Mieux vaut le savoir…..

Merci monsieur Vergne pour votre post de ce matin. Autant vous avouer qu’il m’a terriblement interpellé.

Les temps ont bien changé. De mon temps, au Moyen Age, on ne se posait pas de questions. Lassés de notre malgré tout beau pays, la France et fort excités de s’installer sous les cocotiers, la République Dominicaine était une aubaine. Rien, on ne vous demandait rien. Vous posiez vos valises et c’est tout, prêts à démarrer une vie de rêve sous les tropiques. Oui, mais ça, c’était avant.

Jetez donc un coup d’œil aux documents communiqués par ce charmant monsieur. Ils concernent les retraités, désireux de profiter à fond de leur nouvelle vie loin de la grisaille et des belliqueux gilets jaunes. Les pieds dans le sable et la tête au soleil, entourés de personnes aimables et souriantes…..leur rêve, mais pas toujours accessible.

Il y a quelques années, lassés je ne sais toujours pas pourquoi de mon paradis, de mon château de feuilles, de la vie d’ici peut-être trop douce, nous avions eu la géniale idée de nous expatrier au Brésil….. Aie. A peine arrivée, les ennuis ont commencé. Déjà on vous accueille à l’aéroport par de grands panneaux précisant que vous êtes juste tolérés dans ce pays et qu’en aucun cas vous ne pouvez y résider quand bien même vous y auriez englouti toutes vos économies … Sympa. A l’époque j’avais trouvé cette loi monstrueuse. Nous n’y avons pas fait de vieux os, pour différentes raisons plus ou moins douloureuses…. Mais ça c’est une autre histoire. Et, stupeur, aujourd’hui dans notre pays d’adoption dont je suis fière d’arborer la nationalité, on n’est pas loin des règles drastiques du Brésil.

Alors qu’il est très tendance dans de nombreux pays comme le Portugal ou le Panama de faire des ponts d’or aux retraités, ben, ici on les boude. Je vous laisse vous plonger dans ces documents fort instructifs et si l’envie vous venait de nous rejoindre au paradis, ne ratez aucune étape sous peine de vois votre joli rêve tomber à l’eau.

Publicités