Ca fait du bien les vacances.

On ne peut pas dire que la nuit ait été de tout repos. Intrigué par le bruit infernal des p’tites grenouilles tropicales et autres insectes autochtones, Raoul, pas serein du tout a mené la ‘’nuit dure’’ à son maître, à tout le monde en fait, jappant et gémissant de tout son petit cœur. En un mot, il avait la trouille. C’est donc la bouille et l’esprit tout chiffonné que nos 4 amis se réveillent alors que le soleil n’a pas encore montré le bout de son nez. Puis, tout comme hier, le crépuscule d’un coup avait fait place à la nuit noire, l’aube balbutiante en un instant fait place au jour. Un ciel tout bleu, un soleil resplendissant, l’océan à perte de vue, en un clin d’œil les petits chagrins de la nuit s’effacent. On est en vacances et on a bien envie d’en profiter.

Dring… mais oui, nos gourmands avaient pris soin, avant de partir, de réserver les services d’un cuisinier à domicile, juste pour se régaler en toute quiétude de petits déjeuners copieux et vitaminés. C’est Miguel, un charmant jeune homme au divin sourire qui arrive les bras chargés de paniers bien remplis. Il y a des fruits, papayes, mangues, bananes, chinolas, oranges… des baguettes croustillantes, du pain de coco, des confitures aux couleurs acidulées, d’appétissantes brioches dorées… mais aussi de gros œufs tout frais, du saumon, de la crème fraîche… un mariage de saveurs inattendu, à savourer sans ordre imposé et au gré des envies. Tant pis pour les kilos, miam on va se régaler. Il est rigolo Miguel, il a appris par cœur quelques mots de français dont il use et abuse avec un irrésistible accent et un sourire trop craquant. Heureusement, la jolie Tess maîtrise l’espagnol et l’un dans l’autre tout le monde se comprend dans la gourmandise et la bonne humeur. Raoul qui a oublié ses terreurs nocturnes sautille de l’un à l’autre en remuant frénétiquement la queue.

La maison est vraiment ravissante et authentique, tout en simplicité afin que rien ne perturbe le regard magnétiquement attiré par l’océan en toile de fond. On y vit dedans dehors dans un vaste espace délicieusement habité par une chaise longue, une table basse, un canapé moelleux … comme un petit air de paradis posée sur l’une des plus belles plages qui soit.

Après ce succulent petit-déjeuner-brunch d’exception, un petit plouf dans la mer – non mais, on ne va pas se priver- suivi d’une longue douche revigorante puis, direction le village. La route est jolie, verdoyante, bucolique, des arbres somptueux, cocotiers, palmiers royaux mais aussi tulipiers et cacaoyers couverts de cabosses, quelques vaches aussi, un peu maigroulettes mais à la bouille sympa. On est vraiment dans un autre monde, loin de la grisaille des paysages et de la morosité des français de la métropole. Sommes-nous vraiment sur la même planète ? Arrivés au village, il est quand même prudent de regarder devant soi, sur le côté aussi, enfin… des deux côtés et puis derrière… pasolas et mobylettes déboulent dans tous les sens, nullement préoccupés par le code de la route. Un p’tit coup de klaxon et hop, on passe. Quant aux autos, elles s’arrêtent n’importe où, devant le colmado ou l’échoppe de fruit, devant le copain qu’on n’a pas vu depuis hier, devant la banca pour acheter le billet de loto gagnant. C’est assez déroutant la première fois d’autant plus qu’il faut aussi éviter les viralatas qui s’immiscent sans vergogne dans la circulation… Mais, tout cela reste bon enfant, aucune agressivité, juste un grand n’importe quoi. Las Terrenas est une ruche vibrante, bruyante mais terriblement attachante et nos 4 amis ne s’y trompent pas, à croire qu’ils sont déjà tombés sous le charme. On gare l’auto sur le parking du Paseo où un jeune haitien prend son rôle de gardien très au sérieux… on ne sait jamais, une petite pièce serait la bienvenue mais il ne demande rien, il attend.

Le Paseo est un peu le cœur du village. C’est le centre commercial le plus abouti, à proximité de la mer mais aussi de très bons restaurants, de la boulangerie française et de quelques boutiques de charme. Il abrite la pharmacie française, quelques petits bistrots, de belles boutiques, l’agence de voyage de Nicolas et même une adresse de négoce de bitcoins…

C’est là, au Barrio Latino, que j’ai donné rendez-vous à ma ravissante famille, histoire de faire connaissance. Ils sont adorables et je chiperais bien petit Raoul, il est trop mignon bien calé sous le t-shirt de son papa. On papote, on se découvre, je leur raconte mon village, ils me racontent leur vie trépidante. On se reconnait plein de points communs, on rit, on s’étonne on s’enthousiasme, on va se revoir vite. J’avais fait la promesse de ne pas les influencer et de les laisser ressentir Las Terrenas par eux-mêmes, de se faire leur propre opinion et de me la délivrer à la fin de leur séjour. Néanmoins, je les oriente un tout petit peu, je leur parle de Nicolas et de ses balades fabuleuses, de quelques restos incontournables, de boutiques surprenantes, je leur conseille une petite escapade en kayak et un petit tour jusqu’à Las Galeras… Ils ont du pain sur la planche d’autant plus qu’ils ont bien l’intention avant tout de se reposer en profitant de leur si jolie maison… Cet après-midi ce sera une longue marche sur la plage, direction Luis et ses belles langoustes puis repos, repos, repos, priant pour que cette nuit petit Raoul oublie ses terreurs nocturnes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.