Les escapades gourmandes de Domy et Gary

 

Elle, c’est Domy. Petite soixantaine, resplendissante, dynamique et…. Gourmande. Après une vie professionnelle très active et plutôt épuisante, elle est venue se reposer à Las Terrenas. Bien sûr elle en est tombée amoureuse et a décidé d’y déposer ses valises…. Elle y a rencontré l’homme de sa vie et en prime un amour de petit bout de chou de chien…. Gary, la prunelle de ses yeux, sa compagne au quotidien qui, ravie, partage avec un bonheur non dissimulé ses escapades gourmandes.

Domy s’est prise d’une passion pour le moins étonnante, originale en tous cas… découvrir à travers les petits déjeuners ou simplement en passant prendre un verre, les différents hôtels et restaurants emblématiques du village. L’envie m’est venue de vous faire partager ses pérégrinations gourmandes, histoire parfois de replonger dans des balades personnelles inoubliables.

 

L’hôte du jour:

Le porto, un joyaux à l’état pur.

Et, pour vous rafraîchir la mémoire, une petite balade dans cet endroit unique que j’avais eu le plaisir de vous faire découvrir en février 2017

Quand on a la chance de recevoir la visite d’amis lointains, d’une amie venue de loin, on en profite pour refaire le tour du paysage et redécouvrir des endroits un peu oubliés. Ce fut le cas du sublime Porto, sur la belle plage de Portillo, à quelques mètres de la mer. Avez-vous déjà vu quelque chose d’aussi beau, d’aussi raffiné, d’aussi chic tout en restant terriblement bohème. La déco est juste sensationnelle, tendance indo-africain-asiatico-caraibes, savant mélange de matières nobles et belles et chères et de délicieux cadeaux de la nature, de grandes, somptueuses poteries délicates et de bois flotté, de belles tentures soyeuses et de rideaux de coquillages et de graines. Une armada de petits bateaux colorés a décidé de toiser l’océan tout proche, de le prendre de haut et se pavanent suspendus au superbe plafond. Les coins repos moelleux et cocooning se multiplient à l’infini, le teck réchauffé de jolis coussins joue la vedette à côté d’autres bois exotiques remarquables, de meubles en résine très tendance ou de l’osier naturel. La terrasse, près du beau bateau bleu déguisé en bar splendide est posée sur le sable fin de la magnifique plage ourlant l’océan aux eaux chaudes et cristallines. Par ci, par là, des chaises longues, des parasols, élégant mobilier de plage de bois et de paille invitent à la paresse. Le beau parquet délicatement teinté du resto repose sur des pilotis, les tables sont joliment dressées et, clou de la visite, les toilettes sont à tomber raides….. Nous n’avions prévu que d’y prendre un verre, retenues ailleurs pour le déjeuner. Ce fut un moment très agréable dans un décor absolument divin sans aucune faute de goût. Un vrai régal pour les yeux. Ca y est j’en suis amoureuse. J’adore!!!!!

Et, comme ce jour-là, nous n’avions pas pu déjeuner dans ce superbe endroit, j’y suis retournée hier, avec Mimi et Tatoo. D’abord, je ne vous raconte pas l’angoisse pour sortir Mimi de son triangle magique et quotidien Paseo, XO, Voile Blanche, il a fallu négocier et, le pire, c’est que pour Tatoo, c’est pareil, arrivé au Porto, indifférent aux merveilles qui l’entouraient, monsieur Tatoo faisait la gueule. Oh…. pas pour longtemps! Une petite Caipiroska pour commencer (Ca nous a rappelé Rio et plus précisément Copacabana où, tout le long de la plage, des tas de petits kiosques proposent des caipiroska surgelées… mais oui …..avec vodka et non cachasa….. on en était restés bouches bées….) . Donc, petite caipi, coup d’oeil à la carte! Rien d’extraordinaire, mais des propositions originales et appétissantes. Des pizzas, des pâtes, les éternelles dorades mais aussi des tapas plutôt sympas. Boulettes sauce piquante, dés de poulets et poissons croustillants, anneaux de calamars frits et, pour nous, ce fut jambon serano, juste sublime, et melon frais, sucré à point puis, histoire d’y goûter, tempuras de légumes, courgettes, aubergines, oignons et leur petite sauce délicate. C’était frais, savoureux, copieux, parfait pour un déjeuner tout à fait dépaysant, les pieds dans l’eau dans un endroit magique.

Alors les mauvaises langues, cessez vos commérages, non seulement Le Porto est un endroit d’exception pour son décor extrêmement raffiné dans ses moindres détails, mais la carte, à côté des classiques habituels communs à tous les restos de plages proposent de vrais originalités. Moi, j’ai adoré ce dimanche hors du temps.

Domy et Gary, tout émoustillées par cette première découverte en sont restées bouche bée. Il faut dire que cet endroit a du chien…. heu je voulais dire a de l’allure. En fait, c’est juste sublime, dedans, dehors, au sol, au plafond… même les toilettes sont d’un raffinement extrême. Nos deux demoiselles, confortablement installées dans des coussins moelleux, face à un panorama éblouissant ont apprécié à sa juste valeur la douceur d’un tel moment hors du temps. Domy a savouré son délicieux jus de fruit frais et Gary sa petite tasse d’eau glacée. Les mots leur ont manqués, remplacés par des photos pour le moins éloquentes….. Belle escapade gourmande.

Publicités

Le Tropik bowl de Sabrina: saveur et santé au rendez-vous

Serait-ce de ce joli parcours atypique, fait de belles rencontres et de doux souvenirs, qui l’a fait naître en Tunisie, puis grandir en Ethiopie, avant de s’installer au Canada que lui vient cette envie irrépressible de créer des mélanges subtils ; d’associer dans ses bols gourmands, dans ses smoothies délicats le doux et le piquant, le sucré et le salé, l’amer et le suave, le croquant et le fondant…. Serait-ce de cette vie bohème heureuse que lui vient le goût du chic simple, du dépouillé chaleureux, le goût du sain, du bon et du beau….

Sabrina

Sabrina, jolie jeune femme, pétillante et dynamique affiche déjà une vie bien remplie. Après une enfance et une adolescence insouciante en Ethiopie à l’incroyable richesse culturelle, c’est au Canada que la jolie dame a démarré sa vie d’adulte. D’emblé, séduite par ce nouveau pays au caractère jeune mais bien trempé, à son image, elle se lance à fond dans la gestion de bars, de restos, de boîtes de nuit. Elle aime la décontraction de Montréal où elle a fait son petit nid et raffole tout particulièrement de ces parenthèses sympas entre copains à grignoter une nourriture succulente, mélanges subtils de plein de choses délicieuses intimement mélangées dans de grands bols gourmands. Là-bas on les appelle les salade bowls et l’on en trouve à chaque coin de rue. Une véritable frénésie s’est emparée des québécois pour cette nourriture simple, saine et succulente.

Las Terrenas

C’est à Las Terrenas que son papa a décidé de poser ses valises pour le plus grand bonheur de Sabrina qui adore ce petit coin de paradis à 3 heures de son chez elle. Très attentive à la qualité de ses repas, elle déplore cependant le manque cruel de resto diététique offrant la nourriture saine et naturelle évidente au Québec. Jamais en mal de créativité, il lui vient alors une idée…. Et si….. Et si elle créait à Las Terrenas un petit endroit rien qu’à elle, un petit resto différent offrant à ses hôtes des produits bio, naturels, savoureux, surprenants, à tout petit prix…. L’idée a fait son chemin et, après de longs mois d’essais de recettes, de mélanges audacieux, de recherche de fournisseurs, de recherche de local…. Tropik Bowl est né.

Tropik bowl à Las Terrenas

C’est Calle Carmen, juste avant le pont d’Abundio, dans la maison de Doumé que Sabrina a implanté son nouveau bébé. Une façade coloniale-créole blanche ornée de grosses fleurs colorées, deux niveaux et de grandes ouvertures pour un espace hyper lumineux. La cuisine s’invente au rez de chaussée et les petits plats ou les délicieux smoothies onctueux se dégustent à l’étage. La déco est sobre, faite de récupération, elle fait la part belle au blanc et au bois comme le superbe plancher vernissé. Le plastique y est banni tout comme l’est à la cuisine le sucre, le pain blanc et le lait de vache avantageusement remplacé par le lait d’amande, de soja ou de cajou tellement onctueux. Au menu un melting-pot santé hyper vitaminé, légumes, fruits, graines, épices, salades gourmandes salées ou sucrées ou salées-sucrées dans des bols ou sous forme de wrap à choisir sur le tableau noir ou à inventer soi-même ; mais aussi des smoothies sexy osant le mariage improbable betterave, gingembre, carotte, ananas et miel ou encore comme le Garden fraîcheur de la menthe, fraise, concombre arrosé de sirop d’agave. Les salades portent les jolis noms d’Habibi, un délice vegan ou encore Chicken Honey Moon ou Water fusion…. Je papote, je papote et j’en oublie de vous dire, en aparté, que tous les produits bio, naturels proviennent du Canada quand ils ne sont pas cultivés dans la région et que, très soucieuse du bien être de sa clientèle, Sabrina se propose d’établir des plan-santé de 15 jours, personnalisés, histoire de se remettre en forme à l’approche de l’été ou de perdre quelques kilos superflus.

Tropik Bowl, un petit endroit bien sympa et différent pour petits déjeuners et déjeuners vitaminés dont l’adresse se chuchote déjà en catimini, à découvrir d’urgence.

Calle nuestra señora del Carmen street 124
(829) 719-6406
08:00 – 19:00

Alfredo, passion cuisine

publi-reportage

Il nous vient tout droit du Vénézuela. Tout droit, enfin pas vraiment car si c’est bien à Caracas, sa ville natale, qu’Alfredo a fait ses premiers pas en cuisine, c’est en bourlinguant à travers le monde que ce chef atypique a sublimé une cuisine subtile, riche de mille saveurs. Et, si l’art culinaire constituait à lui seul une excellente raison de voyager ? De son périple gustatif à travers l’Europe, l’Asie, l’Amérique, Alfredo le baroudeur a ramené dans son grand sac à idées un concept innovant : la cuisine itinérante.

Depuis plus de 3 ans, l’insatiable globe-trotter a posé valise et mallette à couteaux à Las Terrenas. Chef à domicile réputé, il croule sous les réservations. Anniversaires, événements, fêtes ou simplement envie irrépressible de bien manger, les occasions sont bonnes pour faire appel à son talent et à sa générosité. Car, en plus d’être excellent dans son art, Alfredo est une délicieuse personne, tellement en osmose avec sa passion qu’il n’a de cesse de la partager avec le plus grand nombre. Au cours de notre papotage à bâtons rompus, histoire de mieux le connaître, je lui ai demandé s’il était marié. Sans aucune hésitation il m’a répondu, presque sans sourire : « oui avec la cuisine ».

Mais, ce passionné, habitué au faste et à la rigueur des restaurants étoilés du Vénézuela ou d’Espagne où il a officié avec brio mourrait d’envie, malgré son emploi du temps surchargé d’ouvrir un restaurant. Discussion avec des amis du métier partageant sa philosophie, Jorge, Anneli, Ray. L’idée est lancée, l’endroit est choisi, le resto est ouvert. C’est face à la mer, autre passion commune, qu’Alfredo et ses amis viennent d’ouvrir un ravissant petit restaurant sur l’exquise plage des Pêcheurs. Son nom à lui seul est tout un poème « el quinto coño »…. Une dénomination qui peut surprendre, voire choquer mais qui signifie tout simplement « endroit isolé, caché, presque inconnu ». Belle entrée en matière pour des cuisiniers atypiques qui veulent sortir des sentiers battus en proposant des plats préparés avec amour à partir de produits de qualité extrême, cuisinés avec justesse et un maximum de saveurs. Les chefs se partagent les fourneaux avec beaucoup de complicité et de bonne humeur. La carte fait la part belle aux produits de la mer, poissons, crevettes, langoustes….. et les assiettes somptueuses, élaborées avec raffinement et délicatesse sont de véritables tableaux à dévorer.  Et puis, au gré de l’envie des chefs et de la vôtre, une soirée à thème est imaginée. Elle démarre très tôt et se termine très tard, comme ce vendredi, où le Japon était à l’honneur dans vos assiettes au son jazzy de la Nouvelle Orléans.

El quinto coño, la nouvelle adresse incontournable qui se chuchote d’oreille en oreille parmi les fins gourmets.

Un dimanche à La Plage….

Léo à La Plage.

D’abord, l’endroit est absolument sublime!

A la pointe de la plage des pêcheurs, les jolies tables de La Plage un brin bohèmes se partagent la vedette avec les barques colorées. Un ravissant bar convivial est pris d’assaut, histoire de ne pas perdre de vue l’habitude locale de prendre l’apéro, en attendant de goûter à l’exquise et déjà célèbre cuisine du jeune chef Guillaume. Il faut dire que malgré son jeune âge et son allure décontractée, Guillaume a de quoi être fier de son parcours sans fausse note au cours duquel, il a, avec brio, tutoyé les plus grand, à l’instar d’Alain Ducasse, son maître et son modèle. Bien décidé à profiter de la vie, de sa compagne Sarah et de son adorable petit garçon, il a pris la décision de relâcher un peu la pression suscitée par l’exigence de la cuisine de haut niveau et de prendre quelques années « presque » sabbatiques, entouré de sa petite famille. Il a posé ses valises à Las Terrenas et, pour notre plus grand bonheur, au hasard d’une rencontre avec Dominique, adorable résident de longue date au parcours atypique, l’idée est venue, comme une évidence de créer un petit resto sympa, les pieds dans l’eau mais avec une cuisine raffinée, inspirée des produits du terroir et de la mer, mais sortant des sentiers battus.

Allergiques, au beau, au bleu, au doux, au bon….. s’abstenir….

La Plage est née, sur la délicieuse Plage des Pêcheurs!

Guillaume est aux fourneaux et la jolie Sarah en compagnie de Dominique, s’occupe d’une clientèle totalement sous le charme. Quelques plats d’exception s’affichent sur un grand tableau noir tandis qu’un plat du jour, exotique et gourmand nous est proposé sur une ardoise d’écolier. Au menu Carpaccio de crevettes et mangue sur lit de roquette sauce vierge, Tartare de dorade à la verveine huile d’olive basilic chantilly Wasabi ou encore Aubergine grillée menthe et mozzarella. Le filet de dorade snacké au sésame sur risotto de légumes et son fumet de poisson est une tuerie, tout comme le filet de bœuf grillé hyper tendre et son jus juste divin et ses craquantes petites pommes rissolées. Les amateurs raffoleront du véritable burger au barbecue avec son excellent pain maison. Les desserts ne sont pas en reste et, les prix sont tout doux.

La plage est ouverte chaque jour pour le déjeuner sauf le mardi et, vendredi, samedi et dimanche toute la journée.

Allergiques au beau, au doux, au bleu, au bon….. s’abstenir….

Un dimanche à la mer….

Le dimanche, j’aime bien paresser à la maison avec mes toutous ravis. Et, même si l’on pourrait croire que c’est un jour comme un autre, vu que depuis belle lurette nous n’avons plus l’angoisse du réveil qui sonne le lundi matin pour nous ramener aux réalités de la vie, il n’en est rien. Le dimanche, sous les tropiques, c’est câlin, c’est un brin décousu, on flâne, on chante, on est bien. Et, ce dimanche, hier, pour une fois, j’ai décidé, tout de go de rejoindre Mimi dans son méga-voleau-tour (les initiés comprendront). Rendez-vous à….

La Vela Blanca

C’est à deux pas de chez moi, pratique, je m’y rends à pieds avec Ti’ Tatoo (aux anges le ti tatoo). Mais que c’est beau, je ne m’en lasserai jamais, cheminer sur la plage dans une eau frôlant les 30°, un petit chien joyeux gambadant dans vos jambes, c’est rien que du bonheur.

Il y a du neuf à La Vela Blanca, enfin pas vraiment du neuf, plutôt une judicieuse association de talents. Vous vous souvenez, je vous ai parlé il y quelques temps de Yann et Carole du Waikiki…. Mais si, c’est pas si vieux (https://dorislasterrenas.com/2018/06/13/le-waikiki-la-saveur-dune-cuisine-bistrot-face-a-la-mer/). Yann est un cuisinier, un vrai, un qui ne fait pas semblant, amoureux des petits plats traditionnels bien franchouillards et artiste es-desserts. Et bien, figurez-vous que lui et Thierry de la Vela Blanca ont décidé d’unir leurs talents. Une bonne cuisine avec Yann agréablement secondé par la gentille Carole. Thierry, c’est la décontraction, la bonne humeur, la fête, la pétanque, les potes, le karaoké, et….. le spot. Un endroit fabuleux dont on ne peut se lasser, que j’aime depuis toujours. Depuis quelques jours, à l’heure du déjeuner, une carte sympa et une suggestion alléchante. Tête de veau sauce gribiche, joue de bœuf mijotée, tendre escalope de veau gratinée ou encore une plus que parfaite marmite du pêcheur. Hier c’était pièce de bœuf à l’os grillée au BBQ et son petit écrasé de pommes de terre, parfait, on s’est régalés!!!! Les desserts, j’en parle même pas ou bien…. mousse au chocolat aérienne, tiramisu d’un autre monde, sublimes profiteroles ou encore, pêché mignon de Mimi, brioche perdue au caramel de beurre salé et sa petite boule de glace vanille. C’était bon et bien. …. Histoire de prolonger ce moment de bien-être, on grimpe dans l’auto de Mimi, direction….

L’Eden

Chez mon ami Pierre. Waouh, c’est la fête à l’Eden. Il y a un monde fou, toute la jet set de Las Terrenas s’est donnée rendez-vous « au paradis » pour faire la fête. C’est sympa ! Que des bouilles connues, Alain, Laurent, Jean, Sergio, Josée, Elsa, Jacques, Aude, Brice, Sandra, Clarisse, Jordi…… Le DJ est au top et maîtrise à la perfection un sujet qui, pourtant, doit lui sembler bien barbare…. La musique disco française des années 80 enchante tout ce petit monde . L’ambiance est décontractée et le rosé coule à flot, bon d’accord, les caipiriñas ne sont pas en reste, les Cuba ou autres Santo libres non plus d’ailleurs.  Dans ce décor de rêve, sous un ciel bleu de chez bleu et un soleil éblouissant, l’ambiance est sereine. C’est comme une parenthèse enchantée. Il y a de tout petits enfants gentils, de jeunes adultes même pas nés dans les années 80, des résidents, vieux de la vieille, d’anciens résidents, des nouveaux, des juste arrivés et tout le monde papote, gigote, danse même dans le sable, avec en toile de fond le plus beau des décors que l’on puisse imaginer. Merci Pierre pour ce délicieux moment de bonheur, de partage, d’amitié. On y prendrait vite goût, mais, je sais, tu m’as raconté les péripéties d’une telle entreprise. Dommage de ne pas réussir à convaincre ces « messieurs haut placés » du bienfait de telles initiatives sur l’image de marque du village.

Bientôt je vous raconterai pourquoi on est si heureux de vivre à Las Terrenas, c’est sûr, un beau dimanche à la mer comme celui-ci y contribue largement……

Histoires de Voir, escapade-plaisir sur les murs du bel El Lugar…..

 

Sans complexes, sans même se concerter, quelques images inédites, échappées de l’énigmatique story de Michel Voleau, Histoires de Voir s’offrent une escapade-plaisir sur les murs du bel El Lugar.

Lieu de prédilection des « beautiful people » de tous poils et de toutes nationalités, El Lugar est réputé, bien au-delà des frontières du village pour l’excellence de sa succulente viande cuite au feu de bois, pour ses petits plats aux mille parfums, ses exceptionnelles fajitas…. pour la saveur originale des subtils cocktails inventés par le charismatique boss Bruno, par l’accueil amical et personnalisé du craquant Federico et pour son ambiance chaleureuse dans un décor ethno-chic, bohême mais ultra raffiné. Chaque soir, c’est une belle bande de gourmets qui se donne rendez-vous pour profiter jusqu’à pas d’heure de cette atmosphère douce et festive.

El Lugar, c’est une belle et vaste terrasse bercée par les embruns de l’océan tout proche, caressée par de doux alizés, c’ est un espace intérieur cocooning habillé de bois, d’ardoise, de métal et de mille coussins moelleux avec en vedette un brasero géant où grésillent les merveilleuses pièces de viande. Apache, Evasion, Nera, Doggy, Dreambag et Landes, sont les nouveaux gardiens du temple. Créatures étranges, nés de l’œil aguerri d’un photographe fantasque, elles prennent un malin plaisir à nous observer. Clichés très graphiques aux interprétations multiples, elles interpellent et pimentent par leur originalité et leurs coloris subtils cet endroit d’ exception qui, pour le temps d’une exposition ne semble fait que pour elles.

El Lugar . Playa Popy . Las Terrenas

 

Michel Voleau, Histoires de Voir

Il dit : « Le monde est peuplé de créatures étranges qui prennent un malin plaisir à nous observer. »

Son œil aguerri lui permet de les rencontrer, au gré de ses escapades au Brésil,

dans les rues du village, le décor d’un bistrot, mais surtout, sur la plage langoureuse où sommeillent les barques colorées.

Il nous le livre aujourd’hui, sans intention particulière, à travers des clichés très graphiques, hauts en couleurs qui racontent tous une belle histoire.

Histoires de voir, oeuvre abstraite très personnelle, d’une poésie et d’une force extraordinaires, illustre à merveille la magie de la photographie:

mettre sous nos yeux une image réalisée par un autre, mais qui n’appartient qu’à nous par l’interprétation que nous en faisons.

Entrons dans le jeu et, sans ambages, partons à la découverte de ces « créatures étranges qui prennent un malin plaisir à nous observer… ».

michelvoleau.wordpress.com

Mine de rien, un p’tit bistrot qui mérite le détour…..

….. l’adresse est connue de tous et incontournable, pile poil au centre du Paseo, l’une des seules enseignes gourmandes climatisée. La Cave à Vins, une fois de plus renaît de ses cendres. Sauf que cette fois, elle dévie légèrement de ses amours passées. France, une délicieuse femme, brune, jolie, pétillante et gourmande a décidé de transformer ce repaire prisé des habitués des apéros qui s’éternisent à l’envi en un petit bistro convivial, gourmand et sans chichi. Bien sûr, on peut toujours s’y attarder autour d’un rosé bien frais, histoire de refaire le monde, encore et encore en compagnie du copain de la veille, ça, ça n’a pas changé…. Mais, on peut aussi s’y attabler, au frais sous la clim ou sur la terrasse près du joli bassin ou plus au calme dans la courette intérieure pour y déguster, à toute heure du jour, l’un des délicieux petits plats concocté avec amour et brio par Brian, le fils de la maîtresse des lieux.

En fait c’est l’histoire d’un coup de foudre. France,  provençale de souche, raide dingue amoureuse des jolis objets, fana de brocante est arrivé au village il y a quelques mois, abandonnant sans regret sa Floride d’adoption où, durant près de huit années, elle a émoustillé les papilles des gourmets américains de ses petites crêpes frenchies. Dubitative au début, elle osa, cependant pousser la porte de la Cave à vins. Et le charme du lieu opéra, la déco claire et épurée, les jolis meubles de bois très stylés, l’immense potentiel et surtout ce petit bijou de zinc de bistro parisien resté dans son jus et juste incongru au milieu des Caraibes. La voilà revenue à ses amours, les idées fusent, les tables de la terrasse s’habillent de petits carreaux rouges et blancs, les bouquets de fleurs envahissent l’espace et Brian se met aux fourneaux. Salades fraîcheurs, sandwichs, plat du jour raffinés, pâtes…. et surtout, surtout une déclinaison de copieuses galettes au sarrasin à faire pâlir d’envie les plus bretonneux des bretons. Au jambon, fromage fondant, œuf, au poulet pesto ou encore, délice des délices, mi-sucrée, mi-salée, savoureuse, moelleuse, incommensurable bonheur…  la crêpe chèvre chaud, miel et cerneaux de noix servie avec sa petite salade fraîcheur. Mes papilles en frissonnent encore. Zut je m’étais promis de ne pas en parler, histoire un petit moment de garder l’idée juste pour moi…. Ben voilà, c’est raté. Les idées foisonnent ais-je dit et pour les jours à venir, France et Brian envisagent de vous régaler d’une autre spécialité qui leur est chère, les moules…. Des moules à tout, meunière, crème, curry…..

Si vous passez par le Paseo, osez Le bistro de la cave à vins, un endroit frais et reposant à consommer sans modération.