de démarches fastidieuses pour l’obtention du précieux visa. Et, cerise sur le gâteau, l’individu « non fiché » peut espérer prolonger son séjour en obtenant, cette fois, son précieux visa….. qu’il aura demandé avant son voyage au Ministère des Relations Extérieures. A son arrivée en République Dominicaine, il devra cependant obligatoirement se rendre illico à la Direction Générale de l’Immigration afin d’entamer les démarches pour obtenir un permis de résidence temporaire, accordé ou non par la même immigration.

Bon, c’est déjà ça, deux mois c’est mieux qu’un. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…..

Document officiel traduit gracieusement par Lucie Houdayer, avocate française à Las Terrenas, spécialisée dans l’immigration.

Komida, la p’tite appli maline, simple et efficace.

Une idée brillante d’un jeune informaticien bourré de talent, une opportunité saisie par d’audacieux restaurateurs, soucieux de satisfaire une clientèle exigeante, des gourmets gourmands juste comblés ….. depuis quelques jours, le tout Las Terrenas ne parle plus que d’elle : Komida. Curieuse, très intéressée, après un papotage à bâtons rompus avec Sébastien, le concepteur, j’en sais un peu plus sur mon appli chouchou, révolutionnaire à LT…..

Sebastien, le jeune informaticien ….

…. bourré de talent, Sébastien, 28 ans est un adorable jeune homme, diplômé de la fameuse école parisienne EPITECH. De retour à Las Terrenas, sa terre d’adoption, il élabore sites web et applications pour une compagnie française. On pourrait croire qu’il n’a pas une minute de répit…. Et pourtant c’est à lui que l’on doit le célèbre site http://covoiturage-lasterrenas.com/. Clair et simple d’utilisation, il est devenu l’allié indispensable de tous nos déplacements. C’est en observant son père, propriétaire de la délicieuse Casa Azul que lui vient l’idée de créer une appli pour une compta informatisée facile d’utilisation. Puis, de fil en aiguille, l’idée de Komida fait son petit bonhomme de chemin : offrir aux habitants du village la possibilité de commander d’un simple clic un repas complet, chaud ou froid, et le livrer dans un laps de temps raisonnable. Créer l’appli n’est pas le plus compliqué pour un cerveau affuté comme le sien, reste à peaufiner le projet en dénichant, en Chine, des caisses de transport isothermes, puis des contenants adaptés, bio-dégradables de préférence afin de ne pas en rajouter à la pollution ambiante ( sur le point d’être résolu grâce, il l’espère à la participation de partenaires comme Lindo). Reste à convaincre les principaux acteurs de cette belle histoire, les restaurateurs.

Les audacieux restaurateurs….

…. parfois dubitatifs. Il a fallu se faire la main avec papa, avec les potes….. Paris ne s’est pas faite en un jour…. Et Komida non plus. Mais, devant l’évidente simplicité et efficacité de Komida, d’autres restaurateurs, pas bêtes, se sont vite laissés séduire. Aujourd’hui, Al Pasito ne regrette pas son choix, il déborde de commandes. Le Paco Cabana, Alegria Café, La Boulangerie Jean, le Barrio Latino, Casa Azul et Zubr jouent également le jeu en proposant leur carte entière (ou presque) en delivery. L’idée est que très vite, la majorité des restaurants de Las Terrenas soient en ligne à travers cette appli. Pour eux, que du bénéfice. L’inscription est gratuite et le fonctionnement hyper simple. Quant à la redevance de 10% qu’ils rétrocèdent à Sebastien sur chaque commande, elle est vite compensée par l’absence de service en salle.

Des gourmets comblés

…. Et il y a de quoi. Un petit creux gourmand, l’arrivée impromptue de copains et le plaisir de prolonger de délicieux moments de partage, pas le temps de cuisiner mais les papilles qui frétillent à l’idée d’un bon petit plat amoureusement mijoté par un vrai chef… pas envie de sortir, histoire de profiter de sa terrasse, de son jardin ….. à l’heure du déjeuner, du dîner, voire du petit-déjeuner avec des croissants tout chauds…. L’équipe de livreurs Komida, équipés de leur fameuse boîte bleue isotherme qui conservent le repas bien au chaud ou bien au frais, est à votre disposition. Les livraisons s’effectuent jusqu’à La Barbacoa avec des prix tout doux de 50 à 200 pesos. Au moment de la prise de votre commande d’un simple clic sur l’appli que vous aurez téléchargée gratuitement, le temps d’attente vous sera communiqué avec un maximum de précision…. Crêpes, pizzas, burgers, carpaccios gourmands, sushi tout frais, rizzotto moelleux, pâtes, poissons, succulentes viandes….. vous n’avez que l’embarras du choix.

Convaincus….

Pour les restaurateurs pas frileux, soucieux de ne pas laisser passer cette belle opportunité, un simple appel à Sebastien 829 872 36 84. C’est gratuit mais ça peut rapporter gros en ces moments plus délicats où les touristes ont regagné leurs pénates.

Et pour les gourmets malins, encore plus simple puisqu’il  leur suffit de télécharger gratuitement l’appli Komida sur leur iphone, ipad, android… https://www.komida.pro/download

Vous je ne sais pas, mais moi c’est fait. C’est trop bien d’imaginer vivre dans notre paradis du bout du monde, loin du stress de la civilisation, en profitant de l’immense confort de la technicité moderne , merci Sebastien….

Nouveau et délicieux, Lafel, comme une invitation au voyage

Falafel, tzatziki, hummus, babaganoush, pita, zahatee….. autant de termes exotiques évoquant une cuisine parfumée aux saveurs raffinées.

C’est à Jonathan et son épouse Cynthia que nous devons la belle idée de cette table gourmande. Jonathan, figure bien connue des soirées terrenariennes. Souvenez-vous, une longue silhouette affublée d’une sempiternelle échoppe ambulante portée à bout de bras, cheminant inlassablement de bar en resto branché pour proposer ses jolis bijoux fantaisie. Le temps a passé, il était important pour lui de changer de cap et de nous faire découvrir en avant-première les parfums envoûtants de sa cuisine végétarienne, tendance moyen orientale, si gourmande, saine et naturelle.

Au menu, falafels et hummus jouent les vedettes au côtés des dips un brin jaloux. Les falafels, délicates boulettes de pois chiche mélangées à diverses épices se marient à l’infini aux hummus multiples et succulents et aux savoureux dips, composés de concombre, tomates, taboulés, basilic, menthe, persil, yahourts, exquis tahini, etc….. En sandwhichs généreux dans de moelleuses pitas, tout ce petit monde se mêlent aux carottes, salade fraîche et même mozzarella, clin d’œil à l’Italie. Sans honte, c’est sur le plateau de falafels que j’ai flashé. Une véritable invitation au voyage. Petites boulettes délicates et parfumées, divers hummus, dips dont même les appellations sont savoureuses, en un instant vous vous évadez et vous retrouvez au pays des mille et une nuits. Preuve s’il en faut qu’une cuisine végétarienne et saine est loin d’être ennuyeuse.

Et si le resto, situé Garden Beach Plaza, est un peu petit, quelques tables seulement, blotties sous de grands parasols pour se protéger du soleil, Jonathan a eu l’ingénieuse idée de proposer un service de livraison. La carte entière est disponible en delivery, ce serait ballot de ne pas en profiter.

Une belle table à découvrir. Saveurs, fraîcheur, convivialité et prix tout doux. Bravo Jonathan et merci Anny et René de nous avoir fait découvrir ces nouvelles saveurs à 100 lieux de la sempiternelle daurade coco….

Lafel . Hummus & falafel bar . Garden Beach Plaza . Ouvert midi et soir.