Baby sitter animals.  Jolie comme un cœur, Jessica une pet-sitter compétente et motivée.

Deux ans déjà que cette jolie française a posé ses valises à Las Terrenas avec sa petite famille, papa, maman, soeurette  les BB à quatre pattes de chacun ….et son amoureux. Du plus loin qu’elle se souvienne, les animaux ont fait partie de sa vie et chiens et chats n’ont plus de secrets pour elle. Depuis son arrivée, les chiens de la rue et de la plage ont profondément ému Jessica. Mais pas que. Elle s’est également vite rendue compte qu’avec leur nombreuse famille à 4 pattes, 3 chats et 2 chiens, difficile de partir en vacances tous ensemble. Et les autres, comment font-ils ? En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, l’idée a germé dans sa tête bien faite et le projet a pris corps. Une petite camionnette aménagée, 3 cages de transports, quelques laisses, des couvertures, l’aide de maman, soeurette et de son amoureux… c’est parti. Depuis longtemps déjà, la petite famille arpente les rues et les plages pour offrir de la nourriture et de l’eau aux plus affamés. Les pauvres petits bouts les reconnaissent de loin et s’animent à leur approche. Il faut dire qu’à défaut d’avoir, à proprement parlé, suivi des cours de comportementaliste animal, Jessica possède un instinct très fort, une empathie innée et un vrai don avec les animaux  même les plus rebelles qui, sans se faire trop prier craquent sous son charme. Tout comme, entre parenthèses, elle craque de son côté pour les adorables chiens de coco avides de câlins.

Jessica offre des services personnalisés, variés et très complets. Bousculés, pas le temps de conduire votre chien ou votre chat chez le véto pour un rappel de vaccins ou autre chose. Pas de panique, elle saute dans sa petite auto, une caresse au toutou, sa laisse autour du cou et direction la clinique vétérinaire de votre choix. Pas le temps non plus pour sa promenade quotidienne, qu’à cela ne tienne. Se balader avec un pote à 4 pattes, elle adore. De longues promenades malines sur la plage ou dans la campagne. Rien de mieux pour équilibrer l’animal le plus impétueux.

Vous envisagez de partir en vacances pour un temps plus ou moins long, la pet-sitter sera votre alliée indispensable. Si un chat supporte de rester seul dans son environnement quotidien, le chien le vit très mal, il en souffre psychologiquement et même physiquement. Tout maître aimant le sait et jusqu’à présent, il n’était pas simple de pallier au manque de structure spécialisée pour s’occuper et dorloter vos animaux pendant votre absence. Bien sûr, le jardinier ou la femme de ménage pouvait faire l’affaire, mais avouons que bien souvent c’était quand même limite. Aujourd’hui, c’est avec l’esprit tranquille que les maîtres globe-trotters peuvent savourer leurs escapades. Jessica et ses « collaborateurs » vous rencontrent avant votre départ, font connaissance de leurs futurs protégés, notent leurs exigences, leurs manies, leurs faiblesses….Et pendant votre absence, fiables, motivés, disponibles, dignes de votre confiance ils prendront le relais. Au menu, douces  séances de câlins, sorties pipi rapides si le temps est trop maussade ou longues balades complices à batifoler au grand air, des repas au calme composés de leurs gourmandises préférés, de grands moments de tendresse. Et puis, ils feront des vidéos, des photos de moments tendres qui vous feront mourir de jalousie mais vous réconforteront, ça j’en suis sûre. Pour les chats, souvent un long moment dans la journée suffit, histoire que Mistigri ne se sente pas complètement abandonné et pour les toutous, c’est 2, 3 6 fois selon ses besoins et les désirs de ses humains. Et c’est ça qui est bien, Jessica est flexible et ne rechigne jamais à passer beaucoup de temps avec ses petits protégés. En cas de doute, Jessy n’hésitera pas non plus à demander conseil à un véto, de l’y conduire en cas de besoin. Une belle complicité s’installe entre ces nouveaux humains amis et les petits compagnons à 4 pattes qui, du coup, oublient un peu l’absence de leurs maîtres et s’épanouissent, confiants et sereins dans un bien-être ouatiné.

Baby sitter animals a créé une page Facebook rien que pour vous, n’hésitez pas à vous y balader. Vous y découvrirez les tarifs des différentes prestations à votre service et pourrez y poser toutes les questions qui vous turlupinent. Jessy sera ravie de vous aider et de répondre à vos attentes. Merci pour cette belle, belle initiative.

Publicités

Un orage tropical….

Pour tous ceux qui vivent loin de nous, ça impressionne. D’ailleurs, avouons-le, c’est impressionnant. Une pluie drue qui s’affirme haut et fort, loin de la petite bruine pernicieuse qui peut perturber les journées d’automne. Et puis, l’orage, furibond, des éclairs et des coups de tonnerre de folie qui peuvent exploser un cocotier. Si c’est tout près de chez vous, ça fiche les chocottes . Et bien, ce matin, en cette avant-veille du 1er juin, date officielle de la période cyclonique sous nos tropiques, nous avons eu droit à l’un des tous premiers orage tropical de la saison. Je ne vous parle pas de l’état psychologique des mes chiens, terrorisés. A tel point que j’ai du interrompre toute activité domestique pour m’asseoir sur la banquette et les prendre tous, ou presque sur mes genoux. C’est bien une maman.

Mais le but de ce petit post n’est pas de vous attendrir devant l’amour d’une maman-humain pour ses chiens. Non, ce qui m’énerve c’est juste qu’il a plu fort, c’est vrai, mais pas très longtemps et pas plus fort que d’autres fois. Et pourtant, cette heure de pluie à suffit à semer la pagaille, de nouveau, dans le village. J’ignore au moment où je partage ces réflexions avec vous si il y a eu de graves dommages. J’espère que pour tout le monde, et surtout les plus démunis, ça va aller. Mais, quoi qu’il en soit, les images que j’ai vues (malheureusement) dénote d’un problème ardu qui n’est en aucun cas dû à l’intensité des intempéries mais bien au réseau d’évacuation des eaux et à l’éternel problème du rio séparant les deux rives de Las Terrenas. Certes, le rio est de nouveau largement sorti de son lit pour s’étaler sur la calle Carmen entre le bateau et le pont d’Abundio et plus généralement le long de chacun de ses bords. Mais, à Hoyo Cacao, là où je possède toujours mon terrain, la rue bordant Luz y Fuerza ressemblait à un torrent en furie. Jamais vu ça, de mémoire de terrenarien. Là, pas de débordement de rio, il n’y en a pas. Juste un problème d’écoulement. Et, dans le village, je ne vous parle pas de l’odeur, si vous voyez ce que je veux dire.

Il y a une semaine exactement, le maire du village mobilisait la police pour dégager les trottoirs des quelques malheureux, mais tellement charmants occupants qui empiétaient sur le domaine public. Il ferait mieux de mobiliser ses troupes pour régler une fois pour toute le vaste problème des évacuations qui, lui, est une vraie plaie pour le village. Mais, c’est sûr, il s’agit là d’une opération plus difficile, plus salissante et moins photogénique. Et qui demande un minimum d’intelligence.

Ca c’est pour mon coup d’gueule. Je voudrais rassurer tous mes fidèles lecteurs qui ont envie de venir nous rendre visite. Un orage, une ondée tropicale sont des choses normales en cette saison. Au moment où je vous « parle », il fait un soleil radieux, les plantes de mon jardin sourient de toutes leurs feuilles et les petits oiseaux, ravis, s’égosillent dans un concert improvisé, accompagnés de leurs copines grenouilles. Un délicieux tintamarre qui me met le coeur en joie. Mis à part aux abords du rio turbulent, les plages sont belles et la mer est à 30*.  Ne vous fiez pas aux vilaines images qui défilent sur FB. Elles sont prises dans l’instant et ne reflètent pas une vérité qui dure. Ce matin, il a plu, hier et avant hier et le jour d’avant, il faisait un temps exceptionnel et cet après-midi, je vais vous laisser pour faire un petit plongeon dans ma piscine. A bientôt.

La magie des rue……..c’était avant!!!!

Vous vous souvenez de ces jolies balades que vous avez plébiscitées donc aimées au coeur du village, des guaguas de fruits, de fleurs, de chaussures, de fringues, de poissons…. des couleurs, des odeurs de la musique. Un délicieux fouilli de bicoques faites de bric et de broc, un joyeux bordel de bois de récup, de tôles de zinc peinturlurées…. Des enfants qui jouent, des vieux qui têtent leur bière assis sur des chaises en plastique, sur le trottoir, presque sur la route, qui jouent aux dominos avec de grands éclats de rire.

Et bien, depuis aujourd’hui, ce petit monde fantasque, burlesque haut en couleurs et si attachant, celui qui fait tout le charme de Las Terrenas, risque de disparaître. Et oui, le maire dont décidément je ne parviens pas à retenir le nom mais dont je visualise bien la tête, ce maire élu par les habitants qui, entre parenthèses s’en mordent les doigts, a décidé de mettre de l’ordre dans « son » village et de faire disparaître tous ces petits commerces fixes ou ambulants qui empiètent sur les trottoirs et gênent le libre passage des touristes, voire même, n’ayons pas peur des mots, les font fuir même….. Aidé par la police nationale, et la police municipale, par l’Amet et même l’armée, il est sorti de son palais municipal pour faire régner la loi… Non mais!

Non mais …. attend, monsieur le maire, tu n’as rien compris à l’âme de Las Terrenas, d’ailleurs j’ai entendu dire que tu n’es même pas terrenarien. Si tu enlèves tout ce qui fait son charme, il restera quoi…. Et puis quand tu auras fini de nettoyer les trottoirs, tu viendras bien mettre de l’ordre sur les plages, non? Figure-toi qu’il y a des gens qui vendent du poisson, d’autres qui se sont installés sur le sable pour ouvrir leur commerce…. et LES TOURISTES ADORENT!!!!!! Et nous aussi qui vivons à Las Terrenas depuis des dizaines d’années. Il y a plein de choses à faire dans le village si tu veux t’occuper et te rendre populaire, les routes fraîchement refaites à la hâte pour la semaine sainte sont à nouveau défoncées et dangereuses par endroit, le réseau d’égout est lamentable, des secteurs entiers résidentiels n’ont toujours pas d’éclairage public et demeurent un peu craignos la nuit…. et j’en passe et des meilleurs. Non, tu préfères énerver de pauvres gens qui triment comme ils peuvent pour nourrir leurs gosses et qui en sont réduits à brûler des pneus dans la rue pour se faire entendre. C’est bien triste tout ça monsieur le maire et je ne voudrais pas être à votre place.

Et pour répondre à un commentaire, non,je n’ai rien contre ce monsieur que je ne connais absolument pas. Si j’aime à vous faire partager mes émotions, je ne participe en aucun cas à la politique de la commune. Je trouve juste triste de se tromper de cible et d’avoir la volonté de détruire ce qui devrait être préservé.

Quand on touche à la Playa Rincon ! la rumeur enfle.

C’est l’une des plus belles plages du pays, voire du monde, un bijou.  Alors, c’est sûr, quand on y touche ça fait mal. Et voilà que dimanche dernier, la beauté naturelle de cet endroit presque unique en a pris un sale coup. Le soir…. La nuit…. Pourquoi justement à cette heure tardive ?  En catimini, plus de 150 cocos ont été abattus (plus de 200 m de côte), même pas proprement, même pas gentiment ou au moins avec respect, laissant place à un paysage désolé, des troncs à moitié coupés, saccagés, quelques pencas éparpillées, des bouquets de cocos orphelins. Mais que s’est-il donc passé, qui a permis ou exigé un tel massacre.

La rumeur va bon train. Valerio de Infos Diario qui n’a pas l’habitude d’écrire n’importe quoi soutient dans son édition du 7 avril que le Directeur Régional du Milieu Ambiant n’était pas du tout au courant de cette action de déforestation et que seul le Maire de Las Galeras a à répondre de cet acte que Ministère du Milieu Ambiant condamne. Pire, cette hérésie n’aurait été commise que pour satisfaire les désirs d’une poignée d’individus que nous connaissons bien, à Las Terrenas « Les Survivors » dont je vous ai longuement parlés l’an dernier alors qu’impunément, ils piétinaient une plage de ponte der tortues protégées. Tout ça pour les besoins d’une télé-réalité « bidon » !!!

 

« Director provincial de Medio Ambiente asegura corte de matas en playa Rincón fue autorizada exclusivamente por el síndico

CATEGORÍA: LOCALES PUBLICADO EL VIERNES, 07 ABRIL 2017 ESCRITO POR VALERIO DEL PEZZO – INFOS DIARIO

Tala de árboles en playa Rincón Tala de árboles en playa Rincón El director provincial de Medio Ambiente, Señor Negrito De León, aseguró a este director que los ocurridos en Las Galeras en la noche del pasado domingo ya está bajo investigación por parte del Ministerio de Medio Ambiente y puede concluirse con sanciones administrativas e/o legal contra el síndico de Las Galeras quien fue identificado como única persona que autorizó una compañía de producción de series televisivas a cortar matas en playa Rincón, una playa reconocidas entre las 10 más bellas del mundo.

De león afirmó que esta compañía de producción televisiva sí tenía permiso, otorgado por el Ministerio de Medio Ambiente, de grabar películas en la provincia Samaná, pero nunca esta institución le otorgó permiso para cambiar el escenario natural que esta península ofrece a locales, turistas y visitantes.

Dijo que el domingo por la noche, en esta playa, fueron cortadas 150 matas de coco y una cuarentena de mata de uva de playa.

Resaltó que en dicho lugar, el lunes, se podía ver un cartel de ¨Alcaldía trabajando¨ acompañado de una foto del síndico. »

Declaró que una comisión del Ministerio de Medio Ambiente de repente se trasladó en Las Galeras para averiguarse de la entidad del daño ambiental y de la identificación de los responsables del hecho.

Resultó que el síndico de Las Galeras, conocido como Pimpe, fue quien autorizó la tala de árboles sin consultarse con la autoridad competente.

Aclaró que el Ministerio de Medio Ambiente someterá el síndico a una sanción administrativa y/o una acción legal.

De otro lado, el director De León desmintió las voces que indicaban que una acción similar está siendo ejecutada en la playa Cosón del Municipio de Las Terrenas, donde Medio Ambiente está interviniendo en esta playa cortando únicamente las matas de coco que fueron declaradas en estados críticos y dañino, según el plan otorgado por el Ministerio de Medio Ambiente.

Je préfère penser que ce n’est pas possible et qu’un Maire responsable ne peut décemment pas abonder dans ce sens.

L’autre rumeur qui circule elle aussi serait que cette opération aurait été accomplie avec l’accord complet du Milieu Ambiant pour préparer la venue massive de touristes lors de la Semaine Sainte. Je vous laisse savourer ce texte d’anthologie, ridicule au possible émanant d’un ami du Maire de Las Galeras.

 

5 avril, 13:18

ATENCION GALERAS, PAIS Y EL MUNDO!!!

Anda circulando una noticia distorcionada, sobre los trabajos que se realizan en la « Playa Rincón », con motivo de la Semana Santa que se avecina, aparte de que son trabajos necesarios y permanentes para el buen mantenimiento de esa hermosa playa.

El Sábado anterior, hubo una reunión en la cual participó el Ministerio de Medio Ambiente (ahí les incluyo el video), y se acordó sanear la playa para recuperarla, aparte de que se prepara para recibir a todos los bañistas de la Semana Mayor.

Dentro de esos trabajos, se acordó la eliminación de algunos árboles (que estan muy cerca de las costas y que representan un peligro), para ser reemplazados, por árboles de almendra y uva de playa.

Recuerden que una playa libre de arbustos, donde se puedan esconder mal-intencionados, es una playa segura.

La intención de todo esto ha sido la de mejorar nuestras playas, para que todo el que la visite se lleve la mejor impresión…Trabajos que NUNCA se habían hecho en ninguna gestión anterior, porque estábamos carentes de autoridad y quien le duela lo nuestro.

En la foto, pueden ver el resultado…Una playa linda, hermosa y segura para todos.

Porque nosotros SI podemos!!!

En gros, les cocotiers étaient dangereux par leur proximité de l’océan (peut-être mais 150 quand même, ça fait beaucoup d’un seul coup) et aussi parce que des gens mal intentionnés pouvaient s’y cacher et détrousser les paisibles touristes sur la plage….. Ce serait drôle si ce n’était pas si triste et définitif.  Il termine son pamphlet  avec la photo ayant suscité l’émotion de partout en disant « sur cette photo vous pouvez voir le résultat…. Une plage belle et harmonieuse, et offrant la sécurité pour tout le monde. »

Ce n’est pas un gag, c’est un cauchemar.

Cependant, dans l’immédiat, aucune autre info n’étant parvenue jusqu’à nous, nous ne pouvons que déplorer un tel acte et attendre les vraies explications.

Quand on reparle d’insécurité à Las Terrenas….

C’est cyclique, ça revient régulièrement. Quand on ne se plaint plus des poubelles ou de l’atmosphère empoisonné, du bruit ou des algues vertes, du rio qui souille l’océan ou de la pluie qui n’en finit pas de rendre notre végétation si belle, on reparle d’insécurité.

Une fois pour toute. Oui, il y a une insécurité latente à Las Terrenas, parfois pire, parfois moindre, oui, il vaut mieux faire gaffe et bien tenir son sac dans la rue, oui, il vaut mieux sortir léger et ne pas s’encombrer de portables, de passeports, ne pas se transformer en sapin de Noel, bardé de bijoux coûteux…. ou pas d’ailleurs, etc…. Oui, IL FAUT fermer ses portes et ses fenêtres lorsque l’on quitte sa maison, de jour comme de nuit, oui, c’est bien d’avoir un bon chien de garde pour nous avertir au cas où (heu…. J’en ai 10). Non, on ne va pas à la plage avec un sac garni des dernières innovations électroniques ou autres, non on n’ouvre pas sa vitre d’auto à n’importe qui sur la route….. Et oui, c’est pas cool, mais c’est comme ça. ….  En même temps, je viens de faire un petit tout sur la toile et voilà ce que je viens d’y découvrir :

« Il y a 382.000 cambriolage par an en France soit un cambriolage toutes les 90 secondes. Un cambriolage dure en moyenne moins de 20 minutes ; ce qui a dopé le business des alarmes et des portes blindées. Le nombre de cambriolages est en hausse constante : sur les 6 prochaines années un Français a 1 chance sur 10 de se faire cambrioler.

71 548 cambriolages depuis le 1er janvier en France.

Délinquance : hausse des homicides et des cambriolages en 2016

En 2016, le nombre d’homicides a augmenté, celui des vols à mains armées a diminué. Telles sont les premières conclusions des chiffres de la délinquance mis en ligne ce mercredi par le service statistique du ministère de l’Intérieur (SSMI).

L’année 2016 a été marquée par une hausse de 2 % du nombre de victimes d’homicides important (892). Elle est liée, comme en 2015, aux attentats terroristes ayant frappé la France qui ont fait au total 238 victimes entre janvier 2015 et juillet 2016.

MAIS PAS SEULEMENT : même sans prendre en compte ces circonstances particulières, le bilan des homicides de 2016 est en hausse de 11 % par rapport à 2015 (78 victimes de plus).

Hausse des cambriolages

Du côté des cambriolages de logements, on enregistre une hausse sensible de 4 %, après une légère baisse en 2015 et une année 2014 favorable.

Les régions les plus touchées sont l’Île-de-France, l’Occitanie, PACA, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Hauts-de-France, essentiellement dans les grandes villes.

« Au-delà de 200 000 habitants, l’intensité des cambriolages bondit et dépasse les 9 cambriolages pour 1 000 logements », hors agglomération parisienne, note le SSMI. »

Et je m’en suis tenue à la France, je ne vous parle pas des USA, de l’Amérique du Sud, de l’Afrique et même de beaucoup de pays européens.

Alors s’il vous plaît, pas de parano alarmiste. Faites attention, c’est sûr, mais, vous ne craignez pas plus de vous faire visiter, voire braquer ici qu’ailleurs, un peu de modération dans vos propos sur les réseaux sociaux. L’idée c’est de savoir que ça peut arriver mais de ne pas en faire une maladie.

Ca m’est arrivé ici à LT, il y a quelques années, deux sales mômes sont entrés chez moi en découpant la maille cyclonique, un troisième a attiré mes chiens à la porte d’entrée du terrain (100 m), ils m’ont piqué un flacon de parfum, un GPS et une arme…… Un samedi soir. Pas heureuse quand je suis rentrée. Mais tout s’est bien terminé, j’ai tout retrouvé, la preuve que la police sait aussi bien faire son travail, pour l’arme ce n’était pas gagné, le lundi elle était à nouveau en ma possession. Seul hic, les mômes étaient mineurs et difficile d’obtenir une condamnation. J’ai préféré leur faire peur et j’ai abandonné ma plainte. Maintenant, quand je sors (pratiquement plus, mais pour une autre histoire), tout est sous clefs, quelques chiens sont libres dans le jardin, d’autres à l’intérieur….. prêts à prévenir les copains en cas d’intrusion.

Au Brésil, il m’est arrivé une aventure bien plus scabreuse qui aurait dû me coûter la vie. Celle-ci m’a juste ….traumatisée à vie…. Mais c’est une autre histoire et un autre lieu.

Alors, sortez léger, soyez vigilant, fermez vos portes, et tout devrait bien se passer.

Las Terrenas Bon Plan : un outil sympa, convivial, précieux…..ne le dégradons pas.

La plus jolie image de l'année, signée Mimi bien sûr.

Et quand je ferme les yeux et que je me demande pourquoi je suis là, c’est cette délicieuse image, chipée par Mimi, mon petit mari qui me vient à l’esprit.

Né, il y a quelques années de l’imagination féconde d’un personnage soucieux de rendre service à la communauté de Las Terrenas, LTBP connait un succès tel que sa renommée a largement dépassé les frontières de notre petit village et que ses plus de 3600 membres proviennent de nationalités des plus variées, essentiellement français de « France ».

Au départ, bons plans, ventes d’occasion, logements pas chers, co-voiturage, aides, conseils en tous genres quoi ! Quelques pubs pas gênantes, puis des menus du jour de restos, de plus en plus, pas encombrants non plus au final. J’avoue, j’en ai profité très tôt avec 2vouzamoi.com et en profite toujours avec En Aparté pour y glisser mes petites historiettes sans grande prétention. Même qu’un jour on a menacé de m’exclure comme membre si je continuais (parait que mes écrits dérangeaient…. Lol)….. une vague de protestation de mes « fans » dont certains se sont bel et bien vus exclure m’ont permis jusqu’à ce jour de continuer à vous faire partager ma vision de notre village.

Rien n’est toujours rose dans la vie et dans un village « recomposé » encore moins. Il y a des moments de vie trop jolis, d’autres vraiment moches. Il y a parfois trop de poubelles dans les rues ou des algues dans la mer, des saloperies dans le rio et des établissements qui font trop de bruit… je ne vous parle pas de la basura qui brûle sans arrêt et empoisonne l’air environnant et des bouches d’égouts qui dégueulent à la moindre forte pluie…. Mais il y a des limites à ce que moralement on devrait se permettre de publier sur un réseau social commun. « De quoi j’me mêle » ? Mais j’me mêle parce que j’aime profondément Las Terrenas (non vous ne le saviez pas !!!) et que quand on aime un lieu, une personne, un objet, un animal, on essaie de toutes ses forces de préserver son image, d’éviter de le démolir à la face des autres. Alors quand je vois que certains d’entre nous prennent visiblement du plaisir à se vautrer dans la laideur, j’avoue, je ne comprends pas et que ça me fait de la peine. La dernière affaire en cause est bien glauque et a fait sortir (en douceur) de ses gonds l’actuel gestionnaire de Las Terrenas Bons Plans qui a bien d’autres projets que de jouer les garde chiourme. Et, ce qui malgré tout me fait doucement sourire c’est que la personne impliquée cette fois dans cette sinistre affaire qui, justement n’a rien à faire sur ce site, n’est autre que celle à l’origine du précédent coup d’gueule du gestionnaire. Et oui !!!!

Mais pourquoi la majorité des gens se complait-elle dans le malheur, le scandale ou le côté noir  des autres. Le bonheur et la beauté seraient-ils si tristes. Une idée. Si vraiment les potins, cancans, sinistres affaires sont tellement tentantes, importantes, croustillantes, pourquoi ne pas créer un groupe spécialisé…. C’est tout simple et je suis certaine qu’il aurait un succès fou.

En attendant, préservons notre village d’une trop mauvaise publicité, on y est bien non. Et surtout, préservons les nerfs de Thomas pour qu’il se consacre au maximum à son Keloke (https://dorislasterrenas.com/2016/09/11/keloke/) c’est bien plus important. Et si quelque chose nous chagrine, on peut en parler bien sûr, c’est aussi l’idée de LTBP mais inutile de le tartiner de vulgarités et de scandales qui ne devraient pas nous intéresser. Oh lala, je sens que je vais me faire lyncher…. Ou bien ?

http://michelvoleau.wordpress.com

PS: en même temps, j’avoue, depuis toujours je préfère le beau au laid, les jolies fleurs aux herbes crochues, les jolies filles aux laiderons, les beaux mecs aux gueules cassées, les beaux paysages aux ruines dévastées, les mots qui chantent aux sons guturraux, les tendres amoureux aux divorcés qui s’écorchent et, bien sûr, les bonnes nouvelles aux scandales à deux balles…. c’est grave docteur?

À vaincre sans péril on triomphe sans gloire….

Sans titre-3

Oui, enfin il ne me semble pas que c’est en détruisant tout sur son passage, provoquant la détresse et l’exaspération de milliers de personnes que quelques fanatiques, ivres de violence vont régler le problème de la luz à Las Terrenas. D’ailleurs n’est-ce pas ce qui s’est produit lors de la dernière tempête de folie qui s’est abattue sur la ville. Ils ont tout cassé, tout détruit, ils ont blessé, se sont tués…. Pourquoi ? Pour en arriver au même résultat quelques mois plus tard. Et le pire c’est qu’ils ne savent pas pourquoi et contre qui ils se battent ? Un mot fort déplacé (certes) du représentant de l’état ? La luz qui augmente (de 2 pesos…..) ? Contre la SIE ? Contre Luz y Fuerza ? Contre des compteurs qui tournent trop vite ? Mais contre qui ???? S’en foutent, l’important c’est de se battre, de montrer que l’on n’est pas des moutons. Peu importe le résultat d’ailleurs, « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire » et peu importe aussi que ces hooligans de pacotille qui mènent le combat ne comprennent même pas le sens de cette phrase, eux ils savent, il faut du « sang ». Comme à chaque fois, ces meneurs, ces « hommes forts » ont été confortés dans leur vengeance (????) belliqueuse par quelques expats. enervés qui, très vite, se rendant compte du cataclysme de folie généré par quelques mots, se retrouvant privés d’eau, d’électricité, de téléphone…. revoient leur hargne à la baisse et changent de ton. Trop tard, la machine est lancée, Las Terrenas est défigurée, il n’y a plus d’électricité (énormément de poteaux et d’infrastructures ont été détruits cette nuit), plus d’eau, juste une immense tristesse dans le cœur de tous qui, comme moi, savent que cet immense merdier ne sert à rien.
Je n’ai pas pour habitude de dresser un tel portrait de ce beau village que j’aime profondément, mais là, je suis quand même dégoutée, dépassée par les événements. Je reste sans voix devant une telle bêtise largement partagée par les résidents étrangers surtout français qui ne se rendent pas compte, qu’ici une huelga comme ils disent n’est pas toujours gérable et prend vite d’autres proportions qu’en France.

Au départ une facture de juin incompréhensible, un tarif augmenté, une consommation parfois plus élevée, des charges fixes doublées (que de 200 pesos quand même), une réunion avec les nouveaux responsables (SIE) et le dérapage du responsable qui sans vergogne déclare que si les gens de Las Terrenas veulent payer l’électricité au même prix qu’à Sanchez, ils n’ont qu’à aller vivre à Sanchez….. Pas vraiment malin ! Il faut dire qu’à Sanchez ils payent leur luz aux alentours de 4 pesos et nous en en est à près de 15…. Oui mais, l’injustice a toujours existé non, il y a des beaux, des moches, des gros, des maigres, des riches, des pauvres….. Et moi, la seule chose qui me perturbe c’est qu’avant leur tout premier bordel, on avait une électricité fiable, 24h sur 24, on payait 21 pesos soit 6 pesos de plus qu’à l’heure actuelle, on avait un seul interlocuteur et non deux qui se renvoient la balle quand on n’est pas contents…. Ils ont cassé, tué pour obtenir cette réduction minable et ces incessantes coupures quotidiennes qui vont avec et ils recommencent…… Mais on dit aussi que la vie est un éternel recommencement……..