L’Aloé Vera ou, merci mon Dieu de ne pas m’avoir fait naître langouste !

sans-titre-1

Comme une envie de manger des frites, des bonnes, des vraies, des faites maisons. Je fouille et déniche une vieille marmite qui devrait faire l’affaire. Remplie d’huile, parfait. Je pèle, je coupe, je m’applique, j’essuie de ravissantes pommes de terre, et je mets mon huile à chauffer dans ma vieille marmite. Il n’y a pas d’égouttoir mais tant pis, ça va le faire. L’idée c’est d’attendre que l’huile soit très chaude et de déposer délicatement les frites à l’intérieur pour éviter d’éclabousser partout. Allez, c’est parti ! Je prends une poignée de pommes de terre et, avec beaucoup de câlin, je les approche au plus près de l’huile à point dans ma friteuse de fortune, à quelques millimètres de la surface pour éviter que ça ne gicle. Merde, ça n’a pas giclé, sauf que l’huile bouillante a copieusement léché ma main. Ouille, ça fait mal !!!! Et à ce moment précis, à moitié évanouie de douleur, je pense très fort aux pauvres langoustes, crabes ou autres crustacés qui finissent le plus souvent rôtis sur des braises brûlantes ou noyés dans de l’eau bouillante. Pov’ bête. Quand je vous dis que l’homme est cruel. Mais que ça fait mal, ça prend aux tripes. J’essaie de réfléchir vite, tente de passer ma main brûlée sous l’eau froide mais rien que la caresse de l’eau me ferait hurler. J’hurle d’ailleurs si j’en crois la tête de mes chiens qui me suivent pas à pas. Et soudain, mais c’est bien sûr…. Non Val, je n’appelle pas Isabelle quoique l’idée m’en soit venue, mais je cours comme une dingue dans le jardin et prélève une grosse, belle feuille de mon plus robuste bouquet d’aloé vera. Vite, retour à la cuisine, tant bien que mal de la main gauche je retire la peau et enduis ma main endolorie d’un maximum de gel. Au début, c’est terriblement douloureux, même souffler sur la brûlure me tire les larmes des yeux. Puis, très vite, disons 10 minutes plus tard, fini, plus rien, plus mal. Je recommence néanmoins l’opération plusieurs fois jusqu’au soir toujours sans aucune douleur.

C’est magique.

L’Aloé Vera est très hydratant, ses belles feuilles charnues font des miracles, utilisées régulièrement en masques sur le visage et sur les cheveux mais, c’est la première fois que je constate ses effets incroyables sur une brûlure, autre qu’un banal coup de soleil. Nous devrions tous en avoir dans notre jardin ou dans un pot pour les moins chanceux qui ne vivent pas sous les tropiques. Cette plante fantastique, régénératrice, super hydratante et revitalisante est en outre bourrée de vitamines A, E, B, C et dotée de pleins de sels minéraux indispensables comme le phosphore, le potassium, le calcium, le chlore, le fer, le zinc. D’un goût très amer, le gel se consomme mixé avec du miel par exemple.

Ce matin, on ne peut pas dire que ma brûlure soit bien jolie, très mal située, elle s’étend sur la moitié de ma main droite, des cloques s’y forment, éclatent, se reforment, la peau est rougeâtre, marbré, dure. C’est moche mais JE N’AI PLUS MAL. Et l’Aloé Vera sera mon amie pour la vie.

sans-titre-5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s