Bon, et maintenant on en est où… la situation vraie chez nous…

Soyons objectifs, côté Covid, la situation n’est guère brillante en République Dominicaine, mais en même temps pas franchement pire qu’en Europe et bien moins tendue qu’aux USA ou dans d’autres pays d’Amérique du Sud, genre le Brésil. Les nouveaux malades augmentent chaque jour mais le doute subsiste, ne serait-ce pas parce que les tests se multiplient et qu’évidemment les cas positifs s’affichent au grand jour et font grimper la courbe… Quoi qu’il en soit, une grande prudence est de mise et le gouvernement veille au grain. Un nouvel état d’urgence de 45 jours vient d’entrer en vigueur, demandé par l’ancien président Danilo et ratifié unanimement par les députés puis les sénateurs.

Et il change quoi….

Pas vraiment grand-chose en fait pour le commun du mortel. Les plus impactés restant les restaurateurs déjà pas mal pénalisés. Un couvre-feu est ré-instauré. Différent selon les provinces. Il passe de 7 pm à 5 am en semaine et de 5 pm à 5 am le dimanche pour les villes où les  cas de Covid sont les plus nombreux, comme la capitale ou Santiago. Dans la péninsule de Samana il est désormais interdit de circuler (sauf cas de force majeure) de 8 pm à 5 am. Et tout çà pour une durée de 20 jours à partir d’aujourd’hui mardi 21 juillet.

Le port du masque est obligatoire partout et tout le temps.

Certaines plages sont interdites…. Bizarrement, les plus prisées et donc les plus susceptibles d’accueillir un grand nombre de personnes agglomérées restent ouvertes. Toutes les plages de Las Terrenas sont ‘’ouvertes’’ alors que celles de Sanchez, Samana,… sont interdites…. Pas vraiment certaines de saisir la logique mais est-ce mon rôle ?

Dernière minute…. toutes les plages sont autorisées, ben oui il fut suivre dans ce pays.

La distance de sécurité entre les individus est scrupuleusement à respecter tout comme les autres signes barrière comme l’usage du gel et la prise de température à l’entrée des commerces, restos, hôtels, etc…

Et pour veiller au bon respect de ces mesures indispensables à un retour progressif à la normalité, une escouade de policiers plus zélés les uns que les autres est à l’œuvre… Amendes, emprisonnement, tout est permis quelle que soit la nationalité de la personne surprise en infraction. A Las Terrenas, le centre sportif ‘’Le play’’ est réquisitionné pour accueillir les rebelles et récalcitrants.

Ce qui ne change pas…

Les frontières restent ouvertes… peut-être un peu trop largement et les avions, rassurez-vous sont toujours les bienvenus sans imposer aux voyageurs comme je l’ai trop vu une quinzaine de confinement… Tout au plus une prise de température et un questionnaire sur vos motivations et votre adresse de séjour… Même  »punition » à l’hôtel. A vous de voir en votre âme et conscience si le jeu en vaut la chandelle.

Rien de bien nouveau sous notre soleil. Des mesures renforcées et un gros coup de moins bien pour nos pauvres restaurateurs désappointés, obligés, peut-être à bon escient, de sacrifier le service du soir. Fini pour un temps la fête jusqu’à pas d’heure dans nos délicieux petits restos et bars…

Ce qui ne change pas non plus…

C’est l’invasion chaque milieu de semaines d’une foultitude de ‘’capitaleros’’, gens de la capitale plutôt dévergondés en ce qui concerne les nôtres, qui prennent d’assaut les villas de location à bas prix, faute de touristes étrangers, reggaeton ou musique techno (encore pire) à fond du matin au soir accompagné de force éclats de rire et hurlements quasi bestiaux. Ils effraient les villageois en parcourant les rues à toute vitesse sur des engins pas vraiment maîtrisés et souillent, sans vergogne de leurs détritus les jolies plages toute malheureuses…. La rançon de la gloire ? On s’en passerait. Et stop, ne ressortez pas cette phrase éculée et surfaite ‘’ils sont chez eux’’… ces enfants gâtés et turbulents, fils d’enfants gâtés et turbulents et malheureusement parents d’enfants gâtés et turbulents ne représentent qu’une toute petite partie de la population dominicaine. On les appelle les riches dominicains. Nos voisins, amis dominicains pâtissent autant que nous de cet état de chose et, souvent beaucoup plus pauvres et humbles que les vacanciers de la capitale, subissent sans n’oser rien dire…. Et puis, après 18 ans de vie et d’amour pour ce pays, une naturalisation en bonne et due forme, il y a 15 ans déjà, ne serais-je pas un peu chez moi aussi…

Le 8 juillet, on en est où chez nous …

 

Après de longues semaines de souffrance, les restos ont rouvert leurs portes le 1er juillet, comme convenu, pour leurs plus grands plaisirs et le nôtre. Patrons et employés ravis vous accueillent chaque jour, midi et soir et redoublent d’attention pour chouchouter une clientèle qui leur a tant manquée.

Les joueurs de boules ont repris du service à la Vela Blanca qui organise déjà une super fête de 14 juillet…. Vous ne serez pas déçus. Pierre de l’Eden a retrouvé le sourire, je me demande même si son petit  »Paradis’’ n’est pas encore plus beau qu’avant la crise. Le XO, ah le XO, suis-je vraiment objective si je dis que pour moi c’est le plus bel endroit de Las Terrenas… Et puis il y a les autres, Sergio B et son fabuleux décor aquatique, le Mosquito ou plutôt les Mosquito et leur ambiance exotique chic, le doux Al Pasito, Sandro et son grill majestueux, La belle Casa Azul les pieds dans l’eau, Valerie et son Kalyste, le seduisant El Lugar… et puis tous les autres, Atlantis, The Beach, Casa Coson, Pacocabana, les petits lolos de la plage des pêcheurs (mes chouchous) et bien sûr tous ceux que j’oublie une fois de plus…

Les hôtels de charme du village ont ouvert leurs portes eux-aussi. Ils attendent leurs hôtes avec beaucoup d’impatience. Toutes les mesures de sécurité ont été prises comme une totale désinfection post-ouverture.

 Un protocole sanitaire stricte.

Dans les restaurants, une distance d’au moins deux mètres entre les tables (limitées à 10 convives) est imposée.  Dans les bars, qui ne peuvent accueillir que 35% de leur capacité maximale, les tables sont désinfectées entre chaque client. Le personnel sera testé deux fois par semaine, tandis que les clients devront porter un masque lors de leurs déplacements dans l’établissement.

Dans les hôtels, la température de chaque client sera prise au moment de l’enregistrement. Là encore, une déclaration de santé devra être signée. Les bagages seront désinfectés, tandis que les points de distribution de masque et de gels devront être nombreux. Les points de restauration en libre-service sont supprimés, et tous les espaces communs des hôtels doivent être redéfinis pour garantir le respect des distances sociales. Enfin, chaque établissement doit prévoir un protocole spécifique pour la prise en charge et l’isolement des personnes présentant des symptômes.

La République Dominicaine est soucieuse de voir les touristes revenir sur ses belles plages. Dès leur arrivée à l’aéroport, « tous les passagers feront l’objet d’un contrôle de température au moment du débarquement de l’avion. Si un passager présente une température supérieure à 38°C ou tout autre symptôme, les autorités aéroportuaires lui feront passer un test rapide de COVID-19 et mettront en place les protocoles d’isolement et de traitement nécessaires ». Dans les différents terminaux, employés comme passagers devront porter des masques et respecter les règles de distanciation physique. Les passagers devront également fournir une déclaration solennelle dans laquelle ils assureront « n’avoir ressenti aucun symptôme lié au Covid-19 au cours des 72 dernières heures » et indiqueront leurs coordonnées pour les 30 jours à venir.

La température de chaque passager sera mesurée avant l’embarquement à bord d’un bateau (excursions comprises). Tout le matériel utilisé par les clients (réservoirs, masques, pagaies…) doit être désinfecté avant et après utilisation, y compris pour les autres activités à caractère touristique et récréatif (centre équestres, sites culturels, tyroliennes, parcs à thèmes, paintball…).

Voilà, il n’y a plus qu’à…. Tout est prêt pour accueillir de nouveau, en toute sécurité les amoureux de notre beau pays. Profitez-en, le temps est splendide, l’océan flirte avec les 32 degrés et les couchers de soleil sont somptueux.