Les escapades gourmandes de Domy et Gary: Dulce à la plage des Pêcheurs….

Elle, c’est Domy. Petite soixantaine, resplendissante, dynamique et…. Gourmande. Après une vie professionnelle très active et plutôt épuisante, elle est venue se reposer à Las Terrenas. Bien sûr elle en est tombée amoureuse et a décidé d’y déposer ses valises…. Elle y a rencontré l’homme de sa vie et en prime un amour de petit bout de chou de chien…. Gary, la prunelle de ses yeux, sa compagne au quotidien qui, ravie, partage avec un bonheur non dissimulé ses escapades gourmandes.

Domy s’est prise d’une passion pour le moins étonnante, originale en tous cas… découvrir à travers les petits déjeuners ou simplement en passant prendre un verre, les différents hôtels et restaurants emblématiques du village. L’envie m’est venue de vous faire partager ses pérégrinations gourmandes, histoire parfois de replonger dans des balades personnelles inoubliables.

Aujourd’hui escapade à la plage des Pêcheurs et une de ses perles Chez Dulce

Il y a quelque temps, je vous en parlais en ces termes….

Histoire de ne pas passer à côté de l’authenticité, osez une petite balade gourmande à la plage des Pêcheurs….

C’est, sans conteste, le spot incontournable, celui qui vous fera voyager dans le temps en vous plongeant en un clin d’oeil au beau milieu du Las Terrenas « d’avant ». Un bario haut en couleur, des petites cabanes, un peu ou beaucoup de guingois, en bois, en tôle, en palmes, un joli bric à brac de constructions hétéroclites, jaune acidulé, orange pétillant, bleu azur, turquoise, vert émeraude, …. posées sur le sable à deux pas de l’océan. C’est Paco et son Pacomer, précurseur visionnaire qui a su en tout premier flairer le potentiel du lieu, un endroit exquis et intemporel où se presse chaque midi une foule cosmopolite. On y déjeune sans chichi, les pieds dans le sable, au milieu d’un délicieux fouillis de barques de pêcheurs dans une ambiance bon enfant où l’on n’hésite pas à s’interpeller de table en table, sans même se connaitre. Et, si le style nomade authentique du décor improvisé joue un grand rôle dans cet engouement permanent, le marché aux poissons juste à côté, attire lui aussi les badauds, ravis d’assister, émerveillés, à l’arrivée, parfois rocambolesque, des pêcheurs locaux. On en prend plein les mirettes et plein les papilles. Clin-Clin, Dulce, Zu, Pacomer, El Pirata….et tous les autres, dominicains, chiliens, vénézuéliens vous concoctent avec amour et passion poissons tout frais, langoustes, cigales, crevettes, crabes de terre ou autres santollo aux envoûtantes saveurs Caraibes, riches en coco, gingembre, cilentrico, citron vert, curcuma, chinola …… Un pétillant festival de parfums juste sublimes.

Evadons-nous, moment de pur plaisir et de détente absolus pour une balade bucolique au milieu de ce lieu savoureux, haut en couleurs et bourré de charme

Domy nous conte ses impressions…

J’adore les petits restaurants du Village des Pêcheurs, celui à côté des barques et du petit marché aux poissons.

Pour la pause déjeuner en famille, nous avons choisi le Dulce Playa.

Dulce est le prénom de la propriétaire du lieu, qui outre le fait d’être accueillante et charmante, est aussi une très bonne cuisinière.

Pour le cadre, il n’y a pas plus simple et plus agréable à la fois. On est sur la plage, à même le sable, dans lequel les fauteuils en plastique s’enfoncent un peu, les tables sont toutes dépareillées, mais qu’importe, on s’y sent bien.

Face à la mer, à l’abri du soleil sous une paillote, en dégustant une daurade grillée, ou à la sauce coco, ou bien encore du poulet au citron et à la crème, on se dit qu’on a vraiment beaucoup de chance de profiter de tels moments.

Cerise sur le gâteau, l’addition est légère comme la petite brise marine !

Un nouveau p’tit coup d’oeil vers le ciel…. mais pas que.

 

Donc, j’vous disais que le temps est plutôt sec par chez nous….Bon, ça a un peu changé. Même que l’on a vraiment craint de se mouiller les petons. Sans vergogne, une onde tropicale rebelle s’est mise dans la tête de traverser l’arc antillais. Elle a bien perturbé les îles françaises, les arrosant copieusement…. Arrivée chez nous, vraisemblablement à bout de souffle, elle n’a déversé sur nos têtes ravies qu’une belle, bonne, fraîche pluie bienfaisante, juste assez pour redonner le sourire à nos jolies fleurs, 3 petits tours puis s’en est allée. Mais, elle a fait des émules la bougre et une autre onde tropicale, sortie du Cap Vert il y a quelques jours, a l’air bien décidée, elle aussi, de venir nous faire un petit coucou mouillé. Je la guette du coin de l’œil et vous dis ce qu’il en est.

En attendant, mon breton de mari qui, décidément puise son inspiration dans la mer, ou tout près, nous offre une belle balade au coeur de son refuge de prédilection, là où les barques indolentes lui offrent ses plus beaux sujets, la plage des pêcheurs. Des paysages grandioses avec l’océan en toile de fond, des scènes de vie ravissantes, des bouilles sympas, des touristes aux anges, des pêcheurs souriants, leurs mômes toujours prêts à rendre service et même l’ami Sandro, le boss du O’Grill et du XO en plein marché…. Bonne balade.

photos michelvoleau.wordpress.com

Coup d’cœur : flânerie en solitaire…  la fin de la balade….

 

Etape 6 : la plage des pêcheurs….

Comment mieux terminer une balade à Las Terrenas qu’en se rendant sur la plage…. C’est d’abord la plage des pêcheurs qui m’attire. Située entre Poppy et la plage de Las Terrenas, j’aime son atmosphère de retour de pêche, les badauds curieux, les vendeurs aux aguets, les barques rentrant de leur long périple en mer, débordant de daurades, de thons, de coquillages….. C’est tout un petit monde coloré qui s’apostrophe, s’engueule, s’esclaffe…. C’est la vie quoi.

Pardon Cathy, ci-dessous, je t’ai chipé quelques clichés, de jolies prises de vue et de prises de mer…..

Etape 7 : Las Ballenas, tendance rive gauche….

Trop drôle, le nom de cette fabuleuse plage est un sujet de guéguerre entre les anciens qui tiennent mordicus à Playa Marico du nom de la petite rivière et de sa lagune tout au bout, et les nouveaux qui préfèrent Las Ballenas par rapport aux îlots rocheux que l’on distingue au large, l’un d’entre eux ayant une vague forme de baleine. Quoi qu’il en soit, c’est la plus belle plage du village, large et blanche, ma chouchoute, faut dire qu’elle se trouve à 150 m de ma maison et que j’en profite bien. 4 kms de long, elle est délimitée de part et d’autre par le rio Marico, près de la loma Bonita et le rio Las Terrenas après le Village des Pêcheurs. Grâce à un récif corallien qui la protège de la houle, Playa Las Ballenas est l’endroit idéal pour nager tranquillement dans les eaux chaudes de l’océan Atlantique ou s’allonger sur le sable fin à l’ombre des cocotiers ou encore, partager un bon repas les pieds dans le sable chaud dans l’un des nombreux petits restos de plage. C’est aussi le paradis des sports nautiques comme la voile, le kayak que l’on pratique au sailing club. Petits et grands s’y donnent rendez-vous pour de belles après-midi en famille.

Et pour finir, une sublime image de Las Ballenas emprunté à mon ami André Jacques, un amoureux des lieux et de ses délicieux squatters à 4 pattes.

Du 1er mars au 30 juin 2016, les langoustes font la fête (interdiction de la pêche)…..

Sans titre-1

….. et les touristes, pêcheurs  et restaurateurs font la gueule……

Ouf, elles peuvent respirer un peu, le temps de se reproduire. Et oui, du 1er mars au 30 juin 2016, la pêche aux langoustes est strictement interdite en République Dominicaine. Mais pas que, il est également interdit de pêcher ces crustacés  au Belize, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama….

En principe, cette interdiction n’est pas trop mal respectée par les pêcheurs qui encourent de lourdes peines s’ils sont surpris une langouste dans leur besace. Parfois, les restaurateurs sont un peu plus rebelles, attirés par l’appât du gain, suscité par cette délicieuse petite bête. Il faut dire que cette interdiction tombe en plein pendant la Semaine Sainte, période la plus fréquentée à Las Terrenas et dans toutes les villes côtières en général. Cette année, les contrôles seront plus nombreux et sévères dans les établissements spécialisés.

C’est à vous les consommateurs de vous montrer les plus raisonnables et de ne pas tenter le diable. Il y a encore pleins d’autres choses à consommer à Las Terrenas.

Alors on compte sur vous pour préserver l’espèce et avoir encore la chance longtemps de se régaler de langoustes pendant la période autorisée.