Nouveau et délicieux, Lafel, comme une invitation au voyage

Falafel, tzatziki, hummus, babaganoush, pita, zahatee….. autant de termes exotiques évoquant une cuisine parfumée aux saveurs raffinées.

C’est à Jonathan et son épouse Cynthia que nous devons la belle idée de cette table gourmande. Jonathan, figure bien connue des soirées terrenariennes. Souvenez-vous, une longue silhouette affublée d’une sempiternelle échoppe ambulante portée à bout de bras, cheminant inlassablement de bar en resto branché pour proposer ses jolis bijoux fantaisie. Le temps a passé, il était important pour lui de changer de cap et de nous faire découvrir en avant-première les parfums envoûtants de sa cuisine végétarienne, tendance moyen orientale, si gourmande, saine et naturelle.

Au menu, falafels et hummus jouent les vedettes au côtés des dips un brin jaloux. Les falafels, délicates boulettes de pois chiche mélangées à diverses épices se marient à l’infini aux hummus multiples et succulents et aux savoureux dips, composés de concombre, tomates, taboulés, basilic, menthe, persil, yahourts, exquis tahini, etc….. En sandwhichs généreux dans de moelleuses pitas, tout ce petit monde se mêlent aux carottes, salade fraîche et même mozzarella, clin d’œil à l’Italie. Sans honte, c’est sur le plateau de falafels que j’ai flashé. Une véritable invitation au voyage. Petites boulettes délicates et parfumées, divers hummus, dips dont même les appellations sont savoureuses, en un instant vous vous évadez et vous retrouvez au pays des mille et une nuits. Preuve s’il en faut qu’une cuisine végétarienne et saine est loin d’être ennuyeuse.

Et si le resto, situé Garden Beach Plaza, est un peu petit, quelques tables seulement, blotties sous de grands parasols pour se protéger du soleil, Jonathan a eu l’ingénieuse idée de proposer un service de livraison. La carte entière est disponible en delivery, ce serait ballot de ne pas en profiter.

Une belle table à découvrir. Saveurs, fraîcheur, convivialité et prix tout doux. Bravo Jonathan et merci Anny et René de nous avoir fait découvrir ces nouvelles saveurs à 100 lieux de la sempiternelle daurade coco….

Lafel . Hummus & falafel bar . Garden Beach Plaza . Ouvert midi et soir.

Publicités

Raffinement et décontraction, El Lugar…. câlin et plus que parfait!

 

Il y a des endroits que l’on apprécie pour leur situation, près de la mer, dans un grand jardin, dans un grand jardin près de la mer…. Il y en a que l’on aime pour leur déco, chic, bohème, bohème chic….. Il y en a dont on raffole pour leur accueil, leur raffinement, leur accueil raffiné…. D’autres encore nous font craquer pour leur cuisine, leur savoir-faire unique, les saveurs délicates du moindre de leur plat…. Et bien, croyez moi ou non, El Lugar, je l’aime pour tout ça à la fois. Une situation sympa, face à la mer, une déco Caraibes, sobre  et efficace faisant la part belle au bambou et aux meubles clairs, pimentée de la petite touche high-tech de luminaires très personnels (tiens tiens ça me dit quelque chose…. n’y verrions-nous pas la patte d’Ilba Boutique…), un accueil top de Bruno, le boss ou, en l’occurrence de son délicieux manager Frederico, des cocktails juste à tomber par terre et une cuisine ludique et savoureuse.

Longtemps frustrée car ce bel établissement n’accueillait ses hôtes que le soir, je me suis précipitée lorsque, incrédule, j’ai découvert ses nouveaux horaires d’ouverture. D’autant plus que depuis quelques jours, serait-ce dû à une sempiternelle pub à la télé, nous avions, Mimi et moi la violente envie exotique de fajitas. Dimanche midi, enfin plutôt 13 heures, direction El Lugar. Surprise, agréable, toutes les tables sont divinement dressées, comme si le resto attendait une avalanche de clients gourmands. Par habitude, nous nous dirigeons vers le bar, beau et convivial et merveilleusement bien fourni en alcools de toutes sortes. Un mignon menu genre carnet d’esquisses nous propose ses cocktails, surprenants ou vrais classiques. Un rosé bien frais pour Mimi (ça vous étonne ?) et pour moi une margarita, son sirop de fraise et sa pointe de gingembre. Inutile de vous préciser qu’elle est, comment dire, divine….

Au déjeuner comme au dîner, la carte, variée et alléchante au possible  est proposée dans sa totalité. En vedette bien sûr les fameuses grillades au feu de bois qui ont signé la réputation du lieu. Mais, pour un déjeuner plus léger, les subtiles fajitas se déclinent pour notre plus grand bonheur en poulet, crevettes, porc aigre-doux, bœuf, sublime bœuf thai aux éclats de cacahuètes et même végétariennes. Sans oublier, une belle palette de salades composées, fraîches et légères, au chèvre, au bleu – pommes fruits, tomates, crevettes, etc…. Le tout servi avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme par un adorable Frederico, italien de son état, raide dingue amoureux de Las Terrenas et de son job, dans une délicieuse ambiance jazzy. Le bonheur quoi !

En conclusion, si vous aimez les endroits câlins, la belle déco, les tables dressées avec raffinement, un accueil chaleureux et personnalisé, un p’tit cocktail au top, une cuisine zéro fautes, n’oubliez pas de découvrir ou redécouvrir El Lugar. Promis, vous ne serez pas déçu.

El Lugar. Route de Poppy . Ouvert midi et soir…..

Casa Coson, chez Marzia….. un endroit magique à quelques encablures du village.

Tant de temps que je n’étais pas allée rendre visite à la délicieuse Marzia dans son petit paradis tout au bord de l’eau. Il faut dire que quand on vit dans un endroit rempli de beauté et de douceur, on hésite à parcourir les 7 kms qui nous séparent de Coson et du bonheur absolu. Il a fallu un événement, l’anniversaire de mon Mimi, pour franchir le cap, réserver, pour être sûre de ne pas renoncer au dernier moment, sauter dans ma petite auto avec Mimi et Tatoo, bien sûr et  filer vers Casa Coson.

Waou, d’abord le choc de cette grande, immense, magistrale, stupide route asphaltée, bordée de trottoirs qui a remplacé le petit chemin cabossé d’avant…. Tout de guingois, mais charmant et bucolique. Ridicule cette autoroute au milieu de nulle part, mais bon, c’est le progrès.

Et puis, on arrive. Casa Coson, un lieu unique où je me verrais bien vivre avec tous mes toutous. De jolies constructions créoles, des petits chemins serpentant au milieu d’une belle végétation, un bar cosy, une salle de resto caraîbes sous son toit de cana, près d’une piscine toute bleue, toute ronde et puis, en toile de fond, l’océan. Impétueux aujourd’hui, féroce même, de grosses vagues et des bois flottés de partout. Un accueil plus que chaleureux. J’adore.

Marzia, pour l’occasion nous avait aménagé une petite tente mignonne comme tout, rien que pour nous. Des canapés douillets, des fleurs…. Tout près de l’eau, ravissant. Un délicieux Spritz en apéritif puis au menu, le choix, poisson, viande, légumes, pâtes et même pizza pour les afficionados. Mimi a jeté son dévolu sur un carpaccio de bœuf aux copeaux de parmesan. Pour moi, sublimissime, un millefeuille de légumes rôtis à la mozzarella, assaisonné à la perfection d’ingrédients raffinés. Le tout accompagné d’une petite délicate timbale de semoule, pois chiches, tomate, menthe…. Mmmm. Juste parfait. En dessert, pas vraiment prévu, un gâteau-nougat glacé concocté et offert par la maîtresse de maison. Un délice, une fois encore.

Promis, je n’attendrai pas le prochain anniversaire de Mimi pour savourer à nouveau cet endroit divin. En plus, si le cœur vous en dit, des chambres d’hôtes, divines elles-aussi, sont à votre disposition. Chambres coquettes, raffinées, délicieuses casitas à thème, Bali, Mexicaine, villa coloniale stylée et authentique….. nichées dans une végétation luxuriante, sur une plage de sable fin à perte de vue, avec en prime de somptueux couchers de soleil…. Le bonheur à portée de main.

Coup d’coeur: à la rencontre des comedors….

 

PacoMer, chez Sarah….. mon chouchou.

Bon d’accord, il n’y a pas de luz ce matin, hier non plus d’ailleurs….. mais c’est pas grave hein, le soleil a fini de bouder et a repris sa position stratégique juste au-dessus de nos têtes. Si te plé soleil, tu pars plus hein !

Bon c’est pas tout ça, vous avez chaussé vos souliers ou enfilé vos tongs, la balade n’est pas terminée, loin de là. Aujourd’hui, nous allons à la rencontre de quelques petits comedor, encore appelés lolos dans les Antilles françaises. Loin de la gastronomie française ou italienne omniprésente à LT, ils poussent comme de jolies fleurs au hasard des rues du village et même, pour notre plus grand plaisir, les pieds dans l’eau, sur la plage, étroitement serrés derrière le cimetière, sur la plage des pêcheurs. A côté des sommités, prisées de tous, comme Paco Fish, las Chichas ou Zapoté, il suffit d’ouvrir grand les yeux pour découvrir de délicieux endroits insolites où, pour quelques pesos, vous vous régalerez d’une cuisine couleur locale con arroz, abichuela, pollo o chivo guisado….. ou au bord de l’eau, de belles langoustes (en saison), des centollos, des camarones ou de délicieux poissons tout frais…..

Etape 3 . Nichés au cœur du village ou les pieds dans l’eau, les comedors, des petits lolos rigolos….

Histoire de prolonger l’instant, entre deux lolos, un salon de massage improvisé, vue imprenable sur l’océan…

 

A quelque chose malheur est bon….. les Dim Sum des 3 Lunas…..

Vous vous souvenez, c’est pas si loin, ce dimanche, il faisait un temps pourri, glacial, frôlant les 20 degrés. Calfeutrée dans ma maison avec tous mes toutous pétrifiés, j’ai passé mon temps à regarder la télé et consulter Facebook…. Et là, stupeur, je tombe sur une image irréelle, faisant surgir de ma mémoire et surtout de la mémoire de mes papilles, des tas de souvenirs….. des dim sum…. Des vrais, jolis, mignons, trognons, bien alignés sur leur douillet lit de feuille de banane, dans un petit panier en osier…. Mais où, quand, comment. Mais c’est bien sûr….cuisine fusion, tendance asiatique, ça ne pouvait provenir que de lui. Jérôme, les 3 Lunas & Delicatessen au Village des Pêcheurs. Vite, je me renseigne, et la réponse est immédiate, chaque jour, midi et soir. Chaque jour midi et soir, des dim sum, mon pêché mignon, ma gourmandise, des vrais m’attendaient dans leurs petits paniers d’osier et je ne le savais pas.

Et bien voilà chose faite, aujourd’hui, à l’heure du déjeuner, direction Village des Pêcheurs, 3 Lunas. Jérôme est là, souriant, charmant et adorable comme toujours. C’est un vieux de la vieille Jérôme, on ne dirait pas comme ça, mais il fait partie des piliers de LT. Tout premier, il a créé un restaurant japonais, le Wasabi, géré par son ami René Techer (un autre vieux de la vieille) à son départ pour les USA, puis, à son retour a créé un second Wasabi, un petit bijou en rouge et noir. Puis le temps a passé, le Village des Pêcheurs est parti en fumée et….. l’idée a germé dans son esprit de remettre les mains dans la farine. Rappelez-vous, je vous en avais parlé en juillet dernier, peu après son ouverture:

« Vous vous souvenez sans aucun doute, enfin pour ceux qui étaient déjà là à cette époque, du merveilleux Wasabi. Clin d’œil au Japon, version Village des Pêcheurs. Un délicieux écrin rouge et noir pour un restaurant de charme dirigé par le non moins délicieux Jérôme, maître des lieux. Et bien, après quelques années loin des projecteurs, Jérôme a décidé de renouer avec sa passion de la cuisine mais en y apportant une pointe de modernisme. Après mûre réflexion et conciliabules parfois musclés, l’idée a jailli comme une évidence. Le lieu : le même que le Wasabi, bien sûr. Un endroit de rêve avec en toile de fond l’océan et sa plage infinie ourlée de majestueux cocotiers. Cerise sur le gâteau, le voisin direct, José Maria des 3 Lunas avait lui aussi envie d’évoluer. Ni une ni deux, les deux boss s’associent pour créer un concept sympa et original. Le 3 Lunas & delicatessen est né. Une vaste cuisine commune, un espace aéré et ventilé, une salle de resto chaleureuse face au plus beau des plus beaux panoramas, des tables mignonnes sur la terrasse, les pieds dans l’eau, une déco ethno chic, une ambiance décontractée. Aux fourneaux, deux chefs talentueux managés par José Maria et Jérôme qui ne rechigne pas à mettre la main à la pâte pour nous inventer d’étonnantes recettes tendance fusion, différentes et subtiles, dont il a le secret et qui font la part belle aux fruits de mer et coquillages parfois oubliés comme les savoureux couteaux. Côté José Maria, la cuisine espagnole reste à l’honneur avec ses succulentes paellas, et ses déclinaisons très personnelles sur le thème du riz, comme ses incontournables rizottos crémeux.

Entre deux compositions gourmandes, Jérôme prendra le temps de vous expliquer avec gentillesse les subtilités du concept delicatessen. Très tendance en Amérique du Nord et au Canada, le delicatessen est une sorte d’épicerie fine mixée restaurant proposant à une clientèle exigeante, soucieuse de ce qu’elle consomme, des produits haut de gamme, triés sur le volet. C’est simple, vous achetez et emportez ou achetez et consommez sur place. Derrière le comptoir réfrigéré, le succulent jambon ibérique vous fait les yeux doux, à côté de la charcuterie fine sélectionnée avec soin, les camemberts crémeux et autres fromages racés et les bocaux de conserves fines gourmandes, importées du monde entier ou préparés par des artisans locaux. Juste à côté, la cave à vins n’a rien à envier aux plus grands. Là encore, vous choisissez votre breuvage et si vous désirez le consommer sur place pour accompagner votre repas, un « bouchon » vous est facturé en plus du prix d’achat.

Belle idée cette association. Un lieu et un concept innovant,  idéal pour un repas rapide mais sain entre copains à toute heure du jour ou un dîner romantique entre amoureux, sans oublier les petits déjeuners, Americano, Dominicano, Espagnol ou Tropical, copieux et raffinés, déjà très prisés et servis dans ce décor de rêve dès 8 heures du matin. »

Et bien, 7 mois plus tard, cet établissement qui ose sortir des sentiers battus a atteint son rythme de croisière. Touristes et habitués gourmets et gourmands s’y pressent chaque jour de plus en plus nombreux. Outre les Dim Sum de mes rêves, des spécialités maison, essentiellement tournées vers la mer, carpaccio de poulpe, tartare de dorade, fricassée de couteaux, langoustines à la plancha, mais aussi succulente salade de wakame, coquilles st Jacques et crevettes, une tuerie…. Sans oublier, bien sûr, les succulentes paellas et risotto qui ont largement contribué à la réputation de la maison. Et chaque jour d’autres suggestions sorties de l’imagination talentueuse de Jérôme.

Une adresse incontournable où il fait bon paresser et se régaler tout au bord de l’océan. Merci Jérôme.

La mesa de Fafa

C’est nouveau, c’est Belge, c’est mignon-trognon et c’est très bon. La mesa de Fafa, petit bistro sans prétention a ouvert ses portes depuis peu devant le parking quads et motos du Paseo, côté village. La déco est fraîche et proprette, du rouge, du saumon, de pimpantes tables laquées blanches sous une jolie palapa de cana. Aux fourneaux la maîtresse de maison, belle et souriante et en salle Fabien, le maître des lieux, belge pure souche, absolument charmant. De leur Belgique natale, ils ont apporté dans leur valise des tas de produits indispensables à la fabrication de délicieux petits plats mitonnés comme à la maison et qui font l’objet de leur menu de la semaine. J’ai raté le boulet frites mais adoré la carbonade à la flamande, longuement marinée dans de la Leffe et des speculos. Une tuerie. Et, je ne vous parle pas des frites maison que Fabien, perfectionniste en diable, va chercher directement chez le producteur, à Limon. La carte est simple mais bien faite, une formule viandes avec plusieurs viandes différentes accompagnées de 3 sauces et 3 légumes ou une formule poissons et toujours ses 3 accompagnements et 3 sauces. Quelques suggestions, le menu de la semaine et le tour est joué. Ah oui, très sympa aussi,  à l’heure de l’apéro, midi ou soir, ou encore le week-end, de gourmandes planches de charcuterie à partager entre copains.

Bienvenue à ce petit nouveau prometteur à la cuisine simple et savoureuse à prix tout doux.

La mesa de Fafa. Paseo de la Costarena, parking quad côté village. Midi et soir.

Tout en tendresse et en raffinement, La Terrasse, un concentré de câlins.

C’est dingue, on est tellement habitués à savoir que c’est un endroit sublime que l’on oublie d’y aller…. Et pourtant, nulle part à Las Terrenas on ne peut rencontrer une telle concentration de tendresse, de raffinement, de câlins…. Tout, du sol patiné en bois blanc au plafond, en passant par les exquises suspensions cristallines, les délicates décos de Noel, jusqu’aux élégantes corbeilles de pain, tout est réuni dans ce petit nid douillet posé sur la plage pour que nos yeux pétillent de bonheur et nos papilles frémissent de joie. Car non seulement, Denise et son équipe intemporelle nous accueille dans un décor magique, mais les spécialités proposées sont largement à la hauteur de nos espérances. Les croquettes de bacalao sont moelleuses à souhait et le calamar à la plancha juste une tuerie. Merci d’apporter tant de soins à ce bel établissement dont la réputation n’est pourtant plus à faire. La griffe d’une vraie professionnelle.

La Terrasse . Pueblo de los Pescadores.