Une aventure fantastique

012

Bon, coté maison, on ne va pas s’éterniser, toujours autant de bordel, voire plus car chaque petite réparation est immédiatement suivie d’une plus grande. Mais bon, on s’y fait. On pose les verres là, puis là, puis là, ah non pas là, ya déja les assiettes, mes jolies assiettes en porcelaine signées Georges Sand, pas là non plus. Bref le camping s’installe de façon … provisoire? définitive? En tout cas, chaque soir jusqu’à neuf heures, on regarde TV5 monde sur notre grande télé. Après, épuisés, on va se coucher dans la maison de nuit. Ben oui, pour vivre on a 2 maisons. Une de jour. Construite il y a plus de 30 ans pas un ou une illuminée, toute biscornue, faite de tous les matériaux immaginables, plus le plastique vert de Mimi et une plus récente et assez agréable, entièrement vitrée. Elle ressemble à un bateau immobile.

Hier, merveilleux dimanche. Pour la première fois, bravant ma peur des crocodiles (mais non j’rigole, y en a pas ici… enfin je crois) j’ai décidé, enfin de me rendre sur la merveilleuse plage de Rio Barra (ça c’est pour que vous regardiez sur Internet) avec Michel et les 8 monstres à pattes. Diego, Domingo, Comanche et Cheyenne, Paquita la Comtesse, la vieille Mina et Coca et sa phobie de l’eau étaient du voyage. Sans compter Capucine, la meilleure nageuse du groupe. Faut dire qu’en vue de son intallation au Brésil, elle en a fait des longueurs dans la piscine à LT. Pas folle la guêpe, elle avait tout prévu.

Nous voilà donc caminando sur la passerelle, puis, mi-marchant,mi-nageant franchissant les quelque 50 mètres nous séparant de la plage. Là, émerveillement, c’est boooooooooo. Désert, féérique, des piscines naturelles d’eau douce ou salée, chauffées par le soleil omniprésent puis l’océan, magnifique, propre, transparent.

La troupe en folie n’en peut plus de gambader, poursuivre les dizaines d’oiseaux, se chamailller un peu, plonger dans les vagues, quémander une caresse a maman, en profiter pour me griffer.

J’en ai rêvé, m’y voici. D’un coup, les trous dans le mur, les tuiles qui s’envolent, les déjeuners sur les genoux et les pas d’étagère, je m’en fou. J’adore.

Certes, le retour fut un peu laborieux si l’on considère que la Comtesse (Paquita) n’avait pas du tout envie de rentrer et que Mina ne voulait plus remonter le Rio. Quant a Domingo, il s’acharnait, têtu comme une mule, à essayer, sans succès de croquer un oiseau. Après maintes discussions, appels, cris, promesses, tout le monde était enfin de retour au bercail.

Promis, demain on recommence, c’est trop bien.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.