Sur la route de Pipa

17 octobre 2010

Nous voila repartis avec notre fantastique auto, une auto…. spéciale…. presque rare va-t-on dire. En vrai, j’en ai rarement vues de plus laides. Ca ressemble à une camionnette de livraison de laitier, voire de postier. Carrée, de toutes petites ridicules roues, un intérieur plus que sommaire, du plastique et rien, mais vraiment rien d’électronique. La radio se règle comme il y a 45 ans en tournant un bouton pour trouver les stations FM. Bien sur pas de CD. On n’est pas là pour rigoler. Avec ça, elle consomme la belle, on n’arrête pas de faire le plein. Au moins, elle est neuve. On l’a prise a 3200 kms. Allez, cherchez sur le web, c’est une Fiat DOBLO .  Allez, je suis vilaine, elle nous a conduit jusqu’ici sans problème et puis, elle s’entend vachement bien avec « Jeanine », Mme GPS…

J’en étais où. Départ de Valenca pour Pipa et, un très long voyage à travers des provinces sans grand intérêt. On roule, on roule puis après s’être perdus 15 fois, on arrive de justesse (à 5 minutes près on ratait le bac qui traverse la grande rivière) dans une très jolie ville coloniale: Penedo. C’est mignon tout plein, authentique et parfaitement conservé. On ne s’y attarde pas et tôt le lendemain, on repart par une superbe route traversant de vastes forêts de cocotiers longeant la mer turquoise. C’est très joli. Apres les cocotiers, des centaines de kilomètres de canne a sucre (On a encore de beaux jours de cachaça devant nous). Nous arrivons à Recife que Jeanine nous aide a contourner. Mieux, elle nous conduit pile poil devant la ravissante pousada que nous avons choisie dans le charmant village de Olinda, ville coloniale et refuge d’artistes de tous poils.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allez, j’avoue, nous craquons et choisissons de passer deux nuits dans la…. suite nuptiale. Bon, comme suite on a vu mieux, mais c’est quand même très sympa avec un immense lit à baldaquin, une grande terrasse dans les arbres, surplombant les toits et une baignoire-jacuzzi qui ravit Mimi. Dîner dans une crêperie absolument craquante, décorée comme on aime de milliers d’objets hétéroclites accrochés au mur, au plafond ou nichés dans de vieux meubles cirés, les portes largement ouvertes sur leurs trésors. Nous savourons nos très bonnes crepes (parole d’expert) au milieu de poules en papier mâché, d’oiseaux plus vrais que nature, de poupées de chiffon et de porcelaine, de vieux fusils, de licols de chevaux, de plaques de rues, de dizaines de poteries de toutes formes et de toutes couleurs, de plantes, de vieilles horloges, de pipes….. Comme toujours, on se couche tôt et nous réveillons de même… 5h15. Oups, vraiment tôt, mais on profite tout de suite de la terrasse ensoleillé. Ici, le soleil se lève vers 4h30, 5h… Evidemment, on part trop tôt aussi pour explorer la ville, tout est fermé. Sans mentir, on parcourt bien 6 kms de petites rues en pente. Allez, on rentre à l’hôtel, on est patient et on attend 10h30 pour ressortir et découvrir des tas de petits ateliers d’artistes. Malheureusement, nous sommes en basse saison et beaucoup gardent porte close. A midi, déjeuner savoureux dans un restaurant français. Elegant et gastronomique, l’endroit attire les foules, comme quoi, on peut être français et réussir malgré tout au Brésil, si on s’en donne la peine. Au menu, coquille St-Jacques et Côtelettes d’agneau aux herbes de Provence, arrosés d’un vrai Muscadet.

 

Mercredi 20.

Départ pour Pipa, notre prochaine étape « sérieuse », mais en cours de route, petite halte à Joao de Pessoa, histoire de visiter ce que l’on considère comme la plus belle église du Brésil Igleja da Sao Francisco. Deux siècles pour la construire. Ca ne m’étonne pas. C’est un imbroglio invraisemblable de salles superbes décorées de folie. Les sculptures en bois, en or, en pierre, rivalisent de finesse et de richesse. Les plafonds peints sont magnifiques et la moindre porte sculptée, une merveille. L’église abrite également un musée d’art très intéressant.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.