Un jour….. une image: un samedi de folie….

Thierry, dépité cherche en vain sa jolie plage sous le flot de voitures....

Thierry, dépité cherche en vain sa jolie plage sous le flot de voitures….

Il faut dire que le temps était de la partie. Ciel bleu, mer calme, soleil resplendissant…. la foule en délire était aux anges. Des dizaines de milliers de personnes, des jeunes en majorité se sont éclatés sur le littoral de Las Terrenas. Sponsorisée par de grandes marques, l’alcool coulait à flot, et ce qui devait arriver arriva, une jeune fille lâchée seule à fond sur un quad qu’elle ne maîtrisait pas est morte en ratant son virage.

Voilà, la musique vient de s’arrêter, quelques quads à échappements libres (j’adore pas!!!!) sont rentrés se coucher au bout de ma rue, quelques heures de repos et tout ce beau monde rejoindra ses pénates. Tant mieux? La Semaine Sainte et sa folie fait partie intégrante du paysage terrenarien. Nous, les « vieux », on le sait et l’on reste bien sagement à la maison ou l’on sort à pieds pendant que le long des plages, les autos, quads,  motos, piétons sont culs contre pare-chocs, aller-retour et retour-aller car le chemin ne mène nulle part. Michel le téméraire a mis plus d’1h30 hier pour venir du Village des Pêcheurs à notre maison, parti en plein soleil, il faisait nuit quand il est arrivé!!!!

Demain tout sera rentré dans l’ordre, les joueurs de boules retrouveront leur terrain de prédilection et …… Tatoo pourra reprendre ses balades le long de la plage.

Et moi, je serai toujours là pour vous raconter mon beau pays …..

samedi! samedi2 samedi3 samedi4 samedi5 samedi6

Et la nuit, embrumé par l'alcool, sans doute, plus de retenue, on a perdu le nord et l'on circule allègrement sur la plage au ras de l'eau.... pas coll ca!

Et la nuit, embrumé par l’alcool, sans doute, plus de retenue, on a perdu le nord et l’on circule allègrement sur la plage au ras de l’eau…. pas cool ca!

 

Jeudi 15 avril. C’est parti, grosses autos et personnages débridés, voire dénudés ont envahi le village. Sur les plages les stands bien barricadés et payants sont prêts à recevoir leur public, les animateurs se chauffent la voix. 11h, ç’est parti, fort, très fort, les chiens du quartier hurlent à la mort, je me retiens un peu, je crois que je vais les imiter.

Vendredi 16 avril. Musique interdite jusqu’à minuit. Ce qui n’empêche pas mes délicieux voisins de pousser leur sono à fond au bord de leur piscine. On ne s’entend plus penser.

Samedi 17 avril 2017. On est au coeur cette semaine de folie, étroit mélange de fête, de joie, de musique, d’alcool, de bruits en tous genres. La nuit a été difficile, ici à Las Ballenas, la Musique autorisée à partir de minuit semêlant à des feux d’artifices, puis d’étranges rugissements de cornes de brume, de hurlements de foules en délire ou de DJ alcoolisé. 

Dimanche. Ouf!C’est fini. Jamais ces quelques jours de dingue n’ont jamais été aussi pénibles. Rive gauche, rive droite, musique à fond, à péter les tympans du vendredi minuit à dimanche 7h du mat, en non-stop. Une musique électro mixée à du reggaetton insupportable entrecoupée d’hurlements de pseudos DJ alcoolisés. Pas un riverains à plus d’1km qui n’en ait souffert. Une folie pas douce du tout avait bel et bien envahi le village. Quads et motos à échappements libres semaient la terreur dans les moindres chemins devant les yeux horrifiés des parents outrés. Et la plage!!!! Outre les milliers de papiers, de canettes, de dégueulis, ce sont les ornières laissées par les grosses, belles autos parkées au ras de l’eau puis faisant des compétitions sur le sable pour celles qui réussissaient à se sortir de leur enlisement qui l’ont le plus défigurée.

Alors, oui comme me l’a fait remarquer une dame inconnue sur ma page FB, « on est chez eux » (phrase que je déteste, réduisant les habitants de RD à des indigènes dans le plus vil côté du terme), mais est-ce une raison pour se comporter comme des sauvages (et pour le coup, on n’était pas loin….. des indigènes), 3 jours et 3 nuits durant. Ne serait-il pas possible pour les autorités d’organiser un tel défoulement un peu plus loin du village, les endroits ne manquent pas. Dans les autres pays du monde, les rave parties sont étroitement surveillées et organisées loin des habitations. « On est chez eux » OK, mais pour de vrai pour le coup, j’ai pété les plombs….. Et, outre quelques accrochages et tôles froissées, cette épidémie de folie s’est quand même soldée par une mort.

Quelques video chipées sur YOUTUBE pour vous donner une idée de l’atmosphère…… pas toujours glamour……..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s