8h30, jeudi matin, Maria est tout près de nous…. ça souffle fort

Il paraît qu’elle était moins forte que sa copine Irma…. force 3 … mmmm  je trouve que ça soufflait et souffle encore plus fort qu’il y a quinze jours. Et comme ces vilaines demoiselles se suivent à la queue leu leu facile d’établir des comparaisons. Bref, la nuit a été chahutée et longue, Irma s’est invitée hier soir vers 10h. Apparemment mon château de feuilles et ses toits de paille sont toujours debout, ce qui n’est pas le cas de tous les arbres du jardin. Marre d’être bousculés de tous les côtés, beaucoup ont préféré abandonner la partie et se coucher. C’est triste! Les longues branches des ficus pendent lamentablement, le bel arbre du Brésil a perdu un membre et les bananiers…. il n’y a plus de bananiers….Vu la trajectoire, la sale bestiole ne va pas tarder à s’éloigner et poursuivre son funeste chemin dans l’océan. Pour le moment aucune nouvelles du village. Ce qui est sûr, c’est que les précipitations ont été moins denses que prévu. Je le vois à mon ex-jolie piscine, si belle hier et aujourd’hui beaucoup moins…. l’eau n’y a monté que de quelques petits centimètres….

Mais, malgré le jardin en vrac, les beaux arbres arrachés ou brisés, la piscine remplie de feuilles et la terrasse dévastée, nous avons, cette fois encore eu beaucoup, beaucoup de chance. OK, ce n’est pas fini et les vents sont encore bien forts avec des rafales hallucinantes, mais nous avons un toit (de paille de surcroît) sur la tête, les autos sont entières, les toutous aussi…. pour l’instant notre grosse planta assure comme un chef (je pense qu’il n’y a plus de luz) et nous avons même la télé et Internet. Alors, par égard pour nos amis de St-Martin et St-Barth, pas le droit de se plaindre.

Ceci dit, cette saison cyclonique est bien fatigante, notre petit paradis révèle ses limites et il est vraiment temps, pour le moral de chacun que ces Irma, Maria, José et j’en passe aillent se faire voir ailleurs.

Publicités

Comme un air de déjà vu !

Le chantier interrompu pour cause d’Irma, elle était belle ma piscine juste avant Maria.

Rebelote, on range tout, on rentre tout, on attache tout. Maria a réussi son pari d’être aussi grosse qu’Irma, il semble même qu’elle la surpasse. Après avoir semé la désolation en Dominique et en Guadeloupe, après avoir fait frémir St-Martin et St-Barth, après avoir piétiné Les Iles Vierges et ravagé Porto Rico, elle se dirige vers nous. Notre seul échappatoire, notre sauveur potentiel, le canal de la Mona qui a la délicieuse tendance de balancer des croche-pieds aux indésirables pour les propulser plus au nord. En attendant le verdict, on n’est pas vraiment rassurés. Maria devrait copieusement nous arroser dès cet après-midi et gronder et souffler cette nuit. Et ça, c’est pire que tout, dans le noir on entend le mugissement du vent, les arbres qui se tordent de douleur et craquent. On imagine sans peine le désastre et le pitoyable spectacle qui nous attend au petit matin mais dans le noir, tout s’amplifie. Et mes pauvres chiens …. un petit orage les terrifie pour la plupart alors un ouragan de cette intensité, je ne vous en parle pas. Et non, ma douce Anne, je ne partirai pas me réfugier en un lieu plus sûr en les laissant tout seul dans notre château de feuilles, sous notre toit de paille. Nous serons ensemble, comme toujours, dans la peine comme dans la joie. Un dernier regard à ma si jolie piscine qui vient juste de se refaire une beauté, demain elle sera défigurée comme le jardin qui pourtant avait bien résisté à l’hideuse Irma. Mais deux attaques l’une après l’autre, ça risque de faire beaucoup.

Si c’est possible, si ma planta a tenu le choc et Internet aussi, je vous donnerai des nouvelles demain, pas trop mauvaises j’espère. En attendant, le cœur gros et la boule au ventre, je continue de tenter de faire entrer le dehors dedans pour éviter la casse.

C’est la vilaine histoire de l’horrible Maria qui veut se faire aussi grosse que l’hideuse Irma…

Alors, elle s’enfle, s’enfle, s’enroule, s’affirme et de son œil torve nous nargue pas bien loin de nous dans l’Atlantique (juste maintenant c’est déjà un cyclone de force3!). Alors, oui, bien sûr on panique, on se fait le film tragédie, on pense au pire…. Et puis, il y a les pros et puis les amis qui même loin de nous, analystes plus avertis nous rassurent en nous dressant un bilan réalistes de la situation. Après Olivier Tisserand, excellent dans ses observations « irmaniennes », voici l’analyse d’Alexandre Houisse qui surveillent de loin la trajectoire de cette nouvelle calamité.

 

« Après Irma, Maria

La comparaison s’arrête là, mais Maria risque tout de même de passer en catégorie 3.

Gwada : Les Saintes et Basse-terre devraient être concernées par les conditions cycloniques. Grande terre aura des vagues et de la pluie.

Le nord de la Martinique risque également de recevoir une marée de tempête et beaucoup de pluie.

Les îles du nord ne « devraient pas » être affectées.

Avec ces bestioles, on se méfie toujours des changements de trajectoire, d’où l’utilisation du conditionnel.

Las Terrenas Rep Dom :

Bien qu’il faille rester prudent, je ne suis pas inquiet. Ok la trajectoire le fait passer Jeudi (il peut changer d’avis en 4 jours) à 65 kms au large du village. En supposant que ça ne change pas, Maria aura traversé Porto Rico du Sud-Est au Nord-Ouest, ce qui a toujours pour effet de faire perdre de la puissance aux cyclones. Ce qui peut vraiment nous affecter, c’est encore une fois la houle cyclonique, celle d’Irma a fait des dégâts, on n’a pas besoin que Maria en remette une couche. Après, il y a toujours la question du cumul de pluie. A 60, 70 kms du centre d’un Ouragan Majeur, il peut encore y avoir beaucoup de pluie …

Pour conclure, à cette heure, les Saintes, Marie-Galante, Basse-Terre (y compris côte ouest) et la côte-sud de Grande Terre, on ne fait pas semblant de se mettre à l’abri ! (Flo Rd, Didier Rubin, Isabelle Truffet, Patricia Patgwada … )

Les côtes Nord et Atlantique de la Martinique, de Grand Rivière au Vauclin (Peggy Phinoson-Ferrand, Alexandre Prevot, Annie-Dominique Poullet Jean-philippe), on prend conscience que Maria se renforce et va passer à moins de 50 bornes de la Presqu’île de la Caravelle.

Soyez bons et forts ! »

Nous allons essayer, merci Alexandre.