Coup d’gueule‘’Douce’’ inquiétude, véritable réflexion…

Depuis quelques mois, le village ressemble à une vilaine ruche en effervescence, un terrifiant chantier a ciel ouvert…

Certes en 20 ans, j’ai vu le village changer petit à petit, pléthores de maisons individuelles airbnb ont envahi les zones autrefois calmes et isolées. Toutes les zones. Venant se nicher, étroitement serrées les unes aux autres, histoire de rentabiliser… Mais cependant, aucune, vraiment ne faisaient tache dans le paysage, tout au plus impactant la vie des résidents habitués à leur douce tranquillité…

Mais là, pour le coup depuis quelques mois, c’est une véritable révolution. Les zones comme Ballenas ou Popy étant déjà surchargées de construction, c’est au centre du village que l’on s’attaque. Le moindre commerce qui ferme, la plus pauvre casita qui s’effondre et hop, vite on récupère l’endroit pour y bâtir un gros immeuble en béton bien moche. Il y en a partout. Supermarchés géants, mini centre commerciaux, immeubles de bureaux ou d’habitations. Idem à Bonita où seule la frange en front de mer est épargnée … pour le moment… Idem à Coson qui peu à peu perd de sa magnificence, encombrée par d’hideux blocs sans aucune classe. La question est de savoir qui va remplir toutes ces cages, qui va louer tous ces commerces, occuper tous ces bureaux… Les protagonistes, entrepreneurs, bâtisseurs ont, je l’espère pour eux, sondé le marché avant de nous envahir de toute cette laideur. Pas sûr.

Problème collatéral et pas des moindres, les rues du village, au demeurant étroites et largement encombrées de véhicules de toutes sortes deviennent le magnifique terrain de jeu d’innombrables énormes camions dégueulant de sable, de caliché, bourrés à bloc de blocks, de ferraille, de ciment, d’ouvriers, de brouettes et de materiels de toutes sortes… tellement énormes qu’ils ont bien du mal à circuler dans ces ruelles étroites et manoeuvrent à qui mieux mieux, d’avant en arrière pour tenter de prendre leurs virages generant d’insupportables embouteillages… il me semble que deux personnes au moins en ont perdu la vie…

Puis, il y a les projets. De véritables cataclysmes qui viendront définitivement défigurer les jolies plages de Bonita ou Portillo. Des idées sorties de cerveaux mégalos, pas le moins du monde adaptés à ce qui fut notre petit village.

DCIM\100GOPRO\GOPR2897.JPG

Depuis quelques jours une ‘’guerre’’ s’est déclarée à Portillo entre le club de kite, sérieux, réputé, attirant de nombreux sportifs amoureux d’un spot ravissant et les autorités interdisant aux moniteurs d’accéder à leur lieu de travail… beaucoup de touristes refoulés, eux aussi, dépités de ne pas pouvoir s’adonner à leur plaisir s’en sont allés vers d’autres lieux.

Ne sont-ils pas en train de tuer la poule aux œufs d’or ? Depuis quelques temps, Las Terrenas devenait l’endroit tendance, chic et bohême qui séduisait le plus grand nombre pour son petit côté discret, cocon douillet à l’abri des foules, des immeubles bétonnés et de la vulgarité des grands ensembles sans aucune âme… Jusqu’où va aller l’attrait de l’argent… J’ai peur pour ce petit village qui se développe trop vite, de facon anarchique sans aucun respect pour l’esthétisme, sans une once d’harmonie et sans souci des infrastructures. Dommage.

Villas Mareva, une résidence de charme, pleine de poésie et idéalement située.

C’est pile poil dans l’air du temps. A Las Terrenas, un peu partout, naissent des petites résidences de 5, 6, 10 maisons coquettes avec leur petit jardin propret et leur belle piscine. L’une d’entre elle est particulièrement séduisante.  Une situation idéale, rive gauche, au calme et ultra sécurisée, derrière le Don César, à deux minutes à pieds de la belle plage de Las Ballenas et du Village des Pêcheurs. Des prestations de qualité qui font la part belle aux matériaux nobles et à une technique de construction irréprochable. Des charges de copropriété mini-mini et des promoteurs charmants, Lionel et Nolwenn Masson,  hyper compétents et disponibles. Cerise sur le gâteau, ils vivent sur place et se consacrent (presque) 24h/24 à leur projet. Il faut dire qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai, Mareva est leur 5ème réalisation, mais certainement celle qui leur tient le plus à cœur puisqu’ils l’ont conçue tous les deux, un peu comme leur BB, leur 4ème enfant en quelque sorte. C’est un joli petit couple comme on dit, deux bretons. Et s’ils ont déposé leurs valises à Las Terrenas en 2004 avec 2 petits bouts de chou à l’époque, c’est vraiment par hasard. Un bon job en France, lui ingénieur dans une grosse boîte, elle cadre bancaire, une belle maison, des potes, une famille proche. Aucune raison de s’expatrier. Sauf que…Les deux tourtereaux avaient programmé une semaine de vacances à LT pour améliorer leur technique de Kite Surf. Manque de pot ou bien grande chance, il pleut pendant toutes les vacances. Du coup le kite tombe à l’eau (c’est le cas de le dire), ils rencontrent des gens, discutent, écoutent, réfléchissent et banco, achètent un petit terrain histoire de ne pas changer d’avis, remontent dare-dare en France vendent tout ce qu’ils ont, quittent leurs jobs et reviennent à LT avec valises et gamins. Le projet initial de chambres d’hôtes se transforme vite en rénovation d’une, puis deux maisons puis, de fil en aiguille,  en promotion de petites résidences comme Claro de Luna, puis Passiflora avec un associé, Thalaya et Escalonia tout près de Mareva.

Zoom avant sur les villas Mareva

On y accède en empruntant l’avenida Italia, le long du Don César, mais on peut aussi passer par la rue suivante en venant du village (elle ne porte pas de nom) si l’on veut se rendre à la plage à pieds par exemple. 10 villas y seront implantées, 5 sont déjà vendues, terminées ou en court de finition.

De jolies bâtisses de style caribéen au toit de béton recouvert de cana, isolant naturel, d’une superficie d’environ 210 m2 sur deux niveaux dans  un mignon jardin paysagé entièrement clos, agrémenté d’une belle piscine entourée d’une terrasse. Lionel, méticuleux et extrêmement pointilleux surveille lui-même le gros-œuvre. Il a choisi des matériaux d’exception, beaux et résistants comme la douce marmoline ou la très belle pierre coraline au sol. Beaucoup de cachet pour le vaste living  dont l’un des murs est recouvert de pierres de caliche. Du bois noble comme le roble très proche du teck ou l’andiroba, belle alternative au précieux acajou pour les huisseries intérieures et les portes.  Du bois de mangrove, brut, tortueux et sculptural pour les piliers du passillo. Nolwenn s’occupe de la partie administrative. La jolie dame qui maîtrise le français, l’espagnol et l’anglais n’hésite pas à accompagner les acquéreurs dans leurs démarches fastueuses d’ouverture de compteur électrique, de compte en banque, etc…. Indéniablement douée pour la déco, elle propose aux nouveaux venus un kit déco personnalisé, pensé et choisi en fonction des goûts de chacun pour qu’à leur entrée dans les lieux ils n’aient plus qu’à poser leur valise.

Bien sûr, même si un plan de base, élaboré par le couple  et validé par un architecte est proposé, rien n’est imposé et tout reste possible, avec ou sans supplément, passer de 4 à 3 ou 2 chambres, changer de revêtement, de style de cuisine, opter pour une piscine ronde ou longue, pour le jardin préférer des plantes plus touffues, plus colorées…. Il suffit de demander.

Visiter la maison de Lionel et Nolwenn a été une vraie belle surprise, pour plus de détail concernant le prix, le délai, les conditions de paiement, les disponibilités, etc…. pour visiter, n’hésitez pas à les contacter, ils se feront un plaisir de tout vous expliquer.

Lionel 809 467 0058 mail infos@villas-las-terrenas.com

Nolwenn 829 898 9950 mail massonnolwenn@hotmail.com

Website http://www.villas-las-terrenas.com/