La fin du voyage?

31 octobre

Chic, demain on part pour Pipa. Sauf que……. le soir avant de dormir et les valises déjà bouclées, je jette un oeil sur mes mails et décide de vider mes « Spams ».
Veruska…. ca me dit quelque chose….. J’ouvre le spam et, stupéfaction, la propriétaire de la superbe propriété que nous avions vu à Trancoso (mais si je vous en ai parlé, essayez de suivre…) nous fait une proposition …. qui ne peut pas se refuser.
Dilemme… On dort, enfin on essaye de dormir dessus pour prendre la sage décision et au matin, on sait. C’est évident…. on part pour Trancoso. Oui mais les billets d’avions (hors de prix) . Bof, tant pis, on verra sur place. On utilise le premier, Fortaleza/Natal et on en profite pour rendre notre « laide » voiture à laquelle on s’était finalement attachés, qui affiche fièrement 8500 kms au compteur. 5300, nous avons parcouru 5300 kms de routes brésiliennes!
Pressés comme d’habitude, nous sommes partis tôt de Ilha, face à un Jojo mi-figue, mi-raisin qui nous voyait déjà vivre près de lui à Pipa. Sur le chemin,petite halte d’une nuit à Taiba, joli village touristique mais pas trop dans une belle pousada tenue par des … français qui , surprise, viennent de La Baule .Nous nous découvrons des amis communs. Le lendemain, nous arrivons tôt à l’aéroport. Je vais en profiter pour régler nos changements de vols. Au guichet TAM, un « charmant » jeune homme nommé Romulus Cesar (ça non plus ça ne s’invente pas) est le seul à parler espagnol. C’est compliqué, c’est sûr. Mais au bout de 2 heures de discussion, notre pauvre Romulus est à bout de nerf. Il ne sait plus d’où je viens, où je vais, ni comment , ni pourquoi, il se perd dans les tarifs, les directions, déchire les feuilles de routes, les réimprime, nous demande 2600 reals pour aller de Porto-Seguro à Rio, devient vert, rouge. Une vraie panique le prend, il se met à me parler en brésilien, sort du bureau, revient…. J’abrège ses souffrances. Nous irons de Fortaleza à Natal comme prévu et je réussis à obtenir, par je ne sais quel miracle un Natal-Porto Seguro à un tarif à peu près normal pour le lendemain. Faut dire que son idée première était de nous faire passer par Sao Paulo pour nous rendre à Porto Seguro ce qui nous faisait une vingtaine d’heure de trajet… Pauvre Romulus Cesar, il se souviendra longtemps de moi….
Nous arrivons a Natal en debut d’apres-midi. Le taxi nous déniche une pousada tres …. typique, particulière, inutile d’en parler plus longtemps, mais pile poil sur le front de mer touristique populaire. Ca chante, ça joue au foot-volley, ça crie, ça boit des grandes bières…. bon, fallait le voir.

3 novembre

3h30 on se lève, peut plus dormir. Petite douche dans la toute petite salle de bain, départ pour l’aéroport. J’en profite pour changer les billets de retour: Porto-Seguro/Rio au lieu de Natal/Porto-Seguro. En anglais cette fois et, bien qu’il soit 4h30 du matin, c’est rapide et précis. Décollage 6h et arrivée a destination Porto Seguro apres une halte à Salvadore.
Trancoso again. Il pleut. Ca, on a l’habitude. On retrouve nos marques à la Pousada Monte Verde, 12h de sommeil et le lendemain sous une pluie battante, destination « notre rêve ». Zut, la propriétaire n’est pas la, mais Chris, notre guide nous conduit jusqu’à la propriété mitoyenne (façon de parler) et là, malgré le flot continu de la pluie, c’est une révélation. C’est magnifique. La plage est un joyau rare et rien qu’à nous.
RV est pris pour le lendemain 10h. La, ça devient sérieux. On est tout émoustillés, comme deux gamins pressés d’obtenir leur joujou.

012
Et…. le lendemain en entrant à nouveau dans cette propriété, on sait que l’on ne s’est pas trompés. Ca nous semble encore plus beau, plus grand, plus sympa. Plein d’arbres fruitiers croulant sous les fruits; cachés sous les arbres centenaires, des petits bancs un peu délabrés, des fleurs rares, un poulailler tout au fond, la passerelle de bois qui mène au rio qui mène a la mer, la maison de dessin animée, des coussins partout…. on sera bien ici.

Dimanche 7 novembre.

Et voila, finie cette aventure brésilienne peu commune. Lundi fin de matinée nous serons chez nous. Enfin un chez nous temporaire. Avec un immense bonheur je vais retrouver mes 8, non 9 amours puisque la belle Lisa est de retour. Mimi fait un peu la gueule, il a vu des photos de la demoiselle allongée sur le toit de la mini ou sur le bar de la cuisine, il a entendu parler de ses frasques d’antan. Mais, parait qu’elle a changé. Allez, on essaye, s’il devait y avoir un problème, Philippe, un futur gentil résidant est presque d’accord pour l’adopter.
Plein de choses à faire en rentrant…. demain, je fais des listes.
Merci de nous avoir suivi dans cette aventure. Le but était de vous faire partager nos émois, nos contrariétés et nos joies, vous donner l’envie peut-être de découvrir à votre tour ce grand beau pays. Il en vaut la peine. Bye et besitos. Doris Voleau.

Carnet de voyage au Brésil: La fin du voyage?????????

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.