Années 60. Le commandant et Monsieur Arthur.

Une insouciance déboussolante, une soif inassouvible de liberté. Une attirance de plus en plus marquée pour tout ce qui touche à l’art. C’est un passionné. Après la musique, il s’essaye à la peinture, à la sculpture, à l’art des vitraux, à la photo, déjà. Un caractère indépendant, un brin rebelle, et cependant, Michel tout en paradoxe, voue une admiration sans borne à deux personnes bien différentes du jeune homme impulsif et libre comme l’air. Deux personnages au caractère bien trempé, sans excentricité et très droits dans leurs bottes.

Son oncle le Commandant René Le Quilliec, responsable de la sécurité du Gal de Gaulle à l’Elysée. Aux antipodes de ses convictions et de sa facon frivole d’aborder la vie, le commandant Le Quilliec c’est l’image rigoureuse et sans fioriture, presque rigide, d’un militaire de carrière. Contre toute attente Michel est tombé sous son charme. Il faut dire que malgré son emploi du temps chargé et ses responsabilités incroyables, tonton Le Quilliec apprécie les moments de détente en famille, notamment avec ses enfants et ses neveux, raides dingues de lui et de ses nobles fonctions. Mon petit doigt me dit que Michel faisait partie de ses chouchous, tout comme Etienne, quelques années plus tard. Longtemps Michel se souviendra de son escapade à Paris au palais de l’Elysée avec son prestigieux tonton, de son audacieuse intrusion dans le bureau du général en personne, les yeux remplis d’étoiles, écarquillés devant les fastueux décors du majestueux palais. Du haut de ses 14 ans, Mimi était fier come un coq, plus de 60 années plus tard, il se souviendra dans le détail de cette incroyable épopée et conservera une fascination pour le défilé du 14 juillet.

Ci dessous le Commandant Le Quilliec avec Mme De Gaulle et Jacky Kennedy.

Le second modèle, Monsieur Arthur, son grand-père maternel, propriétaire d’un hôtel à Ste Marie, petite commune jouxtant Pornic. Un personnage attachant, doté d’une superbe élégance. Elégance dans son maintien et dans sa facon d’être qu’il a tout naturellement légué à son petit-fils. Michel adorait le caractère un brin taiseux de Monsieur Arthur et sa grande indépendance… n’oublions pas que malgré l’hostilité de toute la famille, après le décès de sa femme, la grand-mère de Michel, il a épousé son employée de maison Hortense qui le seconda, le chouchouta et le rendit heureux jusqu’à son dernier souffle.  Pas de cris, ni même de haussement de voix chez Monsieur Arthur il lui suffisait de vous regarder droit dans les yeux pour que tout rentre dans l’ordre… trait de caractère oh combien précieux dont a hérité Michel.

Les cousins, les copines, l’oncle prestigieux, le papy modèle, les parents, présents mais tolérants, Nantes, les cours de lycée, les joyeuses vacances au bord de la mer… la vie de Michel n’est alors qu’une succession de petits bonheurs feutrés qui réchauffent son cœur et forgent sa personnalité attachante.

Monsieur Arthur, portrait d’artiste signe Etienne Dehais. Monsieur Arthur et son epouse Hortense. Monsieur Arthur lit le journal.

3 réflexions sur “Années 60. Le commandant et Monsieur Arthur.

  1. je me régale à lire tes textes et ce depuis toujours .
    La vie cruelle nous griffe parfois douloureusement .
    Mais la vie continue , pour ma part , ma gamine et mes chiens sont mes bâtons de vieillesse .

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.