Le Syroz

S’il est un endroit iconique qui, sans conteste fait l’unanimité, c’est bien le Syroz. Autochtones, Dominicains de la capitale ou d’ailleurs, résidents, touristes… jeunes, plus âgés, beautiful people, dandy, journalistes, vedettes…tous se pressent en ce lieu si différent avec en toile de fond l’infini de l’océan. Le décor est simple et authentique, quelques chaises et tables en fer forgé, blanches bien sûr, la couleur fétiche du maître des lieux, s’éparpillent sur le sable, à deux pas du clapotis des vagues. Rien de superflu mais une ambiance unique. Le son, disques ou DJ, sélectionné avec soin fait la part belle au jazz et à la musique bresilienne, chere au coeur de Michel. Les cocktails sont juste parfaits et les soirées douces et sereines s’éternisent jusqu’à pas d’heure. Le backgammon y règne en maître, les parties sont passionnantes et interminables. Les soirées blanches, symboles de fêtes absolues se déroulent toujours dans la bonne humeur et dans la retenue. Ici, nul débordement, inutile de danser sur les tables. On s’amuse avec intelligence et tellement de plaisir. Michel n’a pas son pareil pour inventer des moments d’exception. Cracheurs de feu, danses du ventre, jongleurs, musique en live, projections sur écran géant… les moments-bonheur se suivent et ne se ressemblent jamais. Le petit bar est devenu l’endroit incontournable qui ne désemplit pas. Il n’est pas rare que la nuit s’acheve assis sur le sable a guetter l’arrivee de l’astre du jour. Michel est ravi, il a retrouvé sa vie de la nuit qui lui sied si bien. Mais il sait rester discret tout en étant indispensable et s’entoure de personnes de confiance qui le secondent à merveille à l’instar de Sergio, directeur du bar lorsque pour la première fois je mis les pieds au village en 2003.

Cependant, les années passent et une certaine fatigue s’empare de Michel qui aimerait lever le pied. Son fils Joseph, brillant kite-surfeur qui poursuit sa carrière au Brésil vient lui prêter main forte mais repart vers son destin. C’est alors qu’une mise en gérance est envisagée et effectuée. Catastrophe. Le Syroz, c’est Michel. Point final. Sans lui, l’endroit aussi ravissant puisse t’il être perd tout son charme. La clientèle boude ce nouvel endroit trop plein de chichis qui ne ressemble plus en rien au petit bar si ravissant sur la plage. La gérance est brisée, viennent des responsables… pas mieux. Décidément, le Syroz sans Michel ne vaut pas un clou…

En 2012, le Syroz devient La Roulotte, un délicieux endroit au vrai goût de paradis… aujourd’hui, le XO l’a remplace, bien différent mais non dénué de charme.

La Roulotte, bungalow de charme sur la plage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.