Alfredo, passion cuisine

publi-reportage

Il nous vient tout droit du Vénézuela. Tout droit, enfin pas vraiment car si c’est bien à Caracas, sa ville natale, qu’Alfredo a fait ses premiers pas en cuisine, c’est en bourlinguant à travers le monde que ce chef atypique a sublimé une cuisine subtile, riche de mille saveurs. Et, si l’art culinaire constituait à lui seul une excellente raison de voyager ? De son périple gustatif à travers l’Europe, l’Asie, l’Amérique, Alfredo le baroudeur a ramené dans son grand sac à idées un concept innovant : la cuisine itinérante.

Depuis plus de 3 ans, l’insatiable globe-trotter a posé valise et mallette à couteaux à Las Terrenas. Chef à domicile réputé, il croule sous les réservations. Anniversaires, événements, fêtes ou simplement envie irrépressible de bien manger, les occasions sont bonnes pour faire appel à son talent et à sa générosité. Car, en plus d’être excellent dans son art, Alfredo est une délicieuse personne, tellement en osmose avec sa passion qu’il n’a de cesse de la partager avec le plus grand nombre. Au cours de notre papotage à bâtons rompus, histoire de mieux le connaître, je lui ai demandé s’il était marié. Sans aucune hésitation il m’a répondu, presque sans sourire : « oui avec la cuisine ».

Mais, ce passionné, habitué au faste et à la rigueur des restaurants étoilés du Vénézuela ou d’Espagne où il a officié avec brio mourrait d’envie, malgré son emploi du temps surchargé d’ouvrir un restaurant. Discussion avec des amis du métier partageant sa philosophie, Jorge, Anneli, Ray. L’idée est lancée, l’endroit est choisi, le resto est ouvert. C’est face à la mer, autre passion commune, qu’Alfredo et ses amis viennent d’ouvrir un ravissant petit restaurant sur l’exquise plage des Pêcheurs. Son nom à lui seul est tout un poème « el quinto coño »…. Une dénomination qui peut surprendre, voire choquer mais qui signifie tout simplement « endroit isolé, caché, presque inconnu ». Belle entrée en matière pour des cuisiniers atypiques qui veulent sortir des sentiers battus en proposant des plats préparés avec amour à partir de produits de qualité extrême, cuisinés avec justesse et un maximum de saveurs. Les chefs se partagent les fourneaux avec beaucoup de complicité et de bonne humeur. La carte fait la part belle aux produits de la mer, poissons, crevettes, langoustes….. et les assiettes somptueuses, élaborées avec raffinement et délicatesse sont de véritables tableaux à dévorer.  Et puis, au gré de l’envie des chefs et de la vôtre, une soirée à thème est imaginée. Elle démarre très tôt et se termine très tard, comme ce vendredi, où le Japon était à l’honneur dans vos assiettes au son jazzy de la Nouvelle Orléans.

El quinto coño, la nouvelle adresse incontournable qui se chuchote d’oreille en oreille parmi les fins gourmets.

Publicités

La saison douce…. mission cadeaux.

A quelques jours de Noël, l’idée s’impose, partir à la chasse au cadeau idéal et dégoter sans trop se bousculer les méninges celui qui n’est pas ringard, l’intemporel, original, design, unisexe ou délicieusement sexy. Doux aux papilles ou doux au toucher, celui qui illumine le regard, ludique, esthétique, câlin ou utile. De la bouilloire à l’assiette, de la lampe à la chaise, du stylo au couteau, de l’objet de déco rare à la babiole sympathique, du bijou de créateur au bijou de pacotille….. ne cherchez pas plus loin, vous trouverez tout pour faire plaisir ou vous faire plaisir dans les nombreuses boutiques de Las Terrenas.

Dépêchez-vous quand même, vous n’avez pas toute la vie, Noël c’est dans quelques jours et pour que les étoiles brillent dans les yeux de ceux que vous aimez, allez, on se remue le popotin.

Côté gourmandises, Lindo mène la danse avec ses chocolats gourmands, ses spécialités-saison, genre foie gras, huîtres ou autres savoureuses merveilles, ses grands crus classés, ses champagnes et, bien sût les petits délices de Nadine qui vous font de l’œil dans leur corner habillé aux couleurs du Père-Noël.

Allez, on se débarrasse du cadeau « utile », pas toujours apprécié à sa juste valeur et l’on file chez Bertrand. Dans son beau magasin EMB, vous n’aurez que l’embarras du choix entre les fers à repasser (oups), les robots culinaires, mixers et autres blenders…. Mais aussi les sèche-cheveux, les télés, le matériel hi-fi ou bien les casseroles, les BBQ…. Pas franchement glamour mais indéniablement indispensable.

Les petits budgets férus d’authenticité trouveront à coups sûrs leurs bonheurs dans les échoppes jolies éparpillées dans le village et foisonnant de paniers, corbeilles, jouets de bois, suspensions tintinnabulantes ou majestueux rideaux de coquillages. Osez pousser la porte des boutiques locales jalonnant la calle principale. Elles regorgent d’un tas de petits présents ravissants, parfois artisanat haïtien très intéressant à prix tout doux.

Les amoureux d’art ne sont pas oubliés. Du très beau chez Haïtian Galerie, Galerie Née, Galerie Charlie Simon….. sans oublier Rosita ou encore si le cœur vous en dit les toiles souvent charmantes des nombreux artistes haïtiens exposant le long des rues.

Chic et choc, les bijoux de Murano se déclinent dans tous les coloris et toutes les formes au Paseo. Et, chez Terrenas en Plata (ma boutique chouchou) ce sont les créateurs de bijoux du monde entier, dénichés par Babette et Jean-Paul, esthètes en la matière qui se sont donnés rendez-vous pour notre plus grand bonheur. Du tout petit prix à la pièce d’exception, il y a de quoi faire plaisir aux plus exigeants. Moi, j’adore, tout comme leur nouvelle boutique Concept Store par Terrenas en Plata qui a élu domicile sous le second bateau de Puerto Plaza. De splendides bijoux inédits, des objets de déco, des bougies d’un autre monde, des tableaux, de la délicieuse maroquinerie griffée…. Tout un monde magique où le beau règne en maître.

En fait, il y a tellement d’endroits sympas et d’idées subtiles que je vais sûrement en oublier. Comme on dit dans ces cas là pour ne froisser personne la liste n’est pas exhaustive. Je craque complètement  pour les sublimes sacs de Dreambag, pièces uniques, confectionnés avec amour et brio par la jolie Alexandra à partir de matériaux de récupération. De pures merveilles personnalisées. Ravissants aussi les paniers proposés par Sun Valley et Shanel au Paseo. Jolis les lampes, lampadaires appliques réalisés avec passion par Cinco y mas. Puis, il y a Laksmi shop. Je suis afficionado, alors en ce qui me concerne je ne m’approche pas trop, hyper dangereux pour le porte-monnaie. J’aime tout, mais absolument tout dans ce délicieux fouillis, les meubles, les bibelots, les objets de déco en métal, en bois, les tapis, les tissus, les bouddhas, les sculptures…..j’y passerais des heures, au Paseo ou au magasin principal calle Duarte, en face des « cubains ». Chez Jordy, calle Principale, c’est le plaisir des yeux. Des fleurs, des arbustes, des compositions, des sapins, vrais ou faux, une foultitude de petits cadeaux mignons. C’est un ravissement de tous les instants. Quant aux magasins de prêt à porter, ils sont légion aujourd’hui à LT. Tous rivalisent d’originalité en gardant leur style propre, histoire de satisfaire une clientèle exigeante. Il y en a trop, donc, je n’en citerai aucun. Heu coucou quand même Clo, Cathy et Caro….. Chuttt.

Quand je pense qu’il y a quelque 16 ans, lorsque je débarquai dans ce petit village, il n’y avait rien ou vraiment pas grand-chose. Haïtian Galerie était déjà en place, Laksmi shop peut-être, c’est tout. Pour le reste, direction la capitale. Une expédition. Il nous fallait pas moins de 5 ou 6 heures pour nous y rendre. Taxi dès potron-minet, oreiller pour terminer sa nuit et le chemin, long, long à travers plein de petits villages mignons ou pas. Mais ça c’est une autre histoire bien loin de la …. Mission cadeaux. Joyeuses fêtes.

La saison douce….

….toute douce. D’abord, la chaleur suffocante de l’été a fait place à une douceur qui  nous enveloppe comme un flocon de bonheur. Les températures extrêmes des mois d’août ou septembre se sont dissipées, aujourd’hui, le mercure oscille entre 24 et 28 degrès. Les soirées sont fraîches et l’on peut enfin se couvrir un tout petit plus sans transpirer à grosses gouttes. Les couettes voluptueuses sont de retour sur nos lits et un petit châle bien moelleux n’est pas de trop sur nos épaules ou nos petons lorsque, lovés dans nos coussins, on regarde la télé avec tous nos toutous ravis. Mais, le ciel est bleu. Depuis plusieurs semaines, l’ami soleil est de retour, la pluie pernicieuse lui a laissé sa place. Il veille sur nous et attend avec beaucoup d’impatience nos oiseaux migrateurs, nos snow birds, pressés de revenir réchauffer leurs délicates ailes à sa douce chaleur.

Et oui, la saison douce est aussi celle, transitoire, où nos amis des pays plus gris se rassemblent dans notre paradis jolis. Pâlichons à leur arrivée, ils ont tôt fait de retrouver leurs belles couleurs et leur sourire au cours de longues promenades, pieds nus dans l’eau chaude de l’océan. A leur arrivée, impatients, ils notent les changements… tiens ce resto, il est nouveau…. Et cette boutique, waouh, c’est beau….. Ah là ils ont changé de propriétaire et, cette maison, mais ils l’ont transformée……. Puis, peu à peu, ils réintègrent leur seconde vie, pour quelques mois de délicieuse insouciance. A l’approche de l’été, ils repartiront vers leurs contrées lointaines, le corps bronzés et la tête pleine de belles images.

La saison douce c’est aussi une légère mais sensible transformation dans le comportement de tous ceux qui nous aident dans notre vie quotidienne. Depuis quelques jours, et comme chaque année à la même époque, je croule sous les attentions câlines de mon fidèle jardinier. Jolies plantes pour couvrir le nouveau mur de parpaings si vilain, potiron gourmand pour une soupe tout aussi savoureuse. Il arrive plus tôt, il repart plus tard….. C’est que la saison douce, c’est aussi pour eux celle du « regalo de navidad », leur treizième mois en quelque sorte. C’est une habitude, presque un dû que je lui concède avec bonheur, sachant que ces quelques billets en plus apporteront de la joie dans les yeux de ses proches. En aparté, quand je vois à la télé tous ces français en France qui se plaignent de leur sort, qui s’imaginent dans la détresse et se crêpent le chignon…  une immersion dans le monde de ce peuple dominicain leur ferait le plus grand  bien. Même si la misère est moins triste au soleil….. elle existe bel et bien dans notre village…. Mais, revenons à nos moutons ou plutôt à la saison douce….

Car, la saison douce, c’est aussi pour nous, résidents à temps plein…. la fin de la saison cyclonique qui s’étend du 1er juin au 30 novembre. Et, même si cette année, nous avons été totalement préservés, privilégiés, comme d’ailleurs nos voisins des Caraibes, nous n’oublions jamais que ça peut arriver et que sur l’impulsion d’une colère du ciel, notre vie peut en un clin d’œil se transformer en enfer. Alors quand le 1er décembre s’annonce, quel soulagement, c’est comme si on respirait mieux.

Et puis, il y a les vrais symboles de l’arrivée de Noël, des signes qui ne trompent pas. De ci de là, des bonhommes de neige incongrus, des pères Noël rigolos, d’étranges personnages colorés, des sapins malins en matériel de recyclage ou encore le véritable traineau du Père Noël, tiré par ses rennes, même pas fatigués d’avoir traversé l’océan…. Tout ce petit monde en papier mâché ponctue notre paysage lui conférant cette petite note ludique, l’esprit de Noël. Les Fêtes approchent avec leur parenthèse enchantée. Les touristes rayonnent, les conchos bossent tous azimuts, les commerçants cessent de se lamenter, passent en mode effervescence et s’activent pour préparer leur belle saison et les grincheux se terrent dans leurs cavernes, épuisés par tant de souries et de vrais bonheurs.

Et puis, la saison douce c’est enfin le début de la course aux cadeaux. Aujourd’hui, à Las Terrenas, le choix est vaste. Et si l’on prenait rendez-vous pour en papoter dans un prochain article. Le sujet mérite toute notre attention.

En attendant, profitons de cette belle saison douce.

Un dimanche à La Plage….

Léo à La Plage.

D’abord, l’endroit est absolument sublime!

A la pointe de la plage des pêcheurs, les jolies tables de La Plage un brin bohèmes se partagent la vedette avec les barques colorées. Un ravissant bar convivial est pris d’assaut, histoire de ne pas perdre de vue l’habitude locale de prendre l’apéro, en attendant de goûter à l’exquise et déjà célèbre cuisine du jeune chef Guillaume. Il faut dire que malgré son jeune âge et son allure décontractée, Guillaume a de quoi être fier de son parcours sans fausse note au cours duquel, il a, avec brio, tutoyé les plus grand, à l’instar d’Alain Ducasse, son maître et son modèle. Bien décidé à profiter de la vie, de sa compagne Sarah et de son adorable petit garçon, il a pris la décision de relâcher un peu la pression suscitée par l’exigence de la cuisine de haut niveau et de prendre quelques années « presque » sabbatiques, entouré de sa petite famille. Il a posé ses valises à Las Terrenas et, pour notre plus grand bonheur, au hasard d’une rencontre avec Dominique, adorable résident de longue date au parcours atypique, l’idée est venue, comme une évidence de créer un petit resto sympa, les pieds dans l’eau mais avec une cuisine raffinée, inspirée des produits du terroir et de la mer, mais sortant des sentiers battus.

Allergiques, au beau, au bleu, au doux, au bon….. s’abstenir….

La Plage est née, sur la délicieuse Plage des Pêcheurs!

Guillaume est aux fourneaux et la jolie Sarah en compagnie de Dominique, s’occupe d’une clientèle totalement sous le charme. Quelques plats d’exception s’affichent sur un grand tableau noir tandis qu’un plat du jour, exotique et gourmand nous est proposé sur une ardoise d’écolier. Au menu Carpaccio de crevettes et mangue sur lit de roquette sauce vierge, Tartare de dorade à la verveine huile d’olive basilic chantilly Wasabi ou encore Aubergine grillée menthe et mozzarella. Le filet de dorade snacké au sésame sur risotto de légumes et son fumet de poisson est une tuerie, tout comme le filet de bœuf grillé hyper tendre et son jus juste divin et ses craquantes petites pommes rissolées. Les amateurs raffoleront du véritable burger au barbecue avec son excellent pain maison. Les desserts ne sont pas en reste et, les prix sont tout doux.

La plage est ouverte chaque jour pour le déjeuner sauf le mardi et, vendredi, samedi et dimanche toute la journée.

Allergiques au beau, au doux, au bleu, au bon….. s’abstenir….