Le carnaval de Rio, entre émotion et folie.

Sans titre-5

On y est presque. La période de Carnaval approche à grands pas et, si toutes les îles de la Caraïbes sont réputées pour leurs défilés colorés et la liesse générale qu’ils engendrent , c’est indubitablement Rio qui est entré dans la légende pour la démesure et la somptuosité de cet événement majeur.

Le carnaval puise son origine dans des fêtes païennes synonymes au Moyen Âge de festivités débridées, que la Réforme puis la Contre-Réforme tentèrent de museler en Europe. Mais dans la colonie portugaise, même l’étau de l’Inquisition ne parvint pas à étouffer le carnaval. Pour certains, le terme carnaval dériverait du latin carne vale, qui signifie “adieu à la viande”, en raison des 40 jours d’abstinence du carême. Pour compenser les privations à venir, on s’amuse et on commet moult péchés en l’honneur de Momo, le roi du carnaval.

Sans titre-3

Célébré avec ferveur dans presque toutes les villes du Brésil, cette immense bacchanale hédoniste et exubérante attire chaque année des millions de visiteurs ébahis devant les spectaculaires parades costumées, ou les fêtes de rues survoltées. Mais, le coeur des festivités, LE carnaval dans toute la folie de sa splendeur n’est autre que Rio de Janeiro. Coup d’envoi 2016, le 5 février.

Le carnaval de rues

Juste exceptionnel, avec ses spectacles de musique et de danse qui investissent les rues animées. Les habitants d’autres villes, d’autres pays, se joignent aux Cariocas dans les rues en fête et les bals costumés qui s’improvisent dans toute la ville. Il y a des concerts gratuits partout et des bals en pagaille pour ceux qui souhaitent vivre quelques heures de frénésie, des nuits sans sommeil. La caipirinha coule à flot et la samba résonne à plein volume. Il ne vous reste qu’à vous mêler à la liesse des carnavaliers.

Comment  vivre le carnaval de rues?

Se joindre à une banda ou à un bloco (rassemblement de personnes, souvent ralliés à un quartier, un bar ou un thème, qui défilent de manière semi-organisée lors du carnaval) est l’une des meilleures façons de vivre le carnaval de Rio.

Sans titre-1

Ces parades ambulantes consistent en une procession de fanfares (pour les bandas) ou de percussionnistes et de chanteurs (pour les blocos) ; se joint au cortège quiconque a envie de danser, se déguiser et se défouler. On en dénombre plus de 400 dans tous les quartiers de la ville, progressant à grand renfort de percussions puissantes et de vieilles chansons de carnaval, pour le plus grand bonheur de milliers de fêtards. Pour beaucoup de Cariocas, il s’agit là du point fort du carnaval. Vous pourrez porter (ou non) un costume, apprendre quelques chansons et vous mêler à la foule : il suffit de vous présenter sur place ! Pour les festivités de la Zona Sul, n’oubliez pas votre maillot de bain pour faire un petit plongeon dans l’océan – car il fait chaud.

Défilés des écoles de samba au sambodrome

L’apogéee des festivités est marquée par la parade multicolore qui défile dans le Sambódrome, avec des chars géants, des percussions envoûtantes et des danseurs survoltés.

samba& samba2 samba3 samba4

Assister ou participer à un défilé dans le Sambódrome constitue un souvenir impérissable. Devant quelque 90 000 spectateurs (et des millions de téléspectateurs), chacune des 12 écoles de samba de la ville dispose de 1 heure 20 pour chanter et danser dans le stade à ciel ouvert conçu par Oscar Niemeyer. Il s’agit non seulement d’offrir un spectacle à la foule, mais surtout de briguer une place d’honneur dans le défilé. En effet, les gagnants sont annoncés le samedi suivant le carnaval, et ce jour-là, une parade des vainqueurs est organisée.

Les choses se déroulent ainsi : chaque école entre avec énergie dans l’antre du Sambódrome puis les danseurs font monter l’ambiance d’un cran en évoluant à travers le stade. Les présentateurs annoncent l’école, puis la voix solitaire du puxador (interprète) lance la samba. Des milliers de voix lui répondent (chaque école compte 3 000 à 5 000 membres) et les tambours (200 à 400 par école) s’ajoutent à la partie pour entraîner le cortège. Viennent ensuite les principales sections de l’école, les grands chars allégoriques, la section enfantine, les célébrités et les baianas (femmes costumées comme à Bahia), qui virevoltent dans leur élégante jupe à cerceau.

Les costumes sont somptueux : coiffures garnies de plumes, longues capes flottantes étincelantes de paillettes et strings pailletés.

Le défilé est aussi une compétition complexe. Un jury trié sur le volet choisit la meilleure école en fonction de nombreux critères : les percussions, la samba, l’harmonie entre les percussions, le chant et la danse, la chorégraphie, les costumes, le scénario, les chars et leur décoration. Le concours de danse est âprement disputé et le gagnant acquiert le rang de star non seulement à Rio, mais dans tout le Brésil.

Mais si le Carnaval de Rio reste le number one, une multitude d’autres villes vous attendent pour profiter de l’effervescence brésilienne jusqu’au Mardi gras, voire une semaine après.

Salvador : Salvador accueille également des festivités impressionnantes. Il s’agit d’ailleurs d’un des plus grands carnavals du Brésil, avec plus de deux millions de participants. Le carnaval de Salvador commence généralement le jeudi soir, quand le maire remet au roi Momo les clés de la ville. La fête s’achève le mercredi des Cendres, avec quelques défilés bigarrés dans l’après-midi pour un ultime au revoir.

salvador

Recife : Reconstitutions en costume, grande variété de musiques, participation massive du public (prévoyez un costume) et immenses fêtes de rue qui réunit 2 millions de personnes lors de l’ouverture officiel du carnaval, le samedi matin.

Olinda : Empreintes de spontanéité et d’un caractère fédérateur, les festivités durent 11 jours et débutent par le défilé de plus de 400 “vierges” (drag-queens).

olinda

Porto Seguro : Semblable à celui de Salavador, le carnaval bat son plein sur une semaine entière pour s’achever le samedi qui suit le mercredi des Cendres.

Florianópolis : L’un des carnavals les plus prisés de la communauté gay, après celui de Rio, et le plus important du Sud.

São Paulo : Calme comparé aux autres, le carnaval de São Paulo comprend toutefois une parade impressionnante au Sambódrome.

Entre émotion et folie, le Carnaval de Rio, un choc dont on ne se remet jamais.

Publicités