Sici, dog groomer salon.

Sici, une pet-luqueria tout en douceur

Elle est jolie comme un cœur et douce mais si douce avec nos amis à quatre pattes. Sici, c’est la délicieuse fée qui rend beau le plus ordinaire des toutous. Elle excelle dans l’art pas toujours évident du toilettage. Et depuis onze ans, elle en a vu des 4 patounes mal coiffés. Le dernier en date, Tatoo, oui, mon Tatoo enfin le chiquito de Michel. 9 ans, un caractère de cochon et un poil hirsute, jamais coiffé. Des nœuds dans tous les sens, des cheveux dans les yeux, le long des oreilles, sur le ventre les pattes… grands, filasses, moches. Allez, on se lance et on appelle au secours.

Elle est arrivée avec son petit sac en bandoulière, s’est installée comme elle a pu à côté d’une table basse et a entrepris la grande transformation de Tatoo qui, contre toute attente n’a pas bronché. 2 heures et demi il lui a fallu pour venir à bout des nœuds et de la toison hystérique du petit bonhomme. A la fin, je n’en pouvais plus mais j’étais la seule, Sici et son petit patient se portaient bien, presque ils fredonnaient en cœur. Petit shampooing relaxant et doux massage pour clore la séance, clic clac on en profite pour couper les ongles trop longs et puis tiens ceux de Zoé aussi qui se laisse faire sans rechigner alors que moi je ne peux pas l’approcher. Une affaire rondement menée pour un prix tout mini.

Sici travaille chez elle ou au domicile de ses clients. Elle arrive avec son matériel et, patiente et douce, elle fait ce qu’elle veut du petit ou gros chien ou chat à la toison en vrac. Ah oui, elle a aussi ouvert dans sa maison un hôtel pour chiens et chats. Ils vivent en liberté chez elle et dans on jardin et profitent des vacances de leurs maîtres pour s’en donner à cœur joie. Les prix sont aussi doux qu’elle, à partir de 500 pesos pour un petit gabarit, nourriture fournie par le propriétaire. Pendant leurs séjours, bain et toilettage pour les chanceux pensionnaires.

La pet Luqueria (829) 917-8128 . Page FB La Pet-luqueria Rd

A story that ends badly… or badly acquired never benefits.

If you see Mimi’s little jeep pass by, immediately stop all action, open your eyes wide and applaud with both hands.

And yes, in less time than it takes to say it, she left in the car. One ad, one hour, one buyer. Fixed price $ 4800, it’s no secret, it was written on my post… He came, nice, connoisseur, looked at everything, below, above, tried, liked, said OK but at this price … We discuss, we reflect and we also say OK. $ 3,800 will be… or rather 217,000 pesos. All in all, since we weren’t too keen on selling it, it’s not that bad.

As I am a very nice fanatic, I ask my mechanic who knows the little car by heart to come, meet the buyer, nice, knowledgeable and talk with him about the few transformations he is considering in the near future. Neither one nor two, Rafael arrives dare-dare, speaks, explains, I listen, translates… well yes, one does not speak Spanish and the other does not speak English, it’s not so easy when it comes to ‘is mechanical. But we’re doing pretty well and the deal is done.

Around 1 a.m., dring, it’s the friendly, connoisseur buyer who arrives with a mechanic buddy. Return to the car. It’s okay, it holds up. Head to the terrace where I prepared a mock bill of sale. No need for a lawyer, on the gray card of the small auto it is written motocicleta. A private deed is sufficient. We fill it in, we sign and the guy, nice and knowledgeable, drops me a bundle of banknotes, pesos, well tied up. I’m about to count when suddenly, in a tragedy, Leo my German Shepherd and Mimi’s little Tatoo kill each other … I’m alone with them. I drop the wad of cash, run, shout, push Leo, grab Tatoo, a bite, bloody hand and rather broken little finger on my right hand. I wrap my hand in absorbent paper, go back to the negotiating table and shaking like a leaf, barely able to speak, blood tasting everywhere and Tatoo still in my arms I tell the nice guy, geek ‘I can you trust, not the courage to recount  ». No problem, he told me, I counted three times. Ok, here are the keys and thank you and good luck etc, etc …

Except later when I finally count the wad of cash. Amazement, 100,000 pesos are missing. And yes, 117,000 instead of 217,000…. Strange no. I count and recount and recount. I join the nice guy, connoisseur…. He doesn’t want to hear anything and scoffs at me that I just had to recount. He is not wrong but seeing the scene, I am still entitled to extenuating circumstances or else. I don’t raise my voice, explain to him that maybe he was wrong. The guy not so nice but surely connoisseur will not let me say a word … he is honest and all and all. And how could he know I wasn’t going to count….

Except, stupid for the cost but not that much, I remade the script. 117000 strange anyway.

The guy arrives with a kid bundle, if I had counted, damn 117000 instead of 217000….  » Oh excuse me it’s a mistake, I was wrong sum all in impatience to get the car back but wait, I’m running to get the rest and I’ll come back…  » He didn’t even have time to tell me his story, I got into trouble on my own … thank you my dogs but at the same time, I prefer myself to be ripped off 100,000 pesos and that my two loves are whole.

In any case, if you see Mimi’s little car passing by with a guy at the wheel who looks nice, but just looks, and his dog, don’t be fooled, he is formidable but above all applaud, he is very strong. And if you want a name, I’ll give it to you, just ask.

Una historia que termina mal… o mal adquirida nunca se beneficia.

Si ve pasar el pequeño jeep de Mimi, detenga inmediatamente toda acción, abra bien los ojos y aplauda con ambas manos.

Y sí, en menos tiempo del que se tarda en decirlo, se fue en el coche. Un anuncio, una hora, un comprador. Precio fijo $ 4800, no es ningún secreto, estaba escrito en mi publicación … Vino, simpático, conocedor, miró todo, abajo, arriba, probó, me gustó, dijo OK pero a este precio … Discutimos, reflexionamos y también decir ok. $ 3,800 serán… o mejor dicho 217,000 pesos. En general, como no estábamos muy interesados ​​en venderlo, no está tan mal.

Como soy muy simpático, le pido a mi mecánico que se sabe de memoria el cochecito que vendrá, conocer al comprador, simpático, conocedor y hablar con él sobre las pocas transformaciones que está considerando en un futuro próximo. Ni uno ni dos, Rafael llega atrevete, habla, explica, escucho, traduce… bueno sí, uno no habla español y el otro no habla inglés, no es tan fácil cuando se trata de ‘es mecánico. Pero lo estamos haciendo bastante bien y el trato está hecho.

Alrededor de la 1 a.m., dring, es el comprador amigable y conocedor que llega con un compañero mecánico. Regrese al auto. Está bien, aguanta. Dirígete a la terraza donde preparé una factura de venta . No hace falta abogado, en la cartulina gris del cochecito está escrito motocicleta. Una escritura privada es suficiente. Lo rellenamos, firmamos y el tipo, simpático y conocedor, me deja un fajo de billetes, pesos, bien atado. Estoy a punto de contar cuando de repente, en una tragedia, Leo mi pastor alemán y el pequeño Tatoo de Mimi se matan … Estoy solo con ellos. Dejo caer el fajo de billetes, corro, grito, empujo a Leo, agarro a Tatoo, un mordisco, mi mano sangra y el dedo meñique de mi mano derecha bastante roto. Envuelvo mi mano en papel absorbente, vuelvo a la mesa de negociaciones y tiemblo como una hoja, apenas puedo hablar, la sangre sabe por todas partes y Tatoo todavía en mis brazos le digo al buen chico, geek ‘puedo confiar, no el coraje contar  ». No hay problema, me dijo, conté tres veces. Ok, aquí están las claves y gracias y buena suerte, etc, etc …

Excepto más tarde, cuando finalmente cuento el fajo de billetes. Asombro, faltan 100.000 pesos. Y sí, 117.000 en lugar de 217.000…. Extraño no. Cuento y cuento y cuento. Me uno al buen chico, conocedor…. No quiere escuchar nada y se burla de mí porque tenía que contarlo. No se equivoca, pero al ver la escena, todavía tengo derecho a circunstancias atenuantes o de lo contrario. No levanto la voz, le explico que tal vez estaba equivocado. El chico no tan simpático pero seguramente conocedor no me dejará decir una palabra … es honesto y todo y todo. ¿Y cómo podía saber que no iba a contar…?

Excepto, estúpido por el costo pero no tanto, rehice el guión. 117000 extraño de todos modos.

El tipo llega con un paquete de niños, si hubiera contado, malditos 117000 en lugar de 217000 …  » Oh, disculpe, es un error, estaba equivocado y estaba impaciente por recuperar el auto, pero espera, estoy corriendo para conseguir el resto y vuelvo …  » Ni siquiera tuvo tiempo de contarme su historia, me metí en líos por mi cuenta … gracias mis perros pero al mismo tiempo prefiero que me desgarren de 100.000 pesos y que mis dos amores estén enteros.

Coup d’cœur, merci tous…

Je me suis réveillée tôt ce matin. Dès potron-minet, j’arpentais mon joli jardin, les toutous sur les talons et je me suis dit. Mais c’est fabuleux, c’est inestimable, c’est rare et c’est beau. Mais quelle belle preuve d’amour j’ai pris en plein visage hier. A l’heure où je vous livre ces quelques mots, remplis d’émotion, ce sont près de 1000 personnes d’ici et d’ailleurs qui ont volé un moment de leur temps précieux pour lire mon triste récit sur un escroc des temps modernes. Et parmi toutes ces belles âmes, pas un pour me faire le moindre reproche. Vous êtes admirables les amis et je suis ravi de faire un tout petit peu partie de votre monde.

Pour en finir avec cette histoire sordide et parce que je sais que je ne récupérerai jamais ce précieux argent que j’aurais préféré imaginer entre les mains d’une association ou d’une personne méritante, de nombreux noms me viennent en tête, Gervaise, Sylvie, Brenda, Patricia et tant d’autres… j’ajouterai simplement et bien que vous ne me l’ayez pas demandé, je vous jure sur tout ce que j’ai de plus cher au monde, mon fils Julien, mon gentil mari Mimi, mes toutous d’amour, ma famille, mes amis que tout ce que je vous ai confié est la stricte vérité. Sûr si un jour, quelqu’un se permet de faire une réflexion à cette enflure sans nom, il niera, comme il osé sans honte le faire avec moi, me traitant de menteuse, voire de folle. Et ses yeux de chien battu risquent de distiller un doute dans votre esprit. Je ne suis pas la première dupée, tout se sait un jour ou l’autre et comme beaucoup l’ont souligné, inévitablement, à un moment on paie… Moi, j’ai payé pour apprendre. La note est salée mais maintenant, je sais.

Merci à tous, vous m’avez fait chaud au cœur et c’est promis, cet épisode brumeux estompé, presque oublié, je vais vous régaler de jolis contes bien plus gais, plongeons dans le passé, sourires d’inconnus juste croisés, délicieuses adresses dévoilées presque en aparté.

Je vous aime fort, la vie est belle et notre quotidien est si doux sous notre ciel. Belle et tendre journée mes amis. Mimi est moi et mes 5 patounes, on vous embrasse fort.

Une histoire qui finit mal… ou, bien mal acquis ne profite jamais.

Si vous voyez passer la petite jeepete de Mimi, cessez aussitôt toute action, ouvrez grand les yeux et applaudissez des deux mains.

Et oui, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle est partie la p’tite auto. Une annonce, une heure, un acheteur. Prix fixe 4800 $, ce n’est pas un secret, c’était écrit sur mon post… Il est venu, sympa, connaisseur, a tout regardé, dessous, dessus, a essayé, a aimé, a dit OK mais à ce prix… on discute, on réfléchit et nous aussi on dit OK. 3800 $ ce sera… ou plutôt 217000 pesos. Tout compte fait comme nous n’étions pas vraiment chauds pour la vendre, c’est pas si mal.

Comme je suis une inconditionnelle gentille, je demande à mon mecano qui connait la p’tite auto par cœur de venir, rencontrer l’acheteur, sympa, connaisseur et parler avec lui des quelques transformations qu’il envisage dans un futur proche. Ni une, ni deux, Rafael arrive dare-dare, parle, explique, j’écoute, traduit… ben oui, l’un ne parle pas espagnol et l’autre ne parle pas anglais, c’est pas si simple quand il s’agit de mécanique. Mais on s’en sort pas trop mal et l’affaire est conclue.

Vers 1h, dring, c’est l’acheteur, sympa, connaisseur qui arrive avec un pote mecano. Re-tour de la p’tite auto. C’est bon, elle tient la route. Direction la terrasse où j’ai préparé un simili acte de vente. Pas besoin d’avocat, sur la carte grise de la p’tite auto, il est écrit motocicleta. Un acte sous seing privé suffit. On remplit, on signe et le gars, sympa et connaisseur me dépose une liasse de billets, des pesos, bien ficelée. Je m’apprête à compter quand soudain drame, Leo mon berger allemand et Tatoo le p’tit de Mimi s’entretuent… Je suis seule avec eux. Je lâche la liasse de billets, court, crie, pousse Leo, attrape Tatoo, une morsure, la main en sang et le petit doigt de la main droite plutôt cassé. J’enroule ma main dans du papier absorbant, retourne à la table des négociations et tremblant comme une feuille, pouvant à peine parler, le sang goûtant de partout et Tatoo toujours dans les bras je dis au gars sympa, connaisseur ‘’je peux vous faire confiance, pas le courage de recompter’’. Pas de problème me dit-il j’ai compté trois fois. Bon OK, voici les clés et merci et bonne chance etc, etc…

Sauf que plus tard lorsque je compte finalement la liasse de billets. Stupéfaction, il manque 100 000 pesos. Et oui, 117 000 au lieu de 217 000…. Etrange non. Je compte et recompte et re-recompte. Je joins le type sympa, connaisseur…. Il ne veut rien entendre et me dit goguenard que je n’avais qu’à recompter. Il n’a pas tort mais vu la scène, j’ai quand même droit à des circonstances atténuantes ou bien. Je ne hausse pas le ton, lui explique que peut-être il s’est trompé. Le gars pas si sympa mais surement connaisseur ne me laisse plus placer un mot… il est honnête et tout et tout. Et comment pouvait-il savoir que je n’allais pas compter….

Sauf que, idiote pour le coût mais pas tant que ça, j’ai refait le scenario. 117000 étrange quand même.

Le gars arrive avec une sacoche, dans la sacoche, à coup sûr 2 grosses liasses, une de 117 000 et l autre de 100 000. Il en sort une, attend et devant ma bêtise de ne pas vouloir recompter s’empresse de ne pas sortir la seconde. Il a vite compris en voyant mon état que c’était tout bon pour lui. Je me suis mise dans la merde toute seule… merci mes chiens mais en même temps, je préfère m’être fait arnaquer de 100000 pesos et que mes deux amours soient entiers.

En tout cas si vous voyez passer la p’tite auto de Mimi avec au volant un type à l’air sympa, mais juste l’air, et son chien, ne vous y fiez pas, il est redoutable mais surtout applaudissez, il est très fort. Et si vous voulez un nom, je vous le donne, suffit de demander.

Tu te souviens, ma soeur…

…moi je me souviens. Par bribes, en vrac, sans aucune logique de temps, de lieu… de toute petite à plus grande. La maison de bois noir, près de l’étang, les toilettes au bout du jardin, le poulailler, la remise je disais la r’mise, la redoutable trappe qui descendait vers la cave noire, humide, terriblement inquiétante… j’me souviens toute mini bb, tu me trainais plus que me promenais dans une poussette ringarde jusqu’au bord de la Moselle où tu retrouvais tes copains… même qu’un jour tu m’y as oubliée… J’me souviens de «la » Muguette, ta copine, un prénom qui me fascinait… on partageait la même chambre toi et moi, TA chambre et sur les murs des photos de Brigitte Bardot et du beau Jacques Charrier, j’étais amoureuse et passais des heures à le regarder en me faisant des films… quand tu as commencé ton premier job, à Corny je crois, tu as eu droit à un Solex, merveille des merveilles, moi j’avais juste mon vieux p’tit velo… du coup tu es devenue grande aux yeux des parents, ils te passaient tout, déjà que du plus loin que je m’en souvienne j’étais l’erreur, la pas voulue, la mal aimée, tu es devenue si tu ne l’étais déjà la prunelle de leurs yeux… la grande qui bossait…. Nous étions quatre dans la famille, comme les quatre filles du docteur March … la grande mariée depuis longtemps, 20 ans de plus que moi, puis ma Nénène, ma chérie, mariée elle aussi, 15 ans de plus que moi puis toi, 10 ans de différence, l’objet de toutes mes jalousies…

Puis tu t’es mariée, du coup, les parents t’ont laissée vivre dans notre baraque de bois que j’aimais tant, mon refuge … j’ai abandonné mon école, mes amis d’enfance et nous sommes partis pour l’endroit qui m’a le plus fait flippé dans ma vie. Villers sous Prény. Une campagne morbide loin de tout, une centaine d’habitants et quelques sales mômes qui se moquaient de tout, de mon prénom, de mes parents trop vieux… Des années moches… je partais, dès que je le pouvais passer des vacances chez mes sœurs, ma Nène, mais aussi chez toi. Tu avais déménagé et vivait à présent plus près de la ville à l’étage, j’aimais bien. Il y avait un petit jardin et une fille qui s’appelait Bérangère… le soir ton mari et toi buviez du Champagne à l’orange (même que j’y ai gouté) et nous nous régalions de sublimes « Nids d’amour », une pâtisserie qui me fait toujours frétiller les papilles, en chantant à tue-tête sur le dernier 33 tours de Michel Polnareff …

Le temps a passé, tes filles sont nées, leurs filles sont nées, nous nous sommes retrouvées voisines de boulot un temps à Metz, trop drôle, un immeuble nous séparait… puis le temps a accompli son œuvre… tu as vécu ta vie à 100%, de balades en voyages, tu excellais et t’épanouissais dans ta jolie boutique de lunettes. Tu virevoltais, rayonnais… je t’ai revue pour la dernière fois en vrai il y a 19 ans lors de mon dernier voyage éclair en France. Je t’ai revue en vidéo en juillet le jour de ton anniversaire… tu n’allais pas très bien mais tu semblais heureuse de me voir… et moi aussi, tellement.

Et puis, tu es partie, dans la souffrance, hier…. Repose en paix ma sœur, tu te souviens….

Les quatre soeurs

Joyeux Noël …

Une fois n’est pas coutume, cette année, j’ai décidé d’adresser tous mes voeux de Joyeux Noël à mes amis les chiens. Les beaux, les moches, les gais, les tristes, les miens, les vôtres. Ceux qui ont plein de poils, les tondus, les frisés, les racés, les snobs, les coquinous, les chiens de coco, les laissés pour compte, les cabossés, les à 3 pattes ou les très distingués, les chouchoutés, ceux que vous aurez bientôt, ceux que vous aimez, ceux que vous avez abandonné……

Vivre avec un chien, deux, neuf….. constitue une expérience exquise. Bien sûr, il y a les maladresses, les maladies, les voyages improbables, impossibles, les nuits gâchées, les matins trop tôt, les centaines de milliards de poils à ramasser, les jolis vêtements déchirés, les canapés souillés et les délicieux souliers croqués…. Mais il y a cet amour incommensurable, cette petite flamme dans les yeux de votre ami à quatre pattes qui ne s’éteint jamais, quoi que vous fassiez, quel que soit votre allure, beau, élégante, laide, malade, il vous aimera toujours avec la même douce force.

Je vous aime mes chiens et à chaque départ, c’est un déchirement. Joyeux Noël Cheyenne, Zoé, Charlie, Tatoo, Leo…. et aussi Eva, Comanche et Paquita, Mina, Domingo, Coca, Capucine et Diego qui m’ont quitté mais qui restent si près de moi, et tous les autres que j’ai pu croiser ou que je ne connais pas, heureux dans leurs gentille famille ou vagabonds de plage, chenapans de la calle… Et joyeux Noël à tous ceux qui partagent du plus profond de leur coeur cette grande passion.

Toute en douceur et en beauté, une bien jolie personne… petit moment glamour…

Allons, pour quelques instants, oublions le ciel tourmenté, la distanciation sociale et ces masques hideux, oublions le covid et toutes les plaies de la terre et offrons-nous un petit moment délicat, délicieux, un brin futile mais tellement glamour…

Elle, c’est Illana, vous la connaissez par cœur depuis le temps que je vous parle d’elle. C’est une pure merveille et c’est ma petite nièce, enfin presque…. Je vous explique. Il y a longtemps, au Moyen Age… en 1974, raide dingue de la Camargue depuis toujours, j’ai épousé un garçon charmant, Aiguemortais de pure souche. Un mariage exquis dans la si jolie église de la place Saint-Louis d’Aigues Mortes, une soirée délicieuse à l’Allégro, le resto très en vogue de Jean-Marc Allègre, mon tout nouveau beau-frère, ex-cascadeur de renom et papa d’un petit bout d’chou d’amour, Maguelone…

Maguelone c’est la maman d’Illana et d’un petit Izac tout craquant et Illana est juste la plus jolie personne que je connaisse.

Sportive, adorable, très discrète, elle a fini par se laisser convaincre de vivre l’aventure peu banale d’une miss. Miss Beaucaire puis Miss Languedoc-Roussillon, tout lui réussi et cette nouvelle identité lui va comme un gant. Rayonnante, elle est de plus en plus belle.

Je lui ai passé un petit coup de fil, histoire d’en savoir un peu plus sur son emploi du temps, elle qui, pour la première fois, comme elle me l’a dit, presque en catimini, presque gênée, ne retourne pas à ses études… Mais, elle n’en reste pas oisive pour autant. Un coach sportif, sollicité par le comité Languedoc-Roussillon, très fier de sa jolie miss, l’entraîne 3 jours par semaine… De son côté, sportive dans l’âme, elle s’octroie de longues balades à vélo au gré des si jolis chemins camarguais ou part pour de longues courses à pieds. Elle n’en néglige pas moins sa culture générale et, plus que jamais, essaie de se tenir au courant de l’info… Ah oui, du coup, elle passe aussi son permis de conduire, maman Maguelone ne pouvant éternellement lui servir de chauffeur de taxi.

Pour cause de Covid, la destination de l’emblématique ‘’voyage de préparation’’ n’est pas encore connu et l’élection, malgré quelques polémiques aura bien lieu au Puy du Fou…

Voilà, instant glamour, instant velours, jolie Illana, on est tous avec toi… de toute façon, tu es vraiment la plus jolie…. A bientôt.

Isaias et Illena…. la bête et la belle…

 

Isaias, la bête…

Isaias a quitté notre île et poursuit son chemin turbulent vers d’autres contrées. Au passage la demoiselle s’est transformée en cyclone et, au vu de ce que nous avons connu ces dernières années, j’ai presque envie de dire QUE de force1… Elle s’est invitée au-dessus de nos têtes jeudi dernier et même si elle a eu la décence de ne faire que passer et de vite s’aventurer plus loin, elle m’a bien pourri la vie…. Beaucoup d’eau, ça c’est plutôt super bien. Mais aussi beaucoup de vent et ça, vu que je ne sais quelle mouche m’avait piquée, mais je n’avais rien anticipé, rien… les cocos étaient lourds comme des ânes morts et se balançaient dangereusement dans le jardin, tous les meubles de terrasses étaient en place avec leurs petits plaids et leurs doux coussins, les vases itou, les tapis aussi …. Bonjour l’angoisse vendredi matin. Tout trempe, cassé, souillé…. On ne m’y reprendra plus. Et pourtant c’était loin d’être mon premier cyclone ou première tempête. En 22 ans de Caraibes, j’en ai connu 7…. Mais là, j’ai perdu la raison et le bon sens. Bref, outre mes erreurs, des dizaines de bananiers par terre, des noix de cocos en veux-tu en voilà…. Les cocos eux ont tenu bon…. Pas comme les bambous dont plusieurs se sont brisés (pour la plus grande joie de mon gentil voisin)… Aujourd’hui tout est à peu près réglé, Alphonso, mon jardinier a trimé comme un beau diable et 7 camions de ‘’basura’’ plus tard le jardin est tout pimpant…. Lundi Eladio vient me tailler les cocos….

Deux méchantes croix jaunes me sapaient le moral sur la carte de Hurricane center mais Olivier Tisserand, monsieur es cyclone, si utile en ces temps troublés nous affirme qu’ils ne nous concernent pas…. Ouf ! On va pouvoir souffler un peu.

Et pourquoi pas rendre quelqu’une heureuse….

Illana, la belle…

C’est une jolie, jolie fille de 19 ans et une adorable personne. C’est aussi ma petite nièce. Et figurez-vous que malgré son humilité, poussée par tout son entourage, elle s’est lancée dans une délicieuse aventure, concourir au titre de Miss France, et oui… Elle a franchi avec brio la première étape et obtenue le titre de Miss Beaucaire, la belle demoiselle est camarguaise…. Aujourd’hui, elle tente a porte d’entrée au prestigieux concours en postulant pour le titre de Miss Languedoc. Pour cela, il lui faut obtenir plein, plein de SMS. C’est étrange mais c’est comme ça. Seules les 7 candidates ayant obtenu le plus grand nombre de SMS pourront passer devant le jury de Miss Languedoc. Alors, je compte sur vous, surtout mes fidèles lecteurs de France pour voter pour elle. Vous trouverez les instructions sur l’image suivante….. et, si elle remporte le titre prestigieux de Miss France, elle en a tous les atouts, vous pourrez dire avec fierté….’’je la connais, c’est la petite nièce de Doris qui nous raconte de si jolies histoires de Las Terrenas’’. Merci les amis.

 

Diego, tant d’amour…

 

Amoureux fou de Coca, il repose à côte d’elle dans son jardin

Il a été mon 4 patounes numéro 9. Un gros coup de foudre, celui que j’attendais depuis toujours, mon amoureux, mon petit homme… Fils du beau Thalis et d’Appache, petit frère de ma jolie Cheyenne, il a su intégrer sans heurts et tout en douceur ma meute de 7 chiens dont le fier Domingo. Il a tenu sa place toujours à mes côtés, avide de bisous et de caresses. Un chien merveilleux, beau, fidèle, doux mais…. Attention, pas toucher maman ! Je l’ai aimé de tout mon cœur même quand il ne comprenait pas bien ce qu’on lui demandait lors de ses cours de dressage et qu’au lieu de se jeter sur Claude pour me défendre, très fier de lui, il faisait trois tours de terrain et venait se repositionner tout content de la performance à côté de moi. Je l’ai aimé moins, le seul jour, où, on ne saura jamais pourquoi, il a saisi petit Tatoo par le coup et a essayé pendant de longues minutes de lui arracher la tête. Mais quelle mouche t‘avait piqué mon doudou…. Tatoo s’en ai sorti indemne juste un peu plus arrogant….

Gros bisous à Ti Tatoo

Je l’ai tant aimé et je l’aime toujours.

Tu me manques mon amoureux.