Et la vie s’articule à LT…

En 1985, Michel, victime d’un grave coup de foudre, pose ses valises à Las Terrenas. En ce temps-là, seuls quelques pionniers audacieux osaient s’aventurer dans ce petit village sans eau, ni électricité, sans téléphone ni moyens de transport. Il y fait cependant venir du Brésil sa compagne et son fils Joseph. Il tombe fou amoureux de l’endroit d’abord, puis d’une vieille bicoque sans grande allure, mais posée sur la plage. Une vague salle de billards en parpaings, plutôt sale et négligée. Il se l’offre pour quelque 15000 pesos, la consolide, la nettoie, la transforme et, conscient de l’attrait du village sur les étrangers, surtout les francais, il y crée la toute première Agence Immobilière de Las Terrenas. Puis, il en fait sa demeure. Un petit nid douillet en plein coeur du village mais tout à fait hors du monde. Katia sa compagne, beaucoup moins éprise du village que lui, préfère Santo Domingo, elle s’y installe lui laissant la garde de son fils. Eternel amoureux, bourré de charme, Michel, dans son doux cocon est loin d’être malheureux. Il multiplie les conquêtes et est toujours accompagné d’une jolie femme. Elles se succèdent plus ou moins rapidement auprès de cet homme d’exception qui sait par sa seule présence transcender leur beauté. Très vite les copains, de plus en plus nombreux, affluent dans la petite case sur la plage. La table de Michel est bonne, conviviale à l’image de son hôte et les apéros s’éternisent devant un panorama à couper le souffle.

C’est alors que l’idée jaillit comme une évidence. Il fallait transformer cet endroit en bar et en faire profiter tout le monde. On parle, réfléchit jusqu’à pas d’heure, on s’invente une nouvelle histoire, on choisit le nom, Syroz, en souvenir des années brésiliennes, on convoque Pablo et sa tronconneuse, on met une musique adéquate, la Walkyrie de Wagner, à fond pour bien situer l’ambiance et l’on tronconne le petit bar en bois qui d’un coup s’ouvre sur la plage. C’est ainsi que la petite maison au bord de l’eau se transforme en un bar qui deviendra iconique. Le Syroz est né.

Le lieu est authentique, le décor grandiose et les cocktails incroyables, la caipiriña y acquiert ses lettres de noblesse surtout lorsqu’elle se marie à la fraise. On y joue au backgammon jusqu’au bout de la nuit. Le jazz et bien sûr la musique brésilienne sont de tous les instants. Les anniversaires mémorables, tout de blanc-vêtus marquent les esprits à jamais. Des fêtes grandioses mais nul débordements, classe et festives. Très vite, expatriés de tous poils, intellos, épicuriens, jolies femmes et jeunes dandys y établissent leur quartier général et le Syroz devient le bar de prédilection des « Beautiful People » d’ici ou d’ailleurs, l’endroit incontournable pour voir et être vu. Les célébrités de passage en font leur quartier général, à l’instar de Charlotte Rampling qui succomba, bien évidemment au charme dévastateur du maître des lieux et dont Michel ne fut pas loin de tomber amoureux.

Cette entrée a été publiée dans Perso. Bookmarquez ce permalien.

Une réflexion sur “Et la vie s’articule à LT…

  1. Discret et peu loquace, nous avons sympathisé au fil des ans, en partageant un rosé le matin. Je l’appelais Jésus, en évoquant les douze stations de la croix qui jalonnaient sa matinée. Puis vers 12h30, il se levait et, après avoir consulté sa liste de courses, il annonçait, avec un petit sourire, son retour au foyer ..
    La classe ! Il me manque déjà …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.